EU: Violent Radicalisation – Further steps in preventing and countering…


UE : Radicalisation violente – Mesures supplémentaires à prévenir et à combattre…

police_and_violence

Countering terrorist propaganda and illegal hate speech online; Addressing radicalisation in prisons; Promoting inclusive education and EU common values; Promoting an inclusive, open and resilient society and reaching out to young people; Strengthening the international cooperation; Boosting research, evidence building, monitoring and networks; Focusing on the security dimension.


Other available languages: [EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO HR]

***

Stronger EU action to better tackle violent radicalisation leading to terrorism

Brussels, 14 June 2016 – Delivering on its European Agenda on Security, the European Commission is today presenting [Communication on anti-radicalisation] further steps to support Member States in preventing and countering violent radicalisation leading to terrorism.

Responsibility for addressing violent radicalisation leading to terrorism lies primarily with Member States and actors at local, regional and national level. However radicalisation, like terrorism, knows no borders. This was evident in the events leading up to the attacks in Paris and Brussels. That is why the European Commission is setting out a number of initiatives to support Member States in their efforts across several policy areas, from promoting inclusive education and common values, to tackling extremist propaganda online and radicalisation in prisons.

Commission First Vice-PresidentFrans Timmermans said: “Recent terrorist attacks have shown how some young Europeans have fallen prey to an ideology of death and destruction, breaking away from their own families and friends and turning against their own societies. This calls for a determined response by society as a whole, to prevent radicalisation and strengthen the ties that bind us together. The EU should help wherever it can.”

The Commission is today outlining actions in seven specific areas where cooperation at EU level can bring added value:

* Countering terrorist propaganda and illegal hate speech online: Work with the IT industry to stop the spread of illegal content inciting to violence, support the development of positive alternative narratives by civil society, and develop media literacy so that young people assess information critically.

* Addressing radicalisation in prisons: Exchange experience between Member States to develop guidelines on mechanisms and programmes to prevent and counter radicalisation in prison and help rehabilitation and reintegration.

* Promoting inclusive education and EU common values: Use funding from the Erasmus+ programme to support projects promoting social inclusion, our shared values and intercultural understanding.

* Promoting an inclusive, open and resilient society and reaching out to young people: For example, the Commission will develop a toolkit to help those working most closely with young people to detect and tackle violent radicalisation.

* Strengthening the international cooperation: The EU will assist third countries facing similar challenges in addressing radicalisation through law enforcement and human rights compliant responses.

* Boosting research, evidence building, monitoring and networks: Produce concrete tools and policy analysis to better understand the process of radicalisation to be directly usable by Member States’ security practitioners and policy-makers, building also on the framework of the RAN Centre of Excellence.

* Focusing on the security dimension: prevention of radicalisation also requires a core security approach through measures to counter immediate and longer-term threats, such as travel prohibitions, and the criminalisation of travelling to third countries for terrorist purposes, as the Commission has already proposed. Member States should increase information sharing, make full use of security cooperation frameworks and information tools and reinforce the interconnection of information systems.

Background

To date, some 4,000 EU nationals are estimated to have joined terrorist organisations in countries experiencing conflict such as Syria and Iraq. The majority of the terrorist suspects implicated in the recent terrorist atrocities in the EU were European citizens, born and raised in our societies. The EU is reinforcing its security approach to this problem, with enhanced information sharing in security, border and migration databases and a strengthening of Europol and its European Counter-Terrorism centre.

The EU has been supporting Member States’ work in countering radicalisation for over a decade. The European Union has been working to help Member States provide a robust response to violent extremism, by strengthening cooperation in areas such as education and building up the resilience of our societies. Since 2005, efforts against radicalisation have been guided by the EU Strategy for Combating Radicalisation and Recruitment. The European Agenda on Security, adopted by the Commission on 28 April 2015, set out the main actions to ensure an effective EU response to terrorism and security threats in the EU over 2015-2020. The Commission also built on the EU Radicalisation Awareness Network [RAN] by launching on 1 October 2015, the Radicalisation Awareness Network Centre of Excellence. The Commission organised a High-Level meeting including Justice Ministers in October 2015 to discuss the criminal justice response to radicalisation, which resulted in Council Conclusions calling for the exchange of best practices on de-radicalisation in prisons and rehabilitation programmes, training and funding. After the Paris and Copenhagen attacks, on 17 March 2015, the Commission and Education Ministers signed the “Paris Declaration” on promoting citizenship and common values.

**

Une action plus ferme de l’UE pour mieux lutter contre la radicalisation violente menant au terrorisme

Bruxelles, le 14 juin 2016 – Conformément à ses engagements pris au titre du programme européen en matière de sécurité, la Commission présente [Communication sur la lutte contre la radicalisation] aujourd’hui des mesures supplémentaires visant à aider les États membres à prévenir et à combattre la radicalisation violente menant au terrorisme.

La responsabilité de la lutte contre la radicalisation violente menant au terrorisme incombe en premier lieu aux États membres et aux acteurs locaux, régionaux et nationaux. Toutefois, comme le terrorisme, la radicalisation ne connaît pas de frontières, ainsi que l’ont clairement démontré les événements qui ont conduit aux attentats de Paris et de Bruxelles. C’est pourquoi la Commission européenne présente une série d’initiatives destinées à soutenir les États membres dans les efforts qu’ils déploient dans plusieurs domaines d’action, allant de la promotion d’une éducation ouverte à tous et de valeurs communes à la lutte contre la propagande extrémiste en ligne et la radicalisation en milieu carcéral.

M. Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission, a déclaré à ce propos: «Les récentes attaques terroristes ont montré comment certains jeunes Européens sont tombés dans le piège d’une idéologie prônant la mort et la destruction, jusqu’à rompre les liens avec leur famille et leurs amis et à se retourner contre leur société. Ce phénomène appelle une réponse déterminée de la société dans son ensemble afin de prévenir la radicalisation et de resserrer les liens qui nous unissent tous. L’UE devrait apporter son aide là où elle peut le faire.»

La Commission définit aujourd’hui une série d’actions dans sept domaines spécifiques dans lesquels une coopération au niveau de l’UE peut apporter une valeur ajoutée:

* Lutte contre la propagande terroriste et les discours de haine illégaux en ligne: collaborer avec le secteur informatique pour faire cesser la diffusion de contenus incitant à la violence, soutenir l’élaboration de contre-discours positifs par la société civile et développer l’éducation aux médias afin que les jeunes apprennent à analyser les informations de façon critique.

* Lutte contre la radicalisation en milieu carcéral: échanger des expériences entre États membres en vue d’élaborer des lignes directrices sur les mécanismes et des programmes destinés à prévenir et à combattre la radicalisation en milieu carcéral et à favoriser la réadaptation et la réinsertion.

* Promotion d’une éducation ouverte à tous et des valeurs communes de l’UE: utiliser des fonds du programme Erasmus+ pour soutenir des projets favorisant l’inclusion sociale, nos valeurs communes et la compréhension interculturelle.

* Promouvoir une société inclusive, ouverte et résiliente et se mettre à l’écoute des jeunes: par exemple, la Commission créera une boîte à outils qui aidera ceux qui travaillent en contact direct avec les jeunes à détecter la radicalisation violente et à y réagir.

* Renforcement de la coopération internationale: L’UE aidera les pays tiers confrontés à des défis similaires à lutter contre la radicalisation par des réponses respectueuses de l’application des lois et des droits de l’homme.

* Soutien à la recherche, à la collecte de données probantes, à des actions de suivi et aux réseaux: produire des outils concrets et des analyses des politiques permettant de mieux comprendre le processus de radicalisation et pouvant être utilisés directement par les spécialistes de la sécurité et les responsables politiques des États membres, en se fondant également sur le cadre du centre d’excellence du RSR.

* Accent sur la dimension sécuritaire: la prévention de la radicalisation exige également une approche fondamentale de la sécurité axée sur des mesures visant à combattre les menaces immédiates et à plus long terme, telles que des interdictions de voyage et la criminalisation des séjours dans un pays tiers à des fins terroristes, ainsi que la Commission l’a déjà proposé. Les États membres devraient renforcer le partage d’informations, exploiter pleinement les cadres de coopération et les outils d’information et accroître l’interconnexion des systèmes d’information.

Contexte

À ce jour, quelque 4 000 ressortissants de l’UE auraient, selon les estimations, rejoint des organisations terroristes dans des pays en conflit tels que la Syrie et l’Irak La plupart des terroristes présumés impliqués dans les récentes atrocités terroristes commises dans l’UE étaient des citoyens européens, nés et élevés dans nos sociétés. L’UE est en train de durcir son dispositif de sécurité afin de faire face à ce problème, en intensifiant les échanges d’informations entre les bases de données dans les domaines de la sécurité, du contrôle aux frontières et de la migration, et en renforçant Europol et son centre européen de lutte contre le terrorisme.

L’UE soutient l’action des États membres dans le domaine de la lutte contre la radicalisation depuis plus d’une décennie. L’Union européenne s’est efforcée d’aider les États membres à offrir une réponse forte à l’extrémisme violent par une plus grande coopération dans des domaines tels que l’éducation et par un renforcement de la résilience de nos sociétés.Depuis 2005, les efforts mis en œuvre pour combattre la radicalisation sont guidés par la stratégie de l’UE visant à lutter contre la radicalisation et le recrutement de terroristes. Le programme européen en matière de sécurité, adopté par la Commission le 28 avril 2015, contient les grandes mesures que propose l’institution pour la période 2015–2020, en vue de permettre à l’UE de contrer efficacement la menace terroriste sur son sol et les autres menaces pour sa sécurité. Dans le prolongement du réseau européen de sensibilisation à la radicalisation [RSR,] la Commission a également lancé, le 1er octobre 2015, un centre d’excellence associé à ce réseau. La Commission a organisé, en octobre 2015, une réunion de haut niveau à laquelle ont participé les ministres de la justice afin de débattre de la réponse pénale à la radicalisation, débat qui a débouché sur des conclusions du Conseil appelant à un échange de bonnes pratiques en matière de déradicalisation dans les prisons et de programmes de réhabilitation ainsi qu’au soutien de la formation de tous les acteurs et à de nouveaux financements. À la suite des attentats de Paris et de Copenhague, la Commission et les ministres de l’éducation ont signé, le 17 mars 2015, la «déclaration de Paris» sur la promotion de l’éducation à la citoyenneté et aux valeurs communes.

**

Frequently asked questions

This initiative is part of the Commission’s work under the European Agenda on Security adopted in April 2015 and towards achieving an effective and genuine EU Security Union. The Communication presented today includes initiatives in several policy areas, from boosting research to help better understand the radicalisation phenomenon, to preventing its manifestations through education, to tackling it on the Internet and in prisons, to how we can strengthen cooperation with third countries facing similar challenges.

What is the added value of EU action in the fight against radicalisation leading to violent extremism?

The recent terrorist attacks in Europe have once again underlined the urgent need to tackle radicalisation leading to violent extremism and terrorism. The majority of the terrorist suspects implicated in those attacks were European citizens, born and raised in EU Member States, who were radicalised and turned against their fellow citizens to commit atrocities. Preventing radicalisation is a central part of the fight against terrorism, as highlighted in the European Agenda on Security.

Actions countering radicalisation take place mainly on the ground, at local but also regional or national levels, and fall primarily within the competences of the Member States. Local actors such as teachers, youth and social workers, community leaders, psychologists, NGOs, think-tanks, community police, prison and probation officers as well as representatives of local authorities are usually best placed to prevent and detect radicalisation both in the short term and the long term. At the same time, the process of violent radicalisation has important transnational implications which require a more coordinated approach and support from the European level. To support Member States in their efforts, the Commission will primarily mobilise its policy and funding instruments as well as European networks. Most actions in the Communication will be implemented in close collaboration with the Member States.

What are the root causes of radicalisation leading to terrorism?

EU research has provided useful comparative results on radicalisation and de-radicalisation processes and on the evolving and complex social context of religions, multiculturalism and political extremism in many Member States. There is a growing consensus that drivers conducive to radicalisation may include a strong sense of alienation, perceived injustice or humiliation reinforced by social marginalisation, xenophobia and discrimination, limited education or employment possibilities, criminality or psychological problems. These factors can be exploited by recruiters who prey on vulnerabilities and grievances through manipulation. Recent developments including the most recent terrorist attacks perpetrated in Europe, but more broadly the large number of EU foreign terrorist fighters, the increasing number of women and children becoming radicalised and recruited by terrorist groups as well as the use of modern communication tools for such purposes, represent new challenges in terms of understanding and addressing the underlying root causes and processes of radicalisation.

What evidence exists already on the phenomenon of radicalisation?

The phenomenon of radicalisation is not new. EU research has provided useful comparative results on radicalisation and de-radicalisation processes among young people and on the evolving and complex social context of religions, multiculturalism and political extremism in many Member States. Several projects on radicalisation were launched under the Seventh Framework Programme for European Research and Technological Development (FP7). In addition, the Commission has included research topics on radicalisation and inclusion in 2016 under its research and development programme Horizon 2020. The fresh evidence generated by these projects will strengthen the capacity of Member States to fine-tune existing policy approaches and develop new policies and practices.

In which areas will the Communication support Members States? What are some examples of concrete actions the Commission will take?

This Communication focuses on how work at EU level can support Member States in meeting this challenge in the following seven specific areas:

(i) Supporting research, evidence building, monitoring and networking

* For instance, the Commission will increase its research on radicalisation to help Member States fine-tune existing policy approaches and practices.

(ii) Countering terrorist propaganda

* In the coming months the Commission, Europol, Member States, civil society and industry will put forward a toolbox of targeted actions. This will, for instance, include a Joint Referral Platform to be developed by the internet industry with the contribution of different stakeholders. The aim is to strengthen the referrals process and prevent removed material from being re-uploaded to other platforms.

(iii) Addressing radicalisation in prisons

* The RAN Centre of Excellence will provide policy recommendations on the prevention of radicalisation for first-line practitioners, covering the prison and probation sector.

* In addition, the EU will develop education and training programmes in prisons (including vocational training) to ease detainees’ reintegration into society.

(iv) Promoting inclusive education and EU common values

* As one of the actions to achieve this goal, the Commission is making available through Erasmus+ more than € 400 million in 2016 to transnational partnerships to develop innovative policy approaches and practices at grassroots level, prioritising social inclusion, the promotion of common values and intercultural understanding. The Commission will also set up a network to enable visits from local role models – entrepreneurs, sportspeople, as well as formerly radicalised people – to schools, youth centres or sports clubs.

(v) Promoting an inclusive, open and resilient society and reaching out to young people

* For example, the Commission will continue to work with the European Parliament and the Council towards the adoption of the anti-discrimination directive. It will also enhance its support to youth workers and youth organisations, particularly by developing a toolkit helping them to detect and tackle violent radicalisation.

(vi) The security dimension of addressing radicalisation

* For instance, the Commission will, by the end of 2016, propose to revise the Schengen Information System to further improve its added value for law enforcement and counter-terrorism purposes.

(vii) The international dimension.

* The Commission will, for instance, focus the EU’s external financial instruments on the prevention of violent radicalisation. It will also set up Erasmus+ Virtual Exchanges between young people from inside and outside the EU, aiming to bring 200,000 of them together through these structured online discussions by 2020 to boost intercultural dialogue and mutual understanding.

How does the EU support projects in the fight against radicalisation?

The fight against radicalisation is multi-dimensional, and there is funding available at EU level from a range of programmes, which can be used for relevant actions, spread across different policy areas.

1. One source of support are national programmes implemented by EU countries participating in the Internal Security Fund (ISF). For instance, ISF-Police national programmes contain projects related to radicalisation with a total amount of € 314 million for 2014-2020.

2. The Commission can also support projects on radicalisation through several instruments such as the horizontal ISF-Police for Union actions depending on the scope of the actions foreseen in the project. For these actions, the Commission approves Annual Work Programmes that define the priorities and objectives for each year, including the priorities for the calls for proposals.

3. Another source of financial support is Erasmus+, the EU education and training programme. As of 2016, priority is given to actions and projects that foster inclusion and promote fundamental values, echoing the objectives of the Paris Declaration of March 2015. As a result, € 400 million is now available to develop new policies and projects supporting these priorities, and an additional € 13 million will be spent on helping to spread and scale up grassroots initiatives.

4. Finally, the European Structural and Investment Funds implemented at national or regional level can be mobilised. From 2014 to 2020, € 25.6 billion will go directly towards fostering the social inclusion of disadvantaged groups, for instance through tailor-made training programmes and social support schemes. In addition, more than € 8 billion will be used to help schools address early school leaving and increase access to quality education for all, for instance through adapting school curricula, teacher education courses and individual support to disadvantaged learners.

What is the Radicalisation Awareness Network Centre of Excellence?

In October 2015, the Commission launched the RAN Centre of Excellence to support the work of the Radicalisation Awareness Network (RAN), now connecting over 2,400 front-line practitioners including educators, social workers, community leaders, psychologists, NGOs, think-tanks, community police, prison and probation officers as well as representatives of local authorities. The RAN Centre of Excellence is the European hub and platform to exchange experiences, pool knowledge, identify best practices and develop new initiatives in tackling radicalisation. The aim of the RAN Centre of Excellence is:

(i) to facilitate and enhance the exchange of experiences and cooperation between the relevant stakeholders (inside and outside the EU), in particular through the RAN (network component);

(ii) to support the EU and the Member States to prevent efforts through different support services, practical tools and policy contributions (support component);

and (iii) to consolidate, disseminate and share expertise, best practices and targeted research in the field of preventing radicalisation (knowledge component).

The RAN disposes of different working groups, where a variety of aspects of radicalisation and preventative approaches are discussed and tested:

* The Communication and Narratives Working Group (RAN C&N)

* The Education Working Group (RAN EDU)

* The Youth, Families and Communities Working Group (RAN Y,F&C)

* The Health and Social Care working group (RAN H&SC)

* The Local Authorities Working Group (RAN LOCAL)

* The Prison and Probation Working Group (RAN P&P)

* The Police and law enforcement working group (RAN POL)

* The EXIT working group (RAN EXIT)

* The Remembrance of Victims of Terrorism Working Group (RAN VVT)

What is the S(S)CAT/SCN?

The European Commission will continue to fund the Strategic Communications Advisory Team/Strategic Communications Network. It is foremost about developing and exchanging best practices in the area of strategic communication with a view to preventing and countering terrorist crime and violent extremism. SCAT supports Member States and other actors to tackle national and local communications challenges by creating a vibrant and dynamic network, designed to share and exchange best practices in this area. Activities include practical support and counselling on strategic communications, available to Member States, civil society as well as EU institutions.

How can the Commission support actions in the field of education to prevent violent radicalisation?

Education plays a vital role in promoting social inclusion, transmitting the common values underpinning the EU, fostering intercultural understanding and enhancing critical thinking, thus equipping young people with the necessary skills to make informed choices. This is the spirit of the Paris Declaration onpromoting citizenship and the common values of freedom, tolerance and non-discrimination through education, adopted on 17 March 2015 by Education Ministers and Commissioner Navracsics. This text defines common objectives for Member States and calls for EU-level supportive actions. On this basis, the Commission has mobilised its policy and financial tools to help schools, higher education institutions as well as the youth sector to become drivers of change.

Going forward, the Commission will propose a Council Recommendation establishing a policy framework on promoting inclusion and fundamental values through education. The objective will be to support Member States in implementing policy reforms and provide guidance to practitioners on the ground. The framework will build on existing knowledge on what works and help disseminate good practices at EU level.

The EU will continue to support exchanges among teachers and schools through eTwinning to help them learn from each other on how to promote citizenship and fundamental values in the classroom. The online eTwinning platform already connects 300,000 teachers, making it the largest teacher network in the world. eTwinning will be further extended in selected EU Neighbourhood countries to foster intercultural dialogue among teachers and pupils from an early age.

The Commission will establish a network that will enable local role models, such as entrepreneurs, artists and sportspersons, to reach out to schools, youth and sport clubs, as well as prisons, to speak and bond with young people.

The Commission encourages higher education institutions to award credits for volunteering and to develop curricula that combine academic content with civil engagement. Some institutions already allocate credits for volunteering during or following an Erasmus+ stay. The Commission will provide opportunities to share good practices on these topics.

Finally, the RAN Centre of Excellence continues to provide a platform for the exchange of expertise and best practices on how to tackle radicalisation in the educational setting in particular through its working group on education.

How does the EU support those working with young people on the ground ?

Complementing formal education, youth work is a particularly powerful tool to reach out to the most disadvantaged young people. It can help prevent marginalisation, which makes young people more vulnerable to extremist views. Engagement of youth workers is important as part of a broader collaboration with all relevant actors, including educational institutions, community organisations, employers and those closest to young people: their families and friends.

The Commission is supporting this with a specific toolkit for youth workers and educators being developed in close cooperation with Member States. This will include practical guidance, methods and case studies for training youth workers and youth organisations to reach out to and work with young people at risk of marginalisation. It will for example include methods to help with detecting violent radicalisation and handling conflicts in a non-violent way. The toolkit is being developed by a dedicated expert group on the contribution of youth work for fostering active citizenship, preventing marginalisation and radicalisation. It will be possible to adapt the tools to the specific local environments and needs.

To bolster the impact of youth work on the ground, the Commission will also strengthen the European Voluntary Service (EVS). Its budget will increase by 15% annually between 2017 and 2020 from € 65 million in 2016. Moreover, priority will be given to projects promoting EU common values and reaching out to disadvantaged people and communities. The Commission will also open the EVS to an even broader range of young people and organisations.

What does the Commission do to counter terrorist propaganda and violent extremism online?

On 3 December 2015, the Commission launched the EU Internet Forum, bringing together Ministers and CEOs of major internet companies and other internet actors. It provides a framework for more efficient cooperation with the industry. The aim is to contribute to (i) reducing accessibility to terrorist material online (removal of content) and (ii) empowering civil society partners to challenge the terrorist narrative (development and dissemination of narratives which counter and challenge that of the extremists, and provide positive alternative narratives). Work is now underway to improve the speed and volume of referrals, and prevent removed material from being re-uploaded elsewhere. For that purpose, the industry with the contribution from other stakeholders is looking into the development of a Joint Referral platform.

Furthermore, the Commission is keen to bring the smaller, newer companies on-board and prevent their platforms from being exploited by terrorist networks. The EU Internet Referral Unit at Europol will play a key role in this process and the Radicalisation Awareness Network, in consultation with the industry and its network of practitioners and civil society partners, is developing a civil society empowerment programme to support the development and dissemination of alternative and counter narratives.

Inits proposal to revise EU audiovisual rules, the Commission aims to ensure that video-sharing platforms be required to take appropriate measures to protect citizens from incitement to violence or hatred. Such measures include for example reporting and flagging. The proposal foresees that the Codes of Conduct developed by the industry are submitted to the Commission, that the European Regulators’ Group for Audiovisual Media Services (ERGA) may be asked give an opinion on these codes, and that national audiovisual-regulators are empowered to enforce them. The Commission will also broker a new Alliance to better protect children online, as part of its efforts to encourage industry to develop codes of conduct to support the implementation of the proposed update of the EU’s audiovisual rules.

How will the Code of Conduct to take down illegal online hate just signed by IT companies help tackle online radicalisation?

Social media is part of the techniques that terrorist groups use to radicalise and then recruit young people. Online incitement to violence often leads to physical threats in real life.

By signing this Code of Conduct on 31 May 2016, the IT companies commit to tackling quickly and efficiently illegal hate speech online. This will include the establishment of internal procedures and staff training to guarantee that the majority of valid notifications for the removal of illegal hate speech are reviewed in less than 24 hours and remove or disable access to such content, if necessary. IT companies will strengthen their partnerships with civil society organisations who will help flag content that promotes incitement to violence and hateful conduct. The partnership will also support civil society organisations in delivering effective anti-hate campaigns online.

Can the EU do something about radicalisation in prisons?

The European Commission has been working on radicalisation issues for several years, mainly through the Radicalisation Awareness Network (RAN) set up in 2011. RAN is an umbrella network connecting experts and practitioners involved in preventing radicalisation and violent extremism throughout Europe. Its aim is to exchange ideas, knowledge and experiences on countering radicalisation and violent extremism.

In October 2015 Commissioner Jourová convened Justice Ministers to discuss how to improve the criminal justice response to radicalisation in prisons. Council Conclusions on 20 November 2015 called for the exchange of best practices on de-radicalisation in prisons and rehabilitation programmes, training and funding.

The RAN Center of Excellence will enable the exchanges of good practices and help formulate policy recommendations on the prevention of radicalisation for practitioners (from prison staff to prosecutors). Eurojust will facilitate the sharing of information between specialised prosecutors. The Commission will also provide financial support to Member States to develop risk assessment tools to identify radicalised inmates as early as possible. The reintegration of detainees should be facilitated by the development of education and training programmes in prison. The Commission will support Member States in developing rehabilitation programmes for prisoners and the exchange of best practices and policies in the field of the execution of penal sanctions.

What structures and security tools exist at EU level to help prevent radicalisation leading to acts of terrorism?

In addition to measures prohibiting or criminalising activities contributing to radicalisation towards terrorism such as recruitment or the dissemination of terrorist propaganda or hate speech, there are tools and structures in place to facilitate the detection of those suspected of radicalisation and posing a security risk.

For that purpose, it is important that the different security cooperation frameworks and information exchange tools are joined up, strengthened and fully used.

Schengen Information System (SIS) is of particular importance in this regard. It allows, throughout the 29 Schengen states, an accelerated and more targeted information exchange on those suspected of terrorism-related activities for law enforcement authorities, state security services and border guards. SIS can be accessed by every police officer and border guard at each border crossing point with a response time of some seconds. SIS is more than an information exchange platform. It also contains the concrete action to be taken on the spot when the check on a person or an object is carried out. SIS has already been successfully used in many occasions against terrorist suspects. SIS has also proven useful to refuse entrance to Schengen for so-called “extremist preachers”. Thanks to the Commission’s awareness-raising, today Member States use the Schengen Information System more intensively: there are more than 75,000 alerts for discreet or specific checks at border crossings, a 300% increase compared to the situation in June 2013. The system was searched 3 billion times in 2015 by the competent national authorities, which is a 50% increase compared to the previous year. The Commission will, by the end of 2016, propose to revise the Schengen Information System to further improve its added value for law enforcement and counter-terrorism purposes

Furthermore, the European Counter Terrorism Centre in Europol launched on 1 January 2016, aims is to step up support to Member States fighting terrorism and radicalisation by facilitating coordination and cooperation between national authorities. It should become a central information hub in the fight against terrorism in the EU, including as regards radicalisation risks.

In addition, the Europol Information System (EIS) serves as a central repository of law enforcement data, including the consolidated list of all known or suspected Foreign Terrorism Fighters.

More broadly, there is a need to more proactively exchange relevant information among Member States, and Europol where appropriate, on released convicts suspected of radicalisation or known radical individuals to allow the competent authorities to take appropriate measures against persons representing a high security risk.

On 6 April 2016, the Commission presented a revised proposal for establishing an Entry/Exit System (EES) as well as the subsequent technical changes to the Schengen Border Code. The EES will strengthen and at the same time speed up border check procedures for non-EU nationals travelling to the EU. The EES will also improve the quality and efficiency of the Schengen Area external border controls, help Member States dealing with ever increasing traveller flows without having to increase accordingly the number of border guards, allow the systematic identification of over-stayers and reinforce internal security and the fight against terrorism and serious crime.

How can the EU address violent extremism beyond the EU borders?

The EU works with the UN, the Council of Europe and the Organization for Security and Co-operation in Europe (OSCE) in their efforts to counter violent extremism, radicalisation and terrorism, for example through continued support through the Global Counterterrorism Forum (GCTF) and its Countering Violent Extremism (CVE) bodies, like Hedayah, the International Center of Excellence for CVE, and the Global Community and Resilience Engagement Fund (GCERF).

EU action in the international arena follows two complementary approaches. Firstly, when assisting third countries, the EU will support law enforcement and human rights compliant responses that aim to prevent radicalised individuals from committing terrorist acts. Secondly, the EU will step up engagement in preventive action, tackling the root causes of radicalisation that can lead to violent extremism. Where possible, EU support is framed within wider reforms aimed at strengthening security capacities in partner countries since organised crime, smuggling and illicit trafficking as well as weak border management have proven links with violent radicalisation.

The EU is engaging with countries through counterterrorism and targeted and upgraded security dialogues leading to counterterrorism packages and roadmaps. Priority is being given in EU programmes to youth, education and socio-economic development. Preventing and countering violent extremism has become a key component of the EU’s external counterterrorism activities and has been mainstreamed into development policy bridging the gap between security and development. The EU funded package of “Strengthening Resilience to Violence and Extremism” (STRIVE) activities has been the precursor to the development of an increasing number of initiatives aimed at identifying drivers for youth extremism, empowering women, promoting community dialogue, strengthening local actors or improving media and education capacities to counter radicalising ideologies. Financial support to civil society will factor in the anti-radicalisation dimension. The EU will further interact with civil society, practitioners and academia, including in partner countries, to deepen its understanding of the driving factors and identify effective responses.

**

Foire aux questions

Fragen und Antworten: Mehr Maßnahmen auf EU-Ebene zur effizienteren Bekämpfung von Radikalisierung und Gewaltbereitschaft

Cette initiative fait partie des travaux menés par la Commission dans le cadre du programme européen en matière de sécurité adopté en avril 2015, qui devrait contribuer à l’instauration d’une union de la sécurité réelle et effective de l’UE. La communication présentée aujourd’hui prévoit des initiatives dans plusieurs domaines d’action, visant notamment à stimuler la recherche afin de mieux comprendre le phénomène de la radicalisation, à empêcher ses manifestations grâce à l’éducation, à lutter contre la radicalisation sur l’internet et dans les prisons ou à trouver des moyens de renforcer la coopération avec les pays tiers confrontés à des défis similaires.

Quelle est la valeur ajoutée de l’action de l’UE dans la lutte contre la radicalisation conduisant à l’extrémisme violent?

Les attentats terroristes récemment perpétrés en Europe ont une fois de plus montré combien il était urgent de lutter contre la radicalisation conduisant à l’extrémisme violent et au terrorisme. La majorité des terroristes présumés impliqués dans ces attentats étaient des citoyens européens, qui sont nés dans des États membres de l’UE et y ont grandi, qui se sont radicalisés et ont commis des atrocités à l’encontre de leurs concitoyens. La prévention de la radicalisation joue un rôle essentiel dans la lutte contre le terrorisme, comme l’a souligné le programme européen en matière de sécurité.

Les actions de lutte contre la radicalisation se traduisent principalement par des mesures de terrain, prises au niveau local, mais aussi régional ou national, et elles relèvent avant tout de la compétence des États membres. Les acteurs locaux comme les enseignants, les animateurs socio-éducatifs et les travailleurs sociaux, les responsables locaux, les psychologues, les ONG, les groupes de réflexion, la police de proximité, les agents pénitentiaires et les agents de probation, ainsi que les représentants des autorités locales, sont en général les mieux placés pour déceler et prévenir la radicalisation, aussi bien à court terme qu’à long terme. Dans le même temps, le processus de radicalisation violente a d’importantes implications transnationales qui requièrent une approche et un appui plus coordonnés au niveau européen. Pour soutenir les États membres dans leurs efforts, la Commission mobilisera principalement ses instruments politiques et de financement, ainsi que les réseaux européens. La plupart des actions visées dans la communication seront mises en œuvre en étroite collaboration avec les États membres.

Quelles sont les causes profondes de la radicalisation conduisant au terrorisme?

La recherche de l’UE a fourni des résultats comparatifs utiles sur les processus de radicalisation et de déradicalisation ainsi que sur le contexte social complexe et en constante évolution des religions, du multiculturalisme et de l’extrémisme politique dans de nombreux États membres. Il est de plus en plus admis qu’au nombre des facteurs favorisant la radicalisation peuvent figurer un profond sentiment d’aliénation ou d’humiliation, ou un sentiment d’injustice subjectif renforcé par la marginalisation sociale, la xénophobie et la discrimination, des possibilités d’éducation ou d’emploi limitées, la criminalité ou des troubles psychologiques. Ces facteurs peuvent être exploités par les recruteurs qui utilisent les vulnérabilités et les revendications à des fins de manipulation. Les événements qui se sont produits récemment, notamment les dernières attaques terroristes perpétrées en Europe, mais aussi, plus largement, le grand nombre de combattants terroristes étrangers de l’UE, le nombre sans cesse croissant de femmes et d’enfants qui se radicalisent et sont recrutés par des groupes terroristes, ainsi que le recours à des outils de communication modernes à cette fin, représentent de nouveaux défis alors que nous cherchons à comprendre et à nous attaquer aux causes sous-jacentes et aux processus de la radicalisation.

De quels éléments de preuve disposons-nous déjà sur le phénomène de la radicalisation?

La radicalisation n’est pas un phénomène nouveau. La recherche de l’UE a fourni des résultats comparatifs utiles sur les processus de radicalisation et de déradicalisation chez les jeunes ainsi que sur le contexte social complexe et en constante évolution des religions, du multiculturalisme et de l’extrémisme politique dans de nombreux États membres. Plusieurs projets liés à la radicalisation ont été lancés au titre du septième programme-cadre européen de recherche et de développement technologique. De plus, en 2016, la Commission a inclus des thèmes de recherche liés à la radicalisation et à l’inclusion dans son programme de recherche et de développement «Horizon 2020». Les éléments nouveaux relevés dans le cadre de ces projets permettront de renforcer la capacité des États membres à affiner les approches stratégiques existantes et à mettre au point de nouvelles politiques et pratiques.

Dans quels domaines la communication fournira-t-elle un soutien aux États membres? Quels exemples peut-on donner d’actions concrètes que mènera la Commission?

La présente communication porte essentiellement sur la manière dont l’action au niveau de l’UE peut aider les États membres à relever ce défi dans les sept domaines spécifiques ci-après:

(i) Soutien à la recherche, à la collecte de données probantes, au suivi des actions menées et à la mise en réseau

* Par exemple, la Commission intensifiera sa recherche en matière de radicalisation afin d’aider les États membres à affiner les approches stratégiques et pratiques existantes.

(ii) Lutte contre la propagande terroriste

* Dans les prochains mois, la Commission, Europol, les États membres, la société civile et les entreprises du secteur présenteront une panoplie d’actions ciblées. Parmi ces actions figure, par exemple, une plateforme commune de signalement mise au point par le secteur de l’internet avec la contribution de différentes parties prenantes, dont l’objectif est de renforcer le processus de signalement et d’éviter que des contenus supprimés ne soient rechargés sur d’autres plateformes.

(iii) Lutte contre la radicalisation en milieu carcéral

* Le centre d’excellence du RSR fournira des recommandations sur la prévention de la radicalisation à l’intention des professionnels de première ligne, couvrant le secteur carcéral et celui de la probation.

* L’UE élaborera, en outre, des programmes d’éducation et de formation en milieu carcéral (y compris de formation professionnelle) afin de faciliter la réintégration des détenus dans la société.

(iv) Promotion d’une éducation ouverte à tous et des valeurs communes de l’UE

* Parmi les actions visant à la réalisation de cet objectif figure la mise à disposition, par la Commission et grâce à Erasmus+, de plus de 400 millions d’euros en 2016 en faveur de partenariats transnationaux destinés à élaborer des approches et pratiques innovantes sur le terrain, en accordant la priorité à l’inclusion sociale, à la promotion de valeurs communes et à la compréhension interculturelle. La Commission mettra également en place un réseau pour permettre à des personnalités locales considérées comme des modèles de comportement – des chefs d’entreprise, des sportifs, ainsi que des personnes précédemment radicalisées – de se rendre dans des écoles, des centres de jeunesse ou des clubs sportifs.

(v) Promotion d’une société résiliente et inclusive et actions en faveur des jeunes

* La Commission continuera, par exemple, à coopérer avec le Parlement européen et le Conseil en vue de l’adoption de la directive antidiscrimination. Elle renforcera également son soutien aux animateurs et aux organisations socio-éducatifs, en particulier en mettant au point une boîte à outils destinée à les aider à détecter et à combattre la radicalisation violente.

(vi) La dimension sécuritaire de la lutte contre la radicalisation

* Par exemple, la Commission proposera, d’ici à la fin de l’année 2016, de revoir le système d’information Schengen afin d’en accroître la valeur ajoutée dans le domaine de la répression et de la lutte contre le terrorisme.

(vii) La dimension internationale

* La Commission concentrera, par exemple, les instruments financiers extérieurs de l’UE sur la prévention de la radicalisation violente. Elle mettra également en place des échanges virtuels dans le cadre d’Erasmus+ entre des jeunes à l’intérieur et à l’extérieur de l’UE, l’objectif étant d’en réunir 200 000 par l’intermédiaire de ces discussions structurées en ligne d’ici 2020 afin de stimuler le dialogue interculturel et la compréhension mutuelle.

Comment l’Union européenne soutient-elle des projets de lutte contre la radicalisation?

La lutte contre la radicalisation est multidimensionnelle et des fonds sont disponibles au niveau de l’UE au titre d’une série de programmes, qui peuvent être utilisés pour des actions pertinentes, réparties entre différents domaines d’action.

1. Une source de soutien réside dans les programmes nationaux mis en œuvre par les pays de l’UE participant au Fonds pour la sécurité intérieure (FSI). Par exemple, les programmes nationaux FSI-Police contiennent des projets liés à la radicalisation, avec une enveloppe totale de 314 millions d’euros pour la période 2014-2020.

2. La Commission peut également soutenir des projets de lutte contre la radicalisation au moyen de plusieurs instruments tels que le FSI-Police horizontal pour les actions de l’Union, en fonction de la portée des actions prévues dans le projet. Pour ces actions, la Commission approuve des programmes de travail annuels qui définissent les priorités et les objectifs pour chaque année, y compris les priorités des appels à propositions.

3. Une autre source de soutien financier est Erasmus+, le programme de l’UE pour l’éducation et la formation. Depuis 2016, la priorité est donnée aux actions et projets qui favorisent l’inclusion et font la promotion des valeurs fondamentales, en écho aux objectifs de la déclaration de Paris de mars 2015. En conséquence, un montant de 400 millions d’euros est à présent disponible pour élaborer de nouvelles politiques et de nouveaux projets visant à appuyer ces priorités, et un montant supplémentaire de 13 millions d’euros contribuera à la diffusion et à l’intensification des initiatives de terrain.

4. Enfin, les Fonds structurels et d’investissement européens mis en œuvre au niveau national ou régional peuvent être mobilisés. De 2014 à 2020, 25,6 milliards d’euros seront directement consacrés à la promotion de l’inclusion sociale des groupes défavorisés, par exemple grâce à des programmes de formation adaptés et des plans d’aide sociale. Plus de 8 milliards d’euros serviront aussi à aider les établissements scolaires à lutter contre le décrochage scolaire et à améliorer l’accès à une éducation de qualité pour tous, notamment par l’adaptation des programmes d’études, la formation des enseignants et le soutien personnalisé aux apprenants défavorisés.

Qu’est-ce que le centre d’excellence du réseau de sensibilisation à la radicalisation?

En octobre 2015, la Commission a lancé le centre d’excellence du RSR afin de soutenir les travaux du réseau de sensibilisation à la radicalisation (RSR), qui relie à présent plus de 2 400 praticiens de première ligne, dont des éducateurs, des travailleurs sociaux, des responsables locaux, des psychologues, des ONG, des groupes de réflexion, des agents de police de proximité, des agents pénitentiaires et des agents de probation, ainsi que des représentants des autorités locales. Le centre d’excellence du RSR est la plateforme européenne qui permet d’échanger les expériences, de mettre en commun les connaissances, de recenser les bonnes pratiques et d’élaborer de nouvelles initiatives en matière de lutte contre la radicalisation. Le centre d’excellence du RSR a pour mission:

( i) de faciliter et de renforcer l’échange d’expériences et la coopération entre les acteurs concernés (à l’intérieur et à l’extérieur de l’UE), en particulier par l’intermédiaire du RSR (composante «réseau»);

( ii) de soutenir l’Union européenne et les États membres dans leurs actions de prévention au moyen de différents services d’assistance, d’outils pratiques et de contributions stratégiques (composante «soutien»);

et ( iii) de consolider, de diffuser et de partager l’expertise, les bonnes pratiques et la recherche ciblée dans le domaine de la prévention de la radicalisation (composante «connaissances»).

Le RSR dispose de différents groupes de travail, au sein desquels divers aspects de la radicalisation et toute une série d’approches préventives sont examinés et évalués:

* le groupe de travail «Communication et discours» (RAN C&N);

* le groupe de travail «Éducation» (RAN EDU);

* le groupe de travail «Jeunes, familles et communautés» (RAN YF&C);

* le groupe de travail «Santé et aide sociale» (RAN H&SC);

* le groupe de travail «Autorités locales» (RAN LOCAL);

* le groupe de travail «Prison et probation» (RAN P&P);

* le groupe de travail «Police et application de la loi» (RAN POL);

* le groupe de travail «EXIT»(RAN EXIT);

* le groupe de travail «Mémoire des victimes du terrorisme» (RAN RVT).

Qu’est-ce que la S(S)CAT/le SCN?

La Commission européenne continuera à financer l’équipe de conseil en communication stratégique (SCAT) / le réseau des communications stratégiques (SCN). Il s’agit avant tout de développer et d’échanger les bonnes pratiques dans le domaine de la communication stratégique, en vue de prévenir et de combattre la criminalité terroriste et l’extrémisme violent. La SCAT aide les États membres et les autres acteurs à aborder les défis nationaux et locaux en matière de communication, par la création d’un réseau énergique et dynamique, conçu pour partager et échanger les meilleures pratiques dans ce domaine. Ses activités comprennent une assistance pratique et des conseils sur les communications stratégiques, dont peuvent bénéficier les États membres, la société civile ainsi que les institutions de l’UE.

Comment la Commission peut-elle soutenir des actions dans le domaine de l’éducation pour prévenir la radicalisation violente?

L’éducation joue un rôle essentiel dans la promotion de l’inclusion sociale, la transmission des valeurs communes sur lesquelles repose l’UE, l’amélioration de la compréhension interculturelle et le renforcement de l’esprit critique, qui sont autant de mesures propres à doter les jeunes des compétences nécessaires pour faire des choix éclairés. Tel est l’esprit de la déclaration de Paris sur la promotion de l’éducation à la citoyenneté et aux valeurs communes de liberté, de tolérance et de non-discrimination, adoptée le 17 mars 2015 par les ministres de l’éducation et le commissaire Navracsics. Ce texte définit des objectifs communs pour les États membres et préconise des actions de soutien au niveau de l’UE. Sur cette base, la Commission a mobilisé ses outils stratégiques et financiers pour aider les écoles, les établissements d’enseignement supérieur et le secteur de la jeunesse à devenir des moteurs de changement.

Dans le prolongement de cette déclaration, la Commission proposera une recommandation du Conseil établissant un cadre d’action destiné à promouvoir l’inclusion et les valeurs fondamentales par l’éducation. L’objectif sera d’aider les États membres à mettre en œuvre des réformes et de donner des orientations aux acteurs de terrain. Ce cadre d’action s’appuiera sur l’état actuel des connaissances quant à ce qui fonctionne et contribuera à la diffusion des bonnes pratiques au niveau de l’UE.

L’UE continuera de soutenir les échanges entre enseignants et écoles au moyen d’eTwinning, le but étant de les aider à apprendre les uns des autres comment agir en classe pour promouvoir la citoyenneté et les valeurs fondamentales. La plateforme en ligne eTwinning met déjà en relation 300 000 enseignants, ce qui fait d’elle le plus grand réseau d’enseignants au monde. Elle sera étendue à une série de pays du voisinage de l’UE afin de favoriser le dialogue interculturel entre les enseignants et entre les élèves, dès leur plus jeune âge.

La Commission mettra en place un réseau ayant pour but de permettre à des personnalités locales considérées comme des modèles de comportement – comme des chefs d’entreprise, des artistes et des sportifs – de se rendre dans les écoles, les clubs de jeunes, les clubs sportifs et les prisons pour discuter et tisser des liens avec les jeunes.

La Commission encourage les établissements d’enseignement supérieur à attribuer des crédits pour le volontariat et à élaborer des programmes d’études qui combinent contenu académique et engagement civique. Certains établissements attribuent déjà des crédits pour les activités de volontariat menées pendant ou après un séjour Erasmus+. La Commission offrira des possibilités de partager les bonnes pratiques dans ces domaines.

Enfin, le centre d’excellence du RSR continue de fournir une plateforme pour l’échange de connaissances et de bonnes pratiques sur la manière de lutter contre la radicalisation en milieu éducatif, en particulier par l’intermédiaire de son groupe de travail sur l’éducation.

Comment l’UE vient-elle en aide à ceux qui mènent une action de terrain auprès des jeunes?

En complément de l’éducation formelle, le travail socio-éducatif est un outil particulièrement puissant pour atteindre les jeunes les plus en difficulté. Il peut contribuer à prévenir la marginalisation, qui rend les jeunes plus perméables aux opinions extrémistes. La participation d’animateurs socio-éducatifs revêt toute son importance dans le cadre d’une collaboration plus large avec tous les acteurs concernés, notamment les établissements d’enseignement, les organisations locales, les employeurs ainsi que les personnes qui sont les plus proches des jeunes, à savoir leurs familles et leurs amis.

La Commission soutient cette démarche par la mise au point, en étroite coopération avec les États membres, d’une boîte à outils spécifique à destination des animateurs socio-éducatifs et des éducateurs. Celle-ci comportera des orientations pratiques, des méthodes et des études de cas permettant de former les animateurs et les organisations socio-éducatifs de manière à ce qu’ils puissent entrer en contact et travailler avec les jeunes menacés de marginalisation. Elle contiendra par exemple des méthodes destinées à les aider à détecter la radicalisation violente et à résoudre les conflits de façon non violente. Cette boîte à outils est actuellement mise au point par un groupe d’experts spécialement chargé de la contribution du travail socio-éducatif à la promotion de la citoyenneté active et à la prévention de la marginalisation et de la radicalisation. Il sera possible d’adapter les outils aux contextes et aux besoins locaux spécifiques.

Pour renforcer l’impact du travail socio-éducatif sur le terrain, la Commission renforcera aussi le service volontaire européen (SVE). Son budget (65 millions d’euros en 2016) augmentera de 15 % par an entre 2017 et 2020. En outre, la priorité sera donnée aux projets axés sur la promotion des valeurs communes de l’UE et bénéficiant aux personnes et aux communautés défavorisées. Par ailleurs, la Commission ouvrira le SVE à un éventail encore plus large de jeunes et d’organisations.

Que fait la Commission pour lutter contre la propagande terroriste et l’extrémisme violent en ligne?

Le 3 décembre 2015, la Commission a lancé le forum de l’Union sur l’internet, qui réunit des ministres et des PDG de grandes entreprises de l’internet et d’autres acteurs de l’internet. Il fournit un cadre pour une coopération plus efficace avec ce secteur. L’objectif est de contribuer i) à réduire l’accessibilité aux contenus terroristes en ligne (suppression de contenu) et ii) à rendre les partenaires de la société civile autonomes pour contrer le discours terroriste (élaboration et diffusion de discours qui contrent et contestent ceux des extrémistes et publication de discours parallèles positifs). Des travaux sont en cours afin d’améliorer la rapidité et le volume des signalements et d’empêcher que des matériaux supprimés soient remis en ligne ailleurs. À cet effet, le secteur, avec l’aide d’autres parties prenantes, se penche sur la mise en place d’une plateforme conjointe de signalement.

De plus, la Commission tient à associer les entreprises plus modestes et plus récentes à cette démarche, pour empêcher que leurs plateformes soient exploitées par des réseaux terroristes. L’unité de signalement des contenus sur l’internet d’Europol jouera un rôle central dans ce processus et le réseau de sensibilisation à la radicalisation, en concertation avec le secteur et son réseau de professionnels et de partenaires de la société civile, élabore actuellement un programme d’autonomisation de la société civile pour soutenir l’élaboration et la diffusion de discours alternatifs et de contre-discours.

Dans sa proposition de révision des règles de l’UE dans le secteur audiovisuel, la Commission cherche à faire en sorte que les plateformes de partage de vidéos soient invitées à prendre des mesures appropriées pour protéger les citoyens contre l’incitation à la violence ou à la haine. Parmi ces mesures figurent, par exemple, des indications et des signalisations. Cette proposition prévoit que les codes déontologiques mis au point par le secteur sont soumis à la Commission, que le groupe des régulateurs européens des services de médias audiovisuels (ERGA) peut être invité à rendre un avis sur ces codes et que les instances nationales de régulation de l’audiovisuel sont habilitées à les faire appliquer. La Commission négociera également une nouvelle Alliance pour une meilleure protection des enfants en ligne, dans le cadre de ses efforts visant à encourager les entreprises du secteur à mettre au point des codes déontologiques afin de soutenir la mise en œuvre de la proposition de mise à jour des règles de l’UE dans le secteur audiovisuel.

Comment le code de conduite pour retirer les discours haineux illégaux en ligne que viennent de signer des entreprises du secteur informatique contribuera-t-il à la lutte contre la radicalisation en ligne?

Les médias sociaux font partie des techniques utilisées par les groupes terroristes pour radicaliser et ensuite recruter des jeunes gens. L’incitation à la violence en ligne conduit souvent à des menaces physiques dans la vie réelle.

En signant ce code de conduite le 31 mai 2016, les entreprises du secteur informatique se sont engagées à lutter rapidement et efficacement contre les discours haineux illégaux en ligne. Parmi les mesures envisagées figurent la mise en place de procédures internes et une formation du personnel destinées à faire en sorte que la majeure partie des notifications valables visant à la suppression de discours haineux illégaux soient examinées en moins de 24 heures et que, si nécessaire, ces contenus soient supprimés ou que l’accès à ceux-ci soit désactivé. Les entreprises du secteur informatique renforceront leurs partenariats avec des organisations de la société civile qui contribueront au signalement de contenus faisant la promotion de l’incitation à la violence et de comportements haineux. Ces partenariats aideront également les organisations de la société civile à mener des campagnes efficaces de lutte contre les discours haineux en ligne.

L’UE peut-elle faire quelque chose contre le phénomène de radicalisation dans les prisons?

La Commission européenne a travaillé sur les problèmes de radicalisation pendant plusieurs années, principalement dans le cadre du réseau de sensibilisation à la radicalisation (RSR) créé en 2011. Le RSR est un réseau réunissant des experts et des praticiens travaillant à la prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent dans toute l’Europe. Son but est d’échanger des idées, des connaissances et des expériences en matière de lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent.

En octobre 2015 la commissaire Jourová a convoqué les ministres de la justice pour réfléchir à la façon d’améliorer la réponse de la justice pénale au phénomène de radicalisation dans les prisons. Les conclusions du Conseil du 20 novembre 2015 ont recommandé des échanges de bonnes pratiques sur la déradicalisation en milieu carcéral, ainsi que l’élaboration de programmes de réhabilitation, l’organisation de formations et la mise à disposition de fonds.

Le centre d’excellence du RSR permettra d’échanger les bonnes pratiques et contribuera à l’élaboration de recommandations sur la prévention de la radicalisation à l’intention des praticiens (depuis le personnel carcéral jusqu’aux procureurs). Eurojust facilitera l’échange d’informations entre les procureurs spécialisés. La Commission apportera également un soutien financier aux États membres pour mettre au point des outils d’évaluation des risques permettant de détecter les détenus radicalisés le plus tôt possible. La réinsertion des détenus devrait être facilitée par la mise en place de programmes d’éducation et de formation en milieu carcéral. La Commission aidera les États membres à élaborer des programmes de réinsertion pour les détenus et soutiendra l’échange de bonnes pratiques et de politiques dans le domaine de l’exécution des sanctions pénales.

De quels outils et structures de sécurité l’UE dispose-t-elle pour contribuer à la prévention des phénomènes de radicalisation menant à des actes de terrorisme?

En plus des mesures interdisant ou criminalisant les activités contribuant à la radicalisation vers le terrorisme, telles que le recrutement ou la diffusion de propagande terroriste ou de discours haineux, il existe des outils et des structures visant à faciliter la détection des personnes soupçonnées d’être radicalisées et constituant une menace pour la sécurité.

À cet effet, il convient de veiller à ce que les différents cadres de coopération et outils d’échange d’informations en matière de sécurité soient coordonnés, renforcés et pleinement exploités.

Le système d’information Schengen (SIS) revêt une importance particulière à cet égard. Il permet aux services répressifs, aux services de sécurité de l’État et aux garde-frontières d’échanger plus rapidement et de manière plus ciblée des informations sur les personnes soupçonnées d’activités terroristes, et ce dans les 29 États membres. Le SIS peut être consulté par tout agent de police ou garde-frontière à chaque point de passage frontalier avec un temps de réponse de quelques secondes. Il est plus qu’une simple plateforme d’échange d’informations. Le SIS contient également l’intervention concrète à réaliser sur place lorsque le contrôle d’une personne ou d’un objet a été effectué. Il a déjà été utilisé avec succès à de nombreuses reprises contre des personnes soupçonnées de terrorisme et s’est également avéré utile pour interdire l’entrée dans l’espace Schengen aux «prédicateurs extrémistes». Grâce au travail de sensibilisation de la Commission, aujourd’hui les États membres utilisent le SIS plus intensivement: il y a plus de 75 000 signalements aux fins de contrôle discret ou de contrôle spécifique aux points de passage frontaliers, ce qui représente une augmentation de 300 % par rapport à la situation de juin 2013. Le système a été interrogé 3 milliards de fois par les autorités nationales compétentes en 2015, ce qui représente une augmentation de 50 % par rapport à l’année précédente. La Commission proposera, d’ici à la fin 2016, de revoir le système d’information Schengen afin d’en accroître la valeur ajoutée dans le domaine de la répression et de la lutte contre le terrorisme.

En outre, le Centre européen de la lutte contre le terrorisme, qui a été créé le 1er janvier 2016 au sein d’Europol, vise à renforcer le soutien apporté aux États membres dans la lutte contre le terrorisme et la radicalisation, en facilitant la coordination et la coopération entre les autorités nationales. Il devrait devenir une plateforme d’information centrale pour la lutte contre le terrorisme dans l’Union, notamment en ce qui concerne les risques de radicalisation.

En outre, le système d’information Europol (SIE) est utilisé comme un répertoire central de données en matière répressive, qui contient la liste récapitulative de tous les combattants terroristes étrangers connus ou présumés.

De manière générale, il convient que les États membres échangent entre eux et, si nécessaire avec Europol, toutes les informations utiles sur les condamnés remis en liberté qui sont soupçonnés d’être radicalisés ou les individus radicalisés connus, et ce de manière proactive, afin que les autorités compétentes puissent prendre les mesures adéquates à l’encontre des personnes qui présentent un risque élevé pour la sécurité.

Le 6 avril 2016, la Commission a présenté une proposition révisée visant à créer un système d’entrée/sortie (EES) et à apporter les modifications techniques correspondantes au code frontières Schengen. L’EES renforcera les procédures de contrôle aux frontières pour les ressortissants de pays tiers voyageant à destination de l’UE et les accélérera en même temps. En outre, il améliorera la qualité et l’efficacité des contrôles aux frontières extérieures de l’espace Schengen, aidera les États membres confrontés à des flux de voyageurs qui ne cessent de croître sans qu’il soit nécessaire d’augmenter en conséquence le nombre de garde-frontières, permettra la détection systématique des personnes ayant dépassé la durée de séjour autorisée et renforcera la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme et les formes graves de criminalité.

Comment l’Union peut-elle lutter contre l’extrémisme violent au-delà de ses frontières?

L’UE prend part aux efforts des Nations unies, du Conseil de l’Europe et de l’OSCE pour lutter contre l’extrémisme violent, le terrorisme et la radicalisation, par exemple en apportant un soutien continu dans le cadre du Forum mondial de lutte contre le terrorisme et de ses organes de lutte contre l’extrémisme violent, comme Hedayah, le centre international d’excellence pour la lutte contre l’extrémisme violent, et le Fonds mondial pour la mobilisation et la résilience communautaires.

L’action de l’Union sur la scène internationale suit deux approches complémentaires. Tout d’abord, lorsqu’elle apporte de l’aide à des pays tiers, l’UE soutient des réponses respectueuses de l’application des lois et des droits de l’homme qui visent à empêcher les individus radicalisés de commettre des actes terroristes. Ensuite l’UE intensifie sa participation aux actions préventives, qui s’attaquent aux causes profondes de la radicalisation, susceptibles de conduire à l’extrémisme violent. Dans la mesure du possible, le soutien de l’UE s’inscrit dans des réformes plus vastes visant à renforcer les capacités en matière de sécurité dans les pays partenaires, étant donné que la criminalité organisée, la contrebande et le trafic illicite ainsi que la gestion insuffisante des frontières sont manifestement liés à la radicalisation violente.

L’Union s’engage, avec un certain nombre de pays, dans des dialogues ciblés et renforcés sur la lutte contre le terrorisme et la sécurité, qui aboutissent à des trains de mesures et des feuilles de route en matière de lutte contre le terrorisme. La priorité est donnée aux programmes de l’UE pour la jeunesse, l’éducation et le développement socio-économique. La lutte contre l’extrémisme violent et la prévention de celui-ci sont devenues des composantes essentielles des activités extérieures de l’Union en matière de lutte contre le terrorisme et ont été intégrées à la politique de développement pour jeter un pont entre celle-ci et la sécurité. L’ensemble de mesures baptisé «Renforcer la résilience face à la violence et à l’extrémisme» (STRIVE) et financé par l’UE a été le précurseur de la mise en place d’un nombre croissant d’initiatives visant à déterminer les facteurs de l’extrémisme des jeunes, à favoriser l’autonomisation des femmes, à promouvoir le dialogue communautaire, à renforcer les acteurs locaux ou à améliorer la capacité des médias et de l’enseignement à lutter contre la radicalisation des idéologies. Le soutien financier octroyé à la société civile prendra en considération la lutte contre la radicalisation. L’UE continuera à dialoguer avec la société civile, les professionnels et les universitaires, notamment dans les pays partenaires, afin d’approfondir sa compréhension des facteurs déterminants et d’élaborer des réponses efficaces.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: