EU-China summit: Day 2


Market economy status, Silk Road, Brexit in focus at top-level talks !

china_summit

Leaders moved forward the strategic partnership between the EU and China. They provided political guidance for the completion of the comprehensive agreement on investment and signed an energy roadmap. Leaders also agreed to have another round of the human rights dialogue between the EU and China still this year in Brussels. At the summit, leaders discussed common challenges, including the protection of the rule-based international order. Ahead of the G20 summit, which will take place in China in September, leaders agreed to tackle the migration crisis at the global level. The EU also looks forward to working closely with China to address foreign policy priorities, including Syria, Iraq, Afghanistan or Africa. The same goes for global issues such as development assistance or climate change.

Copyright: No commercial use. Credit ‘The European Union’

***

Remarks by President Donald Tusk after the 18th EU-China summit in Bejijng

We have just concluded the 18th summit between the European Union and China. We had rich and sometimes very candid discussions on all dimensions of our relations. But most importantly our talks with President Xi and Premier Li were fruitful and conclusive. As a result I can say that we moved the strategic partnership between the European Union and China forward.

You had a chance to listen to our opening remarks yesterday, so you should know where we stand on some of the key issues. Therefore allow me to highlight just a few elements.

First of all we discussed the importance of international cooperation based on rules. A global order based on common rules is in our mutual interest but clearly we have our differences in what it means in practise.

Secondly, ahead of the September G20 summit in China. I am happy that we agreed to tackle the migration crisis at the global level.

Over 60 million displaced people around the world seek protection; so the international community needs to step up its efforts.

Thirdly we agreed to have another round of dialogue between the EU and China about human rights still this year in Brussels. There is no doubt that there are disagreements on this issue. But I welcome that China stands ready to engage.

On a different note let me just mention that this morning I had the opportunity to visit the National Museum in Beijing. It gave me a chance to appreciate Chinese history and its impressive culture.

Finally let me say this. We came here to discuss common challenges in an open and friendly manner. It is not always easy to have such talks because the stakes are high and real differences persist. But after these two days I can say that we made progress and we did it also thanks to the openness and frank approach by both President Xi and Premier Li. We had a good summit here in Beijing and I look forward to hosting the next bilateral EU-China summit in Brussels next year.

*

Remarks by Jean-Claude JUNCKER, President of the EC, at the joint press conference with Donald TUSK, European Council President, in Beijing, China

Beijing, 13 July 2016 – I am very happy to be back in China. My first visit goes back to 1996 as Prime Minister of Luxembourg. I came back to this country during my nineteen years in office again and again – seven or eight or nine times, I do not know exactly. And I am still impressed by the huge progress this country is making.

I focused on the parts of the debate I was in charge of. There are two main issues that were mentioned by the President of the Commission: overcapacity in the steel sector and market economy status for China. As concerns the overcapacity in steel production, I was explaining to our Chinese counterparts that it is a very serious problem for Europe and for the Europeans. The overcapacity of China is exactly twice the entire steel production of Europe, which is demonstrating what kind of problem we have to face. I was explaining to our Chinese colleagues that we, as Europeans, are used to this painful adjustment process – in particular industrial sectors and mainly steel. In the second half of the ’70s and in the first half of the ’80s, we had to go through that process in Europe because the overcapacity in steel production was huge during that period and we had to adopt the plan, the so-called Davignon Plan, which imposed production quotas on the European steel industry and which imposed minimum steel prices. We lost ten thousands of our jobs in my country, Luxembourg, of which I am no longer Prime Minister but I am talking about things I know best. We lost 80% of the jobs in the steel industry, so I know what this is about. I know how painful this adjustment process can be and I have some understanding for the problems our Chinese friends are facing when it comes to the reduction of steel production in China, when it comes to the closing of steel plants. And when we are saying that market rules have to apply, the Chinese know exactly that this, in concrete terms, means the closing down of steel plants. This is a difficult subject for us, this is an as difficult subject for the Chinese partners and we agreed this morning to establish a common working group, a kind of steel platform between China and the European Union to keep alive the debates and the discussions we have related to the steel overproduction and we would like this platform, this working group to be dealing with verification and monitoring mechanisms. And we would like this group – or this platform – to have a look in depth into the possibilities which could exist in order to bring this problem to a good end.

As far as the market economy status for China is concerned, I was explaining that the Commission has not made up its mind. We will have an orientation debate on 20 July, this year. We will stick to our international obligations, this is beyond doubt. But there too, I have to say, this is a very difficult issue. And for the time being, the Commission is finalising an impact assessment of the consequences entailed by the end of Article 15 of the WTO accession agreement with China. And when this is done, we will check certain numbers of options and then we will make our decision. I do not want to dramatise this issue, although it could easily be dramatised. But for us there is a clear link between the steel overcapacity of China and the market economy status for China.

*

Discours du Président Jean-Claude Juncker au EU-China Business Summit 2016

Pékin, le 13 juillet 2016 – In Europe, we are used to 24 official languages. That is the reason why I am not expressing myself in English but in French, because French is an as important language as English. But for reasons of respect for this assembly I will not express myself in Luxembourgish, although Luxembourgish has the same value as the two other languages mentioned.

Je suis heureux d’être avec vous ici aujourd’hui, parce que cela fait exactement 20 années que je suis venu pour la toute première fois en Chine. C’était en 1996, et je suis tombé immédiatement amoureux de cette grande nation, fasciné aujourd’hui comme hier par son histoire impressionnante et par la richesse de sa civilisation. Je suis un amoureux fidèle lorsqu’il s’agit de la Chine.

Et je contemple avec confiance, mais sans naïveté, l’avenir des relations entre la Chine et l’Europe. Ensemble, nous pouvons accroître la prospérité et le bien-être du peuple chinois et des peuples d’Europe. Ensemble, nous pouvons renforcer la stabilité du monde, qui connaît incertitudes et doutes.

Nombreux sont ceux qui, en Europe et ailleurs, s’interrogent sur le chemin que l’Europe va emprunter après la décision du peuple britannique de quitter l’Union européenne. Mais l’Europe – même l’Europe à 27 – est la deuxième zone économique mondiale et elle le restera, avec un produit intérieur brut de 12,4 billions d’euros. Elle reste le plus grand marché mondial avec un total d’exportations de 5,7 milliards d’euros, soit plus d’un tiers des exportations mondiales. Sa monnaie unique, l’euro, est la monnaie la plus échangée, avec environ 33 % de l’ensemble des transactions quotidiennes.

Au-delà des chiffres, il y a la volonté des 27 Etats membres et des institutions européennes de donner une nouvelle impulsion aux réformes engagées. Nos grandes priorités en Europe sont plus que jamais: l’emploi, la croissance, l’investissement, la justice sociale et la sécurité pour nos citoyens. Les turbulences ne manqueront pas, mais elles nous aideront aussi à avancer.

M’adresser à vous, Mesdames et Messieurs, me permet de prendre un peu de recul et de jeter un regard en arrière sur plus de quatre décennies de relations étroites entre l’Union européenne et la Chine. Ce regard permet de mesurer tous les progrès accomplis. Avec la Chine, nous formons, nous Européens, désormais deux des trois plus grands ensembles économiques du monde. En tant que partenaires économiques nous n’avons pas seulement contribué de manière fondamentale à nos croissances respectives mais surtout à la prospérité de nos citoyens. Le marché intérieur européen a permis d’accélérer le miracle économique chinois porté par les exportations, permettant à des millions d’individus de sortir de la pauvreté. Je suis convaincu que nos échanges peuvent – et doivent – progresser encore davantage.

Les profondes transformations économiques que connaissent l’Union européenne et la Chine individuellement poussent à l’émergence d’une nouvelle ère dans nos relations bilatérales. Le succès de cette nouvelle ère va dépendre de la façon dont nous appréhendons ensemble ce processus de transformation complexe. Les tensions liées aux vestiges de l’ancien modèle, telles que les surcapacités, doivent être gérées de sorte qu’elles n’aient pas de répercussions négatives sur la nouvelle ère.

La construction européenne au début des années ’50 a commencé par la mise ensemble de l’acier et du charbon. Au début des années ’70, la production européenne d’acier a connu une crise de surcapacité. La réponse européenne fut décisive, avec un plan – le Plan Davignon – qui a remis de l’ordre dans un marché européen de l’acier largement perturbé par les soutiens publics des Etats à leur sidérurgie. Ce plan a conduit à une réduction drastique de la production d’acier provoquant la disparition de dizaines de milliers d’emplois.

Si la sidérurgie en Europe n’a plus la place qu’elle occupait jadis, elle reste un secteur d’activité essentiel, un secteur d’avenir, dont l’innovation technologique continue est indispensable à l’industrie européenne. Elle est aujourd’hui appelée à faire face aux surcapacités mondiales et à une concurrence qui n’est pas toujours loyale. Elle peut compter, bien évidemment, sur les mesures de défense commerciale de l’Union européenne: nous sommes déterminés et en mesure de protéger notre sidérurgie. Mais je ne voudrais pas que ces mesures se multiplient, voire qu’elles s’étendent à d’autres secteurs.

L’Européen, l’ami européen que je suis vous appelle à vous attaquer encore davantage aux causes sous-jacentes des surcapacités de l’industrie sidérurgique chinoise, à laisser les forces du marché jouer leur rôle.

C’est une question qui à vrai dire est essentielle, au moment où nous sommes en train d’analyser les implications de l’expiration de certaines dispositions du protocole d’adhésion de la Chine à l’Organisation mondiale du commerce à la fin de cette année.

Cette nouvelle ère – cette nouvelle ère dont je parlais – doit prendre en compte la place nouvelle de la Chine dans le monde, et requiert un nouvel engagement.

La Commission que j’ai l’honneur de présider veut défendre le libre-échange et les bénéfices – réciproques – de l’ouverture. Non pas par idéologie, mais parce que c’est la meilleure façon de créer de la richesse, des opportunités et des chances pour le plus grand nombre.

Le libre-échange présuppose cependant le respect d’un certain nombre de règles en matière d’organisation du système commercial international. Le respect des règles va de pair avec la réciprocité dans les politiques d’ouverture. L’asymétrie ne saurait constituer qu’une phase de transition. A défaut, elle crée forcément des déséquilibres. Et on ne peut rien construire de stable et de durable sur un déséquilibre qui resterait.

Pour la première fois en 2015 les investissements des entreprises chinoises ont été plus importants en Europe qu’aux Etats-Unis. Et les premiers chiffres pour 2016 confirment cette accélération de l’investissement chinois. Certains en Europe parfois s’en inquiètent. Je crois au contraire qu’il faut s’en féliciter, à partir du moment où ces investissements respectent la législation et la réglementation européennes. La gouvernance des investisseurs potentiels est évidemment d’une importance non négligeable.

L’ouverture ne doit pas évoluer en sens unique. Par exemple, les entreprises européennes des technologies de l’information et de la communication se demandent pourquoi elles se voient imposer des exigences de licence et de certification complexes et discriminatoires quand elles veulent accéder au marché chinois. Et si elles comprennent que les gouvernements portent un intérêt légitime à la sécurité du marché numérique, elles se demandent pourquoi on limite l’utilisation des produits et des services cryptographiques non domestiques. Nos juristes se demandent pourquoi les cabinets d’avocats étrangers ne peuvent pas exercer en Chine même lorsqu’ils emploient des avocats chinois.

Et moi aussi, je l’avoue, je partage ces interrogations. Parce que cet état de fait ne correspond pas à l’idée que je me fais de notre partenariat. Cette idée – celle que je me fais – veut que le marché chinois offre aux entreprises européennes le même niveau d’ouverture que celui dont bénéficient les entreprises chinoises sur le marché européen.

La voie à suivre dans cette nouvelle ère de nos relations est celle de l’ouverture réciproque; celle aussi des réformes, en Chine comme en Europe. Parce que ces réformes nous permettront de donner un nouveau souffle à nos relations et nous aideront à surmonter les problèmes que nous pouvons rencontrer. Nous devons renforcer notre partenariat pour nous aider mutuellement à conduire les réformes nécessaires.

La Chine a entrepris de réformer son modèle économique et social pour évoluer vers une croissance plus durable, fondée sur une plus grande consommation intérieure, un secteur des services plus développé, une économie de la connaissance et de l’innovation, et une ouverture aux investissements.

C’est une évolution dont l’Europe se réjouit et que nous encourageons. Réformer, nous le savons tous, réformer n’est jamais facile. Réformer demande de la patience et de la détermination. Je sais que bon nombre de progrès ont été faits, mais il faut dire que dans certains domaines les avancées sont plus lentes, voire trop lentes, comme celui de la réforme des entreprises d’Etat ou bien encore celui de l’ouverture à la participation des entreprises étrangères dans l’économie chinoise, notamment dans le secteur des services et de l’investissement.

L’Europe, de son côté, met en œuvre ce que j’appelle le triangle vertueux de la reprise économique, qui combine responsabilité budgétaire, réformes structurelles et relance de l’investissement. Les réformes structurelles en cours se font à la fois au niveau national, donc des Etats membres, et au niveau européen, puisque nous complétons notre marché intérieur en construisant une Union du numérique, une Union de l’énergie et une Union des marchés des capitaux. Et il y a aussi le plan d’investissement pour l’Europe que nous avons su lancer avec succès, que nous entendons prolonger et que nous sommes prêts à ouvrir à nos partenaires.

Je crois qu’ici, comme en Europe, nous avons tout intérêt à poursuivre, à accélérer nos réformes, parce qu’en fait nos priorités se rejoignent et cela crée des opportunités mutuelles que nous devons savoir saisir.

Ces opportunités incluent la conclusion d’un accord ambitieux et complet entre la Chine et l’Union européenne sur les investissements pour à la fois approfondir et rééquilibrer notre relation économique. C’est une priorité et c’est une priorité pour cause. A travers un accès au marché et une protection des investisseurs renforcée, cet accord permettra de lever d’importants freins, d’offrir plus de sécurité juridique aux opérateurs économiques, et de faire de l’investissement réciproque un moteur de croissance pour nos deux ensembles. Son impact sera alors aussi important que l’adhésion de la Chine à l’Organisation mondiale du commerce en 2001.

Nous devons utiliser la plateforme de connectivité Union européenne-Chine pour créer des synergies: synergies, d’un côté, entre les projets européens de transports et d’infrastructures, en matière énergétique et d’économie digitale; synergies, de l’autre côté, par l’initiative chinoise “une ceinture, une route”.

Les nouvelles opportunités comprennent des activités conjointes dans les secteurs de la recherche et de l’innovation, tout comme dans le domaine de l’économie numérique, où l’Europe fait partie des leaders mondiaux et où la Chine mène des initiatives ambitieuses comme “Made in China 2025” et le plan d’action “Internet +” qui gagnerait à voir les entreprises européennes y occuper toute leur place.

Ma conviction c’est qu’un partenariat entre une Chine ouverte et stable et une Europe solide et cohérente, c’est un partenariat d’avenir dont nos citoyens et nos entreprises sont les premiers bénéficiaires. En tant que responsables politiques, il est de notre devoir de non seulement préserver ce partenariat mais de l’approfondir et de l’adapter à la réalité d’aujourd’hui. C’est à cette condition que notre partenariat deviendra le moteur de la prospérité et de la stabilité non seulement pour nos deux ensembles mais pour l’économie mondiale.

Alors, mes chers amis, soyons à la hauteur des enjeux dans cette nouvelle ère des relations bilatérales entre la Chine et l’Union européenne !

*

Related:

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: