Latest Developments in Turkey at the Foreign Affairs Council


Derniers développements en Turquie au Conseil des affaires étrangères!

Ministers will be invited to exchange views on recent developments in Turkey,cumhuriyet namely on; renewed considerations to introduce a bill to parliament to reinstate the death penalty; continued restrictions on the freedom of expression, including social media, with further closures of media outlets and arrest warrants against journalists, including the editor-in-chief of Cumhuriyet newspaper and several members of its staff; the arrest of the co-chairs of the country’s second largest opposition party, HDP, as well as the detention of several of its Members of Parliament. The Council calls for restraint to be shown by Turkish authorities, including by the police and security forces.

Minister of Foreign Affairs of the Federal Republic of Germany Steinmeier’s visit to Turkey

***

 

FOREIGN AFFAIRS COUNCIL
14-15 November 2016
Brussels, 11 November 2016

The Council, chaired by the EU High Representative for Foreign Affairs and Security Policy, Federica Mogherini, will start on Monday at 9.30.

Before the Council, at the invitation of the High Representative, ministers of Foreign Affairs will have an informal dinner on Sunday to exchange views on the way forward in the EU-US relations following the US elections.


The Council will start with a discussion on the recent developments in Turkey. Ministers will continue with a debate on the Eastern Partnership, in particular in view of the next EaP Summit. The Council is expected to adopt conclusions on the Eastern Partnership.

Over lunch, ministers will discuss the Southern Neighbourhood, focusing on Syria. The High Representative will inform of her intensified outreach to key actors in the region, in line with the European Council mandate and in full support of the work of the UN Special Envoy de Mistura. Ministers may also address the situation in Iraq. There will be an information point on Libya.

In the afternoon, foreign ministers will have a joint session with defence ministers on the implementation plan on security and defence of the EU global strategy. The Council is expected to adopt conclusions setting out the level of ambition and the way forward.

On 15 November, the European Defence Agency steering board will meet before the Council starts. After that, the Council will start with a discussion on EU-NATO cooperation, in the presence of NATO Secretary General Jens Stoltenberg for part of the discussion. The Council will then discuss the state of play of CSDP operations, focusing on the situation in Libya and the Mediterranean, in particular on EUNAVFOR MED Operation Sophia. The NATO SG will also be present for this discussion. > [Source.]

 

TURKEY

Ministers will be invited to exchange views on recent developments in Turkey. This follows the declaration issued by the High Representative on behalf of the EU of 8 November. The EU expressed its grave concern about these recent developments, namely on:

* renewed considerations to introduce a bill to parliament to reinstate the death penalty

* continued restrictions on the freedom of expression, including social media, with further closures of media outlets and arrest warrants against journalists, including the editor-in-chief of Cumhuriyet newspaper and several members of its staff

* the arrest of the co-chairs of the country’s second largest opposition party, HDP, as well as the detention of several of its Members of Parliament.

The EU and its member states recalled their condemnation of the 15 July coup attempt and, while recognising the need for Turkey to take proportionate action, called on Turkey to safeguard its parliamentary democracy, including the respect for human rights, the rule of law, fundamental freedoms and the right of everyone to a fair trial, also in conformity with its commitments as a candidate country. In this regard, the EU and its member states will continue to follow and assess the situation very closely and they stand ready to continue political dialogue with Turkey at all levels, within the established framework.

[ Full declaration by the High Representative on behalf of the EU on the latest developments in Turkey – 8 November 2016]

In its conclusions of 18 July 2016, the Council condemned the attempted coup in Turkey and reiterated its full support to the legitimate institutions of the country. The Council called for restraint to be shown by Turkish authorities, including by the police and security forces.

[ Full text of the Council conclusions on Turkey- 18 July 2016]

Eastern Partnership

The Council will discuss current multilateral and bilateral relations with the six Eastern Partnership countries – Armenia, Azerbaijan, Belarus, Georgia, the Republic of Moldova and Ukraine. Ministers will have an exchange of views on the implementation of the Partnership and possible deliverables to be achieved in 2017, notably with a view to the next Eastern Partnership Summit.

The discussion may focus on the current situation in Ukraine, the recent elections in Georgia, the Republic of Moldova and Belarus, as well as ongoing work for new agreements with Armenia and with Azerbaijan. Foreign ministers may touch upon the impact of the visa liberalisation legislative process on relations with Georgia and Ukraine.

The Council is expected to adopt conclusions on the Eastern Partnership.

The last EaP Summit, which took place in Riga on 21 and 22 May 2015, reconfirmed the strategic importance the EU attaches to the partnership and demonstrated strong engagement and a firm determination to pursue closer, tailor-made relations with the six partner countries.

Since then, cooperation in the between the EU and the EaP countries has been focusing on the implementation of commitments across the key areas of cooperation agreed at Riga, namely the strengthening of institutions and good governance; mobility and people-to-people contacts; taking advantage of market opportunities; and enhancing interconnections, notably in the areas of transport and energy.

The EU has continued consolidating its differentiated and tailor-made relations with each of the EaP partners, as also provided for by the European Neighbourhood Policy review, which has a particular focus on stability.

EU Foreign Affairs ministers took stock of the progress in this area at the 7th annual Eastern Partnership ministerial meeting of 23 May 2016, where they met their counterparts from the 6 Eastern European countries. The next EaP Summit is expected to take place in the autumn of 2017.

Ukraine, Georgia and the Republic of Moldova signed association agreements with the EU, including deep and comprehensive free trade areas (DCFTAs), in June 2014. Provisional application of these agreements began in the autumn of 2014, except for the DCFTA part of the association agreement with Ukraine, which is provisionally applied as of 1 January 2016. The association agreement with Georgia and the Republic of Moldova entered into force on 1 July 2016.

The EU and Armenia opened negotiations on a new framework agreement for deepening bilateral relations at the end of last year. A mandate for negotiations of a new framework agreement with Azerbaijan is due to be adopted by the Council. Recognising positive developments in Belarus, the EU decided in February 2016 not to prolong most of its restrictive measures and is implementing several measures aimed at enhancing cooperation. Tangible steps by Belarus to respect democracy and human rights will continue to be necessary for the shaping of the EU’s future policy towards this country.

The EaP was launched in 2009. It sets out to promote political association and economic integration with the EU, as well as multilateral dialogue and cooperation among the EaP countries. It is based on the common values of democracy and the rule of law, respect for human rights and freedoms, and commitment to market economy principles.

[ Council conclusions on review of the European Neighbourhood Policy (December 2015)]

[ Joint Declaration of the Eastern Partnership summit (Riga, 21-22 May 2015)]

Southern Neighbourhood

Over lunch, ministers will discuss the Southern Neighbourhood, focusing on Syria. They may also address the situation in Iraq. There will be an information point on Libya.

Ministers will follow up on developments in Syria since their last discussion at the Foreign Affairs Council meeting on 17 October 2016. In its conclusions of 20 October 2016, the European Council invited the High Representative to continue, together with the Commission, pursuing the EU humanitarian initiative and medical evacuations in cooperation with the UN. It also invited the High Representative to report on her intensified outreach to key actors in the region on a political transition and on preparations for post-conflict reconciliation and reconstruction. The High representative will inform on her recent outreach efforts in this context.

Ministers will take stock of the latest dramatic developments on the ground and exchange on how to support the UN efforts to get the parties in the conflict back to the negotiation table of the political process, in Geneva.

The EU and the member states have so far mobilised more than € 8.9 billion in humanitarian aid in response to the crisis in Syria. In February 2016, they pledged more than € 3 billion for 2016-2017.

Ministers may also discuss the situation in other Southern Neighbourhood countries, in particular Iraq and Libya.

[ Syria: Council response to the crisis]

Implementation plan on security and defence

Foreign affairs ministers and defence ministers will have a joint session on the implementation plan on security and defence. The Council is expected to adopt conclusions.

The implementation plan on security and defence is part of the follow-up to the EU global strategy on foreign and security policy. The High Representative presented the EU global strategy “Shared vision, common action: a stronger Europe” to the European Council on 28 June. The strategy is intended to guide EU foreign and security policy in the years to come. The Council adopted conclusions on the global strategy on 17 October 2016.

Security and defence is one of the priority areas for the work on implementation of the EU global strategy, which also includes resilience building and integrated approach to conflicts and crises, strengthening the nexus between internal and external policies, updating existing or preparing new regional and thematic strategies and stepping up public diplomacy efforts.

The work on security and defence is conducted in synergy with the work on the Commission European Defence Action Plan as well as in regards to the implementation of the joint declaration by the President of the European Council, the President of the European Commission and the Secretary General of NATO. The implementation plan, together with the Council conclusions, is expected to be presented at the European Council meeting of December.

The implementation plan will be presented by the High Representative, taking into account her roles as Vice-President of the European Commission and Head of the European Defence Agency, to member states at the Council meeting. It sets out the EU level of ambition for security and defence, the operational implications of such ambition and to put forward a number of actionable proposals.

The level of ambition revolves around three main priorities as defined in the EU global strategy: [1] responding to external conflicts and crises; [2] building capacities of partners and [3] protecting the EU and its citizens. From the level of ambition in these three areas, the implementation plan defines principles and requirements for implementation, including types of possible CSDP civilian and military operations.

The plan proposes a number of actionable proposals to:

* set capability development priorities;

* deepen defence cooperation;

* adjust EU institutional structures, tools and (financial) instruments including for situational awareness, planning and conduct of missions and operations, as well as rapid response toolbox (including EU battlegroups) and to increase financial solidarity and flexibility;

* actively take forward partnerships in security and defence including with NATO, the United Nations, the African Union, the OSCE and key bilateral partners.

The implementation plan also proposes to draw on the full potential of the Treaty on the European Union, including the consideration of a permanent structured cooperation (PESCO).

The Council is expected to adopt conclusions welcoming the implementation plan. These conclusions will set out the level of ambition as well as concrete actions. These actions will assist the EU and its members states in addressing further Europe’s current and future security and defence needs.

[ EU global strategy on foreign and security policy]

[ EU global strategy on foreign and security policy (website)]

European Defence Agency Steering Board

Ministers of defence will meet at 8.30 within the European Defence Agency (EDA) Steering Board under the chairmanship of Federica Mogherini in her capacity as Head of the Agency. All member states participate except Denmark.

Ministers are expected to discuss and approve the agency’s 2017 general budget based on a formal proposal by the High Representative. The budget proposal reflects the increasing demands on the Agency as well as expected additional tasks resulting from the new EU global strategy and its implementation plan on security and defence. Ministers will also approve EDA’s three-year planning framework (2017-19) the objectives of which are to plan and prioritise EDA’s work.

Furthermore, ministers will take note of progress made on the implementation of the agency’s ‘key taskings’ in the various capability programmes and be briefed on the planned next steps, notably in the context of the taskings that will emerge from the Council conclusions on the EU global strategy implementation plan on security and defence.

The Steering Board is expected to agree to the review of the capability development plan and to task the EDA to present a new set of EU priorities for military capability development for Steering Board adoption by spring 2018.
EDA will also present ministers with proposals for the potential establishment of a ‘cooperative financial mechanism’ the objective of which would be to overcome the lack of budgetary synchronisation between Member States and the problems that this causes for the launch of cooperative defence cooperation projects. Ministers are set to give their green light to set up a working group within EDA in view of submitting a legal and financial package and associated recommendations in spring 2017.

[ European Defence Agency (website)]

EU – NATO Cooperation

Starting at 10.00, the Council will have a discussion on EU-NATO cooperation. Ministers of defence will take stock of the cooperation between the EU and NATO in the context of the implementation of the EU-NATO joint declaration. NATO Secretary General Jens Stoltenberg will also take part in the discussion.

The joint declaration signed by the President of the European Council, the President of the European Commission and the Secretary General of NATO was adopted on 8 July 2016 in the margins of the NATO Summit in Warsaw.

The first of its kind, it follows the discussion on EU-NATO cooperation at the European Council on 28 June 2016, and, in line with the call from EU Heads of state or government, marks the importance of further strengthening EU-NATO cooperation at a time of unprecedented security challenges from the East and the South.

Areas of strengthened practical cooperation between the EU and NATO, as set out in the Joint Declaration, include: countering hybrid threats; operational cooperation including at sea; cyber security and defence; defence capabilities; defence industrial cooperation; exercises; and building the defence capabilities of partners to the East and South.

The Joint Declaration mandated the EEAS and NATO international staff, together with the Commission services where appropriate, to develop concrete options for implementation to be presented to the respective Councils by December 2016.

[ EU-NATO joint declaration]

[ European Council conclusions, 28 June 2016]

CSDP operations

Ministers will also discuss the state of play of EU CSDP operations, focusing on the situation in Libya and the Central Mediterranean. Ministers will be briefed in particular on the latest developments regarding the new tasks of EUNAVFOR MED Operation Sophia: training the Libyan coastguard and navy and contributing to the implementation of the UN arms embargo on the high seas off the coast of Libya. The NATO Secretary General will attend this discussion.

EUNAVFOR Med Operation Sophia
EUNAVFOR MED

The EU’s military operation in the Southern Central Mediterranean, was launched on 22 June 2015 in order to counter the smuggling and trafficking of migrants and to help reduce further loss of live at sea. Its aim is to undertake systematic efforts to identify, capture and dispose of vessels and enabling assets used, or suspected of being used, by migrant smugglers or traffickers.

On 28 September 2015, the Political and Security Committee (PSC) agreed to start the first step of phase 2 of EUNAVFOR Med on 7 October 2015. The operation was renamed “Sophia” on 26 October 2015. During phase 2, the EUNAVFOR MED assets conduct boarding, search, seizure and diversion, on the high seas, of vessels suspected of being used for human smuggling or trafficking. Since then, the operation has contributed to the apprehension and transfer to the Italian authorities of 101 suspected smugglers and traffickers and neutralised 345 vessels. In addition, the operation has saved more than 29 500 lives. 25 EU Member States are contributing to the operation, that comprises 2215 personnel.

On 20 June 2016, the Council extended until 27 July 2017 Operation Sophia’s mandate reinforcing it by adding two supporting tasks: training of the Libyan Navy Coast Guard and Navy and contributing to the implementation of the UN arms embargo on the high seas off the coast of Libya , in accordance with the UN Security Council resolution 2292 (2016) . On 30 August and on 6 September 2016, the PSC authorized the commencement of these supporting tasks.

Since then, the operation has started a 14-weeks training of Libyan coastguard and Navy for 78 embarked trainees and their mentors. The operation has also started contributing to the implementation of the arms embargo on the high seas off the coast of Libya, conducting already its first boat-inspection in this framework on 14 September 2016 2016, having checked 7 merchant vessels and queried 122 in this framework.
The operation is headquartered in Rome, Italy.

[Factsheet on EUNAVFOR MED Operation Sophia]

[EU NAVFOR Med Operation Sophia (EEAS website)]

[EU NAVFOR Med Operation Sophia starts training of Libyan Navy Coast Guard and Libyan Navy (27 October 2016)]

[Finding solutions to migratory pressures]

Other items

The Council is due to take a number of decisions without discussion, including:

Iran

The Council is due to adopt conclusions on Iran, welcoming the fact that the JCPOA is being implemented by all sides and calling for a continued full and effective implementation throughout the lifetime of the agreement. The Council should express its will to further develop relations with Iran in areas of common interest, including human rights, as outlined in the April joint statement agreed between the High Representative and the Iranian Foreign Minister.

The Council is also expected to express its concern with the escalation of tensions in the region, to encourage a more constructive regional environment, as well as to end the violence in Syria and support the resumption of a political process.

[Iran: Council lifts all nuclear-related economic and financial EU sanctions]

[EU restrictive measures against Iran]

[Council conclusions on the agreement on Iran’s nuclear programme of 20 July 2015]

[EU restrictive measures against Iran]

[EU relations with Iran]

EU-wide strategic framework to support Security Sector Reform

The Council is expected to endorse the joint communication “Elements for an EU-wide strategic framework to support Security Sector Reform (SSR)”. The Council is expected to call on all EU actors for a swift implementation of the EU SSR framework.

SSR provides foundations contributing to the establishment of effective democratic control and accountability of the security sector and is therefore relevant in all contexts – including stable ones – to improve governance and human security, and throughout the whole conflict cycle.

SSR is a key component of conflict prevention by addressing potential crisis factors, as well as of crisis management and conflict resolution, post-conflict stabilisation, peace-building and state-building by reinstating accountable security institutions and restoring effective security services to the population, thus providing the environment for sustainable development and peace.

Fifth review conference of the Convention on Certain Conventional Weapons

The Council is expected to adopt conclusions welcoming the upcoming fifth review conference of the Convention on prohibitions or restrictions on the use of Certain Conventional Weapons which may be deemed to be excessively injurious or to have indiscriminate effects (CCW) taking place in Geneva from 12-16 December 2016.

The Council is expected to confirm that the conference represents an opportunity to keep the Convention responsive to new developments and strengthen its implementation.

The CCW is a unique international forum gathering diplomatic, legal and military expertise. It offers a flexible way to respond to new developments in weapons technologies and to support the implementation of an essential part of international humanitarian law which contributes to preventing and reducing the suffering of both civilians and combatants

***

 

CONSEIL DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES
14 et 15 novembre 2016
Bruxelles, le 11 novembre 2016

La session du Conseil débutera par un débat sur l’évolution récente de la situation en Turquie. Les ministres poursuivront leurs travaux par une discussion sur le Partenariat oriental, en particulier dans la perspective du prochain sommet du Partenariat oriental. Le Conseil devrait adopter des conclusions sur le Partenariat oriental.

Au cours du déjeuner, les ministres évoqueront le voisinage méridional, en s’intéressant plus particulièrement à la Syrie. La haute représentante communiquera des informations concernant les derniers efforts de sensibilisation qu’elle a déployés à cet égard auprès d’acteurs clés, conformément au mandat du Conseil européen et en soutien plein et entier du travail de l’Envoyé Spécial des Nations Unies de Mistura. Les ministres pourraient également se pencher sur la situation en Iraq. Il y aura un point d’information sur la Libye.

L’après-midi, les ministres des affaires étrangères tiendront une session conjointe avec les ministres de la défense, consacrée au plan de mise en oeuvre portant sur la sécurité et la défense dans le cadre de la stratégie globale de l’UE. Le Conseil devrait adopter des conclusions définissant le niveau d’ambition et la marche à suivre à cet égard.

Le 15 novembre, le comité directeur de l’Agence européenne de défense se réunira avant le début de la session du Conseil. Le Conseil entamera ensuite un échange de vues sur la coopération UE-OTAN, en présence du Secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, pour une partie du débat. Puis le Conseil examinera l’état des opérations PSDC, en insistant sur la situation en Libye et en Méditerranée, en particulier sur l’EUNAVFOR MED opération SOPHIA. Le SG de l’OTAN sera présent aussi pour cette discussion.

 

Turquie

Les ministres seront invités à procéder à un échange de vues sur l’évolution récente de la situation en Turquie. Cet échange s’inscrira dans le sillage de la déclaration faite par la haute représentante, au nom de l’UE, le 8 novembre. L’UE a fait part de la vive préoccupation que lui inspire l’évolution récente de la situation, notamment en ce qui concerne:

* le fait qu’il soit à nouveau envisagé de déposer au parlement un projet de loi visant à rétablir la peine de mort

* le maintien des restrictions à la liberté d’expression, y compris en ce qui concerne les réseaux sociaux, conjugué aux nouvelles fermetures d’organes de presse et aux mandats d’arrêt délivrés à l’encontre de journalistes, dont le rédacteur en chef du quotidien Cumhuriyet et plusieurs membres de son personnel

* l’arrestation des coprésidents du deuxième parti d’opposition, le HDP, ainsi que la détention de plusieurs de ses députés au parlement.

L’UE et ses Etats membres ont rappelle leur condamnation de la tentative de coup d’état du 15 juillet et, tout en reconnaissant le besoin de la Turquie d’agir proportionnellement, a appelé la Turquie à préserver sa démocratie parlementaire, y inclus le respect des droits de l’homme, de la règle de droit les libertés fondamentales et le droit de chacun à un procès équitable, aussi en conformité avec ses engagements en tant que pays candidat. A cet égard, l’UE et ses Etats membres continueront de suivre et d’évaluer la situation très attentivement et sont prêts à continuer le dialogue politique avec la Turquie à tous les niveaux, dans le cadre établi.

Dans ses conclusions du 18 juillet 2016, le Conseil a condamné la tentative de coup d’État en Turquie et a réaffirmé qu’il soutient pleinement les institutions légitimes du pays. Le Conseil lance un appel aux autorités turques, y compris la police et les forces de sécurité, pour qu’elles fassent preuve de retenue.

[ Texte intégral des conclusions du Conseil sur la Turquie – 18 juillet 2016]

Le Conseil débattra des relations bilatérales et multilatérales actuelles avec les six pays du Partenariat oriental – Arménie, Azerbaïdjan, Biélorussie, Géorgie, République de Moldavie et Ukraine. Les ministres procéderont à un échange de vues sur la mise en oeuvre du Partenariat et les objectifs à atteindre en 2017, en particulier dans la perspective du prochain sommet du Partenariat oriental.

Le débat pourrait porter sur la situation actuelle en Ukraine, sur les élections qui ont eu lieu récemment en Géorgie, en République de Moldavie et en Biélorussie, ainsi que sur les travaux actuellement menés en vue de nouveaux accords avec l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Les ministres des affaires étrangères pourraient se pencher sur les conséquences du processus législatif relatif à la libéralisation du régime des visas pour les relations avec la Géorgie et l’Ukraine.

Le Conseil devrait adopter des conclusions sur le Partenariat oriental.

Le dernier sommet du Partenariat oriental, qui s’est tenu à Riga les 21 et 22 mai 2015, a confirmé une nouvelle fois l’importance stratégique que l’UE attache au partenariat; il a témoigné de sa ferme détermination à entretenir des relations plus étroites et sur mesure avec les six pays partenaires et du vif intérêt qu’elle porte à cette question.

Depuis lors, la coopération entre l’UE et les pays du Partenariat oriental est centrée sur la mise en oeuvre des engagements pris dans les principaux domaines de coopération convenus à Riga, à savoir le renforcement des institutions et la bonne gouvernance; la mobilité et les contacts entre les personnes; l’exploitation des débouchés commerciaux; et l’amélioration des interconnexions, notamment dans les secteurs des transports et de l’énergie.

L’UE a continué à consolider ses relations différenciées et sur mesure avec chaque pays du Partenariat oriental, comme prévu également dans le cadre de la révision de la politique européenne de voisinage, qui met l’accent en particulier sur la stabilité.

Les ministres des affaires étrangères de l’UE ont fait le point sur les progrès réalisés dans ce domaine lors de la septième réunion ministérielle annuelle du Partenariat oriental, qui s’est tenue le 23 mai 2013, à l’occasion de laquelle ils ont rencontré leurs homologues des six pays d’Europe orientale. Le prochain sommet du Partenariat oriental devrait avoir lieu à l’automne 2017.

En juin 2014, l’Ukraine, la Géorgie et la République de Moldavie ont signé des accords d’association avec l’UE, y compris sur l’établissement de zones de libre-échange approfondi et complet. L’application provisoire de ces accords a débuté dans le courant de l’automne 2014, à l’exception de la partie de l’accord d’association avec l’Ukraine relative à la zone de libre-échange approfondi et complet, qui est appliqué provisoirement depuis le 1er janvier 2016. L’accord d’association avec la Géorgie et la République de Moldavie est entré en vigueur le 1er juillet 2016.

L’UE et l’Arménie ont engagé des négociations visant à établir un nouvel accord-cadre pour l’approfondissement de leurs relations bilatérales à la fin de l’an passé. Un mandat de négociation en vue d’un nouvel accord-cadre avec l’Azerbaïdjan devrait être adopté par le Conseil. Consciente de l’évolution positive qui se dessine en Biélorussie, l’UE a décidé, en février 2016, que la plupart de ses mesures restrictives ne seraient pas prolongées et elle met en oeuvre plusieurs mesures visant à renforcer la coopération. Les mesures concrètes que la Biélorussie devra encore prendre pour respecter la démocratie et les droits de l’homme seront déterminantes pour la politique que l’UE adoptera à l’avenir à l’égard du pays.

Le Partenariat oriental a été lancé en 2009. Il a pour but de favoriser une association politique et une intégration économique à l’UE, ainsi que le dialogue et la coopération, sur un plan multilatéral, entre les pays du Partenariat oriental. Il repose sur les valeurs communes que sont la démocratie et l’État de droit, le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales et l’adhésion aux principes de l’économie de marché.

[Conclusions du Conseil sur le réexamen de la politique européenne de voisinage (décembre 2015)]

[Déclaration conjointe adoptée à l’issue du sommet du Partenariat oriental (Riga, 21 et 22 mai 2015)]

Voisinage méridional

Au cours du déjeuner, les ministres évoqueront le voisinage méridional, en se focalisant sur la Syrie. Les ministres pourraient également évoquer la situation en Iraq. Il y aura un point d’information sur la Libye.
Ils feront le bilan des derniers événements intervenus en Syrie depuis le dernier échange de vues qu’ils ont eu à ce sujet lors de la session du Conseil des affaires étrangères du 17 octobre 2016. Dans ses conclusions du 20 Octobre 2016, le Conseil européen a invité la haute représentante à continuer, avec la Commission, , à oeuvrer à l’initiative humanitaire de l’UE et à l’organisation des évacuations sanitaires en coopération avec les Nations unies. Le Conseil européen a également invité la haute représentante à dialoguer avec les principaux acteurs de la région concernant une transition politique et les préparatifs à mener en vue de la réconciliation et de la reconstruction après le conflit. La haute représentante communiquera des informations concernant les derniers efforts de sensibilisation qu’elle a déployés dans ce contexte.
Les ministres feront le point sur les derniers développements dramatiques intervenus sur le terrain et auront un échange de vues sur la manière de soutenir les efforts des Nations Unies pour que les parties au conflit retournent à la table des négociations du processus politique, à Genève.

L’UE et les États membres ont jusqu’ici mobilisé plus de 8.9 milliards d’euros aux fins de l’aide humanitaire en réponse à la crise en Syrie. En février 2016, ils se sont engagés à verser plus de 3 milliards d’euros pour 2016-2017.
Les ministres pourraient également évoquer la situation dans d’autres pays de la région, en particulier l’Iraq et la Libye.

[Syrie:réponse du Conseil à la crise]

Plan de mise en oeuvre portant sur la sécurité et la défense

Les ministres des affaires étrangères et les ministres de la défense tiendront une session conjointe consacrée au plan de mise en oeuvre portant sur la sécurité et la défense. Le Conseil devrait adopter des conclusions.

Le plan de mise en oeuvre portant sur la sécurité et la défense fait partie de la suite à donner à la stratégie globale de l’UE concernant les questions de politique étrangère et de sécurité. La haute représentante a présenté la stratégie globale de l’UE intitulée “Vision partagée, action commune: une Europe plus forte” au Conseil européen le 28 juin. Cette stratégie vise à orienter la politique étrangère et de sécurité de l’UE au cours des années à venir. Le Conseil a adopté des conclusions sur cette stratégie globale le 17 octobre 2016.

La sécurité et la défense figurent parmi les domaines prioritaires dans le cadre des travaux consacrés à la mise en oeuvre de la stratégie globale de l’UE, qui comprend également le renforcement de la résilience et une approche intégrée des conflits et des crises, le renforcement du lien entre la politique intérieure et la politique extérieure, la mise à jour des stratégies régionales et thématiques existantes ou l’élaboration de nouvelles ainsi que l’intensification des efforts de la diplomatie publique.

Les travaux consacrés à la sécurité et à la défense sont menés en synergie avec les travaux sur le plan d’action européen de la défense proposé par la Commission et sur la mise en oeuvre de la déclaration commune du président du Conseil européen, du président de la Commission européenne et du secrétaire général de l’OTAN. Le plan de mise en oeuvre, accompagné des conclusions du Conseil, devrait être présenté lors de la réunion du Conseil européen de décembre.

Ce plan sera présenté aux États membres par la haute représentante, tenant également compte de son rôle de vice-présidente de la Commission européenne et de chef de l’Agence européenne de défense lors du Conseil. Il expose le niveau d’ambition de l’UE en matière de sécurité et de défense, les implications opérationnelles de cette ambition et un certain nombre de propositions qui pourraient se traduire en actions.

Le niveau d’ambition s’articule autour de trois grandes priorités définies dans la stratégie globale de l’UE: [1] r épondre aux crises et conflits extérieurs; [2] renforcer les capacités des partenaires et [3] protéger l’UE et ses citoyens. En se fondant sur le niveau d’ambition fixé dans ces trois domaines, le plan de mise en oeuvre définit les principes et les conditions de la mise en oeuvre, y compris les types d’opérations civiles et militaires PSDC possibles.

Le plan présente un certain nombre de propositions pouvant se traduire en actions et visant à:

* fixer des priorités relatives au développement des capacités;

* approfondir la coopération dans le domaine de la défense;

* adapter les structures institutionnelles, les outils et les instruments (financiers) de l’UE, y compris aux fins de l’analyse de la situation, de la planification et de la conduite de missions et opérations, ainsi que la boîte à outils pour une réponse rapide (y compris les groupements tactiques de l’UE), et accroître la solidarité financière et la flexibilité;

* s’attacher à faire avancer les partenariats en matière de sécurité et de défense, y compris avec l’OTAN, les Nations unies, l’Union africaine, l’OSCE et des partenaires bilatéraux clés.

Le plan de mise en oeuvre propose également de tirer pleinement parti du traité sur l’Union européenne, y inclus par la considération d’une coopération structurée permanente.

Le Conseil devrait adopter des conclusions saluant le plan de mise en oeuvre, définissant le niveau d’ambition et les actions concrètes. Ces actions aideront l’UE et ses États membres à répondre mieux aux besoins actuels et futurs de l’Europe en matière de sécurité et de défense.

[Stratégie globale de l’UE sur la politique étrangère et de sécurité]

[Stratégie globale de l’UE sur la politique étrangère et de sécurité (site web)]

Comité directeur de l’Agence européenne de défense

Les ministres de la défense se réuniront à 8 h 30 dans le cadre du comité directeur de l’Agence européenne de défense (AED), sous la présidence de Mme Federica Mogherini, en sa qualité de chef de l’Agence. Tous les États membres participent, à l’exception du Danemark.

Les ministres devraient examiner et approuver le budget général de l’agence pour 2017 sur la base d’une proposition formelle de la haute représentante. La proposition de budget tient compte des exigences croissantes imposées à l’agence ainsi que des tâches supplémentaires attendues en raison de la nouvelle stratégie globale de l’UE et de son plan de mise en oeuvre portant sur la sécurité et la défense. Les ministres approuveront également le cadre de planification triennal de l’agence (2017-2019), dont l’objectif est de planifier les activités de celle-ci et d’établir des priorités.

En outre, les ministres prendront note des progrès réalisés en ce qui concerne la mise en oeuvre des missions clés de l’agence dans le cadre des divers programmes relatifs aux capacités et seront informés des prochaines étapes prévues, notamment dans le contexte des missions qui ressortiront des conclusions du Conseil sur le plan de mise en oeuvre de la stratégie globale de l’UE en matière de sécurité et de défense.
Le comité directeur devrait approuver le réexamen du plan de développement des capacités et charger l’agence de présenter une nouvelle série de priorités de l’UE pour le développement des capacités militaires afin qu’il les adopte d’ici le printemps 2018.

L’agence présentera également aux ministres des propositions en vue de l’éventuelle création d’un mécanisme financier coopératif, qui aurait pour tâche de remédier au manque de synchronisation budgétaire entre les États membres et aux problèmes que cela engendre pour le lancement de projets de coopération dans le domaine de la défense. Les ministres s’apprêtent à donner leur feu vert à la création d’un groupe de travail au sein de l’agence en vue de la présentation au printemps 2017 d’un paquet financier et juridique et de recommandations connexes.

[Agence européenne de défense (site web)]

Conseil des affaires étrangères (Défense)
Coopération UE-OTAN

Les ministres de la défense feront le point sur le partenariat stratégique entre l’UE et l’OTAN dans le cadre de la mise en oeuvre de la déclaration commune UE-OTAN. Le Secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, participera également à la discussion.

La déclaration commune du président du Conseil européen, du président de la Commission européenne et du Secrétaire général de l’OTAN (déclaration UE-OTAN de Varsovie) a été adoptée le 8 juillet 2016 en marge du Sommet de l’OTAN à Varsovie.

Cette déclaration, la première de ce type, fait suite à la discussion sur la coopération entre l’UE et l’OTAN qui a eu lieu lors du Conseil européen du 28 juin 2016, et, conformément à l’appel des chefs d’État ou de gouvernement de l’UE, souligne l’importance de renforcer encore la coopération UE-OTAN à un moment où des défis sans précédents en matière de sécurité se posent à l’Est et au Sud.

Parmi les domaines de coopération pratique renforcée entre l’UE et l’OTAN, énoncés dans la déclaration commune, figurent: la lutte contre les menaces hybrides; la coopération opérationnelle, y compris en mer; la cybersécurité et la cyberdéfense; les capacités de défense; la coopération industrielle dans le domaine de la défense; des exercices; et le renforcement des capacités de défense des partenaires à l’Est et au Sud.

La déclaration commune a mandaté le SEAE et le personnel international de l’OTAN, avec les services de la Commission lorsqu’approprié, de développer des options concrètes pour la mise en oeuvre pour être présentées aux Conseils respectifs d’ici décembre 2016.

[Déclaration commune UE-OTAN]

[Conclusions du Conseil européen – 28 juin 2016]

Opérations PSDC

Les ministres discuteront de l’état des opérations PSDC de l’UE, en insistant sur la situation en Libye et en Méditerranée centrale. Les ministres seront informés en particulier des dernières évolutions concernant les nouvelles tâches confiées à l’EUNAVFOR MED opération SOPHIA: formation des garde-côtes libyens et de la marine libyenne et contribution à la mise en oeuvre, en haute mer, au large des côtes libyennes, de l’embargo des Nations unies sur les armes. Le Secrétaire général de l’OTAN participera à ce débat.

EUNAVFOR MED opération SOPHIA
L’EUNAVFOR MED

L’opération militaire de l’UE dans la partie sud de la Méditerranée centrale, a été lancée le 22 juin 2015 afin de lutter contre le trafic de migrants et la traite des êtres humains et de contribuer à réduire le nombre de pertes de vies humaines en mer. Elle vise à entreprendre des efforts systématiques en vue d’identifier, de capturer et de neutraliser les navires et les embarcations ainsi que les ressources qui sont utilisés ou soupçonnés d’être utilisés par des passeurs ou des trafiquants de migrants.

Le 28 septembre 2015, le Comité politique et de sécurité (COPS) a décidé d’entamer la première étape de la deuxième phase de l’EUNAVFOR MED le 7 octobre 2015. L’opération a été rebaptisée “Sophia” le 26 octobre 2015. Au cours de la deuxième phase, il sera procédé, grâce aux moyens affectés à l’EUNAVFOR MED, à l’arraisonnement, à la fouille, à la saisie et au déroutement en haute mer des navires et des embarcations soupçonnés d’être utilisés pour le trafic de migrants ou la traite des êtres humains.

Depuis lors, l’opération a contribué à appréhender 101 passeurs ou trafiquants présumés et à les transférer aux autorités italiennes, et neutralisé 345 embarcations. Elle a en outre permis de sauver plus de 29 500 personnes. Vingt-cinq États membres de l’UE contribuent à l’opération, qui comprend 2 215 membres.

Le 20 juin 2016, le Conseil a prorogé jusqu’au 27 juillet 2017 le mandat de l’opération SOPHIA, qu’il a renforcé en y ajoutant deux tâches de soutien: formation des garde-côtes libyens et de la marine libyenne et contribution à la mise en oeuvre en haute mer, au large des côtes libyennes, de l’embargo des Nations unies sur les armes, en conformité avec la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies 2292 (2016). Le 30 août et le 6 septembre 2016, le COPS a autorisé le lancement de ces tâches de soutien.

Depuis lors, l’opération a entamé une formation d’une durée de quatorze semaines destinée aux garde-côtes libyens et à la marine libyenne pour 78 stagiaires embarqués et leurs mentors. L’opération a également commencé à contribuer à la mise en oeuvre en haute mer, au large des côtes libyennes, de l’embargo sur les armes, et a déjà mené dans ce cadre sa première inspection d’un navire le 14 Septembre 2016, ayant vérifié sept bateaux marchants et interrogé 122 autres dans le cadre.
Le quartier général de l’opération est situé à Rome (Italie).

[Fiche d’information sur l’EUNAVFOR MED opération SOPHIA]

[EUNAVFOR MED opération SOPHIA (site web du SEAE)]

[L’EUNAVFOR MED Operation SOPHIA entame la formation des garde-côtes libyens et de la marine libyenne (27 octobre 2010)]

[Trouver des solutions aux pressions migratoires]

Autres points

Le Conseil devrait adopter, sans débat, un certain nombre de décisions, notamment en ce qui concerne les points suivants:

Iran

Le Conseil doit adopter des conclusions sur l’Iran, dans lesquelles il se félicite que le plan d’action global commun soit correctement mis en oeuvre par toutes les parties et il appelle à poursuivre la mise en oeuvre intégrale et effective du plan d’action global commun pendant toute la durée de l’accord. Le Conseil devrait exprimer sa volonté de développer plus loin ses relations avec l’Iran dans des domaines d’intérêt communs, incluant les droits de l’homme, comme indiqué dans la déclaration conjointe d’Avril agréée par la haute représentante et le ministre des affaires étrangères iranien.

Le Conseil devrait exprimer son inquiétude quant a l’escalade des tensions dans la région, encourager un environnement régional plus constructif, ainsi que de mettre fin a la violence en Syrie et soutenir le retour au processus politique.

[ran: LeConseil lève toutes les sanctions économiques et financières de l’UE liées au nucléaire]

[Conclusions du Conseil sur l’accord relatif au programme nucléaire iranien, 20 juillet 2015]

[Mesures restrictives de l’UE à l’encontre de l’Iran]

[Relations de l’UE avec l’Iran]

Cadre stratégique à l’échelle de l’UE visant à soutenir la réforme du secteur de la sécurité

Le Conseil devrait approuver la communication conjointe intitulée “Éléments pour la mise en place d’un cadre stratégique à l’échelle de l’UE visant à soutenir la réforme du secteur de la sécurité”. Il est prévu que le Conseil appelle tous les acteurs au niveau de l’UE à mettre en oeuvre rapidement ce cadre.

La réforme du secteur de la sécurité jette les bases nécessaires pour accompagner l’instauration d’un contrôle démocratique effectif et d’une obligation de rendre des comptes pour le secteur de la sécurité et elle donc pertinente dans tous les contextes – y compris les environnements stables – pour améliorer la gouvernance et la sécurité des personnes et durant tout le cycle d’un conflit.

La réforme du secteur de la sécurité est un volet essentiel de la prévention des conflits, car elle traite les facteurs de crise potentiels, ainsi que de la gestion des crises et de la résolution des conflits, de la stabilisation après un conflit, de la consolidation de la paix et du renforcement de l’État, en rétablissant des institutions de sécurité tenues de rendre des comptes ainsi que des services de sécurité efficaces au profit de la population, créant ainsi les conditions nécessaires à un développement et à une paix qui soient durables.

Cinquième conférence de révision de la convention sur certaines armes classiques

Le Conseil devrait adopter des conclusions sur la cinquième conférence de révision de la convention sur l’interdiction ou la limitation de l’emploi de certaines armes classiques qui peuvent être considérées comme produisant des effets traumatiques excessifs ou comme frappant sans discrimination (CCAC) (Genève, du 12 au 16 décembre 2016)

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: