EU : New Skills Agenda – Improving the quality and relevance of skills formation


Améliorer la qualité et la pertinence de l’acquisition des compétences

skill_agenda

Neue Europäische Kompetenzagenda

Other available languages: ES IT PT FI EL LV PL SK BG RO HR

***

Ten actions to help equip people in Europe with better skills

Brussels, 10 June 2016 – The Commission has adopted today a new and comprehensive Skills Agenda for Europe. The aim is to ensure that people develop a broad set of skills from early on in life and to make the most of Europe’s human capital, which will ultimately boost employability, competitiveness and growth in Europe.

Today’s New Skills Agenda for Europe calls on Member States and stakeholders to improve the quality of skills and their relevance for the labour market. According to studies, 70 million Europeans lack adequate reading and writing skills, and even more have poor numeracy and digitals skills. This puts them at risk of unemployment, poverty and social exclusion. On the other hand, a large number of Europeans, [Country-specific Factsheets] particularly high-qualified young people, work in jobs that do not match their talents and aspirations. At the same time, 40% of European employers report that they cannot find people with the right skills to grow and innovate. Finally, too few people have the entrepreneurial mindset and competences to start their own business and keep adapting to evolving requirements of the labour market. [Factsheet: Skills in the EU]

Increasing skills levels, promoting transversal skills and finding ways to better anticipate the labour market’s needs, [Mismatches at sectoral level] including based on dialogue with the industry, are therefore essential to improve people’s chances in life, and support fair, inclusive and sustainable growth as well as cohesive societies.

To help tackle skills challenges, the Commission will launch 10 actions which will address these issues and make skills more visible and improve their recognition at local, national and EU levels, from schools and universities to the labour market. []

Vice-President for the Euro and Social Dialogue, Valdis Dombrovskis, said: “With millions of people in the EU currently out of work, we need to do all we can to help equip them with the right skills for the evolving labour market. Today’s 10-point action plan sets out areas where the EU can help make a difference, from ensuring better recognition of qualifications across EU borders, to a Skills Guarantee that helps low-skilled adults learn essential literacy, numeracy and digital skills.

Vice-President for Jobs, Growth, Investment and Competitiveness, Jyrki Katainen, commented: “In this fast-changing world we need to invest in Europe’s greatest asset: our people. People need a broad set of skills to fulfil their potential both as active citizens and at work. Skills are vital for prosperity, jobs, growth and sustainable well-being. Our new Skills Agenda aims both to make sure that no-one is left behind, and that Europe nurtures the high-end skills that drive competitiveness and innovation.”

Commissioner for Employment, Social Affairs, Skills and Labour Mobility, Marianne Thyssen, said: “We need to invest more in skills in Europe. The most competitive countries in the EU, and in the world, are those that invest most in skills and 70 million Europeans are at the risk of falling behind. Stronger investment in skills is vital for strengthening competitiveness and boosting growth. And most of all, it is crucial to help people to realise their professional dreams and goals and reach their potential. I invite Member States, social partners and businesses to work together with us and make this New Skills Agenda for Europe a success.”

Commissioner for Education, Culture, Youth and Sport, Tibor Navracsics, said: “Taking a long-term approach will be crucial to make the Skills Agenda a success. Beyond fixing current mismatches, we must prevent new gaps from opening up in the future. I am therefore glad to see that the Skills Agenda defines skills broadly and seeks to promote the full range of transversal skills that help people succeed in our fast-changing economies and become engaged citizens leading independent, fulfilling lives.”

Concretely, the Commission proposes 10 actions to be taken forward over the next two years, some of which will be launched today:

* A Skills Guarantee to help low-skilled adults acquire a minimum level of literacy, numeracy and digital skills and progress towards an upper secondary qualification.

* A review of the European Qualifications Framework for a better understanding of qualifications and to make better use of all available skills in the European labour market.

* The “Digital Skills and Jobs Coalition” bringing together Member States and education, employment and industry stakeholders to develop a large digital talent pool and ensure that individuals and the labour force in Europe are equipped with adequate digital skills.

* The ‘Blueprint for Sectoral Cooperation on Skills’ to improve skills intelligence and address skills shortages in specific economic sectors.

Other actions will be launched later this year and in 2017:

* A “Skills Profile Tool for Third Country Nationals” to support early identification and profiling of skills and qualifications of asylum seekers, refugees and other migrants. [Skills and migrants]

* A revision of the Europass Framework, offering people better and easier-to-use tools to present their skills and get useful real-time information on skills needs and trends which can help with career and learning choices.

* Making Vocational Education and Training (VET) a first choice by enhancing opportunities for VET learners to undertake a work based learning experience and promoting greater visibility of good labour market outcomes of VET.

* A review of the Recommendation on Key Competences to help more people acquire the core set of skills necessary to work and live in the 21st century with a special focus on promoting entrepreneurial and innovation-oriented mind-sets and skills.

* An initiative on graduate tracking to improve information on how graduates progress in the labour market.

* A proposal to further analyse and exchange best practices on effective ways to address brain drain.

Background

The European Skills Agenda was announced in the 2016 Commission Work Programme. It will support upward social convergence and contribute to the European Commission’s first political priority, “A New Boost for Jobs, Growth and Investment” by addressing three pressing challenges of today’s economies: the lack of relevant skills to match labour market needs, the insufficient transparency of skills and qualifications, and the difficulty to anticipate and forecast skills.

*

Dix actions pour contribuer à doter les personnes de meilleures compétences en Europe

Bruxelles, le 10 juin 2016 – La Commission a adopté aujourd’hui une nouvelle stratégie globale en matière de. compétences pour l’Europe L’objectif est de veiller à ce que chacun acquière, dès le plus jeune âge, un large éventail de compétences, et de tirer le meilleur parti du capital humain de l’Europe, ce qui aboutira en définitive à favoriser l’employabilité, la compétitivité et la croissance en Europe. [New Skill Agenda]

La nouvelle stratégie en matière de compétences pour l’Europe [texte] présentée aujourd’hui invite les États membres et les parties intéressées à améliorer la qualité des compétences et leur adéquation aux besoins du marché du travail. Selon des études effectuées, soixante-dix millions d’Européens [Fiches par pays] ne disposent pas de compétences appropriées en lecture et en écriture et plus nombreux encore sont ceux qui ont un faible niveau de compétences en calcul et en culture numérique, ce qui les expose à un risque de chômage, de pauvreté et d’exclusion sociale. Par ailleurs, un grand nombre d’Européens, en particulier les jeunes hautement qualifiés, travaillent dans des emplois qui ne correspondent pas à leurs talents ni à leurs aspirations. Or 40 % des employeurs indiquent qu’ils ne parviennent pas à trouver de candidats possédant les compétences nécessaires pour développer leur entreprise et innover. Au final, trop peu de personnes possèdent l’esprit d’entreprise et les compétences nécessaires pour lancer leur propre affaire et s’adapter à l’évolution des exigences du marché du travail.

Il est dès lors essentiel d’accroître les niveaux de compétences, de promouvoir les compétences transversales et de trouver des moyens permettant de mieux anticiper les besoins du marché du travail, en dialogue avec l’industrie, pour améliorer les chances de réussir dans la vie, soutenir une croissance équitable, inclusive et durable et garantir la cohésion sociale.

Pour contribuer à relever le défi des compétences, la Commission est sur le point de lancer dix actions visant à améliorer la visibilité et la reconnaissance des compétences à l’échelon local, national et européen, depuis les écoles et les universités jusque sur le marché du travail.

Valdis Dombrovskis, vice-président pour l’euro et le dialogue social, a affirmé: «Le problème du chômage touche plusieurs millions de personnes dans l’UE. Nous devons donc faire tout ce qui est possible pour les aider à acquérir des compétences qui soient adaptées à un marché du travail en mutation. Le plan d’action en 10 points présenté aujourd’hui recense les domaines dans lesquels l’Union peut aider à changer le cours des choses, comme l’assurance d’une meilleure reconnaissance des qualifications sur le territoire de l’UE ou l’établissement d’une garantie de compétences qui aidera les adultes peu qualifiés à acquérir un niveau minimal en lecture et écriture, calcul et compétences numériques». [Green jobs]

Jyrki Katainen, vice-président pour l’emploi, la croissance, l’investissement et la compétitivité, a déclaré à ce propos: «Dans ce monde en constante mutation, nous devons investir dans ce qui constitue la plus grande richesse de l’Europe: ses citoyens. Ces derniers doivent disposer d’un large éventail de compétences pour pouvoir exploiter tout leur potentiel aussi bien en tant que citoyens actifs qu’en tant que professionnels. Les compétences sont essentielles pour garantir la prospérité, l’emploi, la croissance et un bien-être durable. Notre nouvelle stratégie en matière de compétences vise à la fois à garantir que personne n’est laissé pour compte et à permettre à l’Europe de développer les compétences de haut niveau qui sont les moteurs de la compétitivité et de l’innovation».

Marianne Thyssen, commissaire pour l’emploi, les affaires sociales, les compétences et la mobilité des travailleurs, a déclaré: «Nous devons investir davantage dans les compétences en Europe. Les pays les plus compétitifs dans l’UE et dans le monde sont ceux qui investissent le plus dans ce domaine. Or 70 millions de citoyens européens risquent de se retrouver à la traîne. Il est essentiel d’investir davantage dans les compétences pour renforcer la compétitivité et favoriser la croissance. Et avant tout, il est crucial d’aider les personnes à réaliser leurs rêves et objectifs professionnels ainsi qu’à exprimer leur potentiel. J’invite les États membres, les partenaires sociaux et les entreprises à œuvrer avec nous au succès de cette nouvelle stratégie en matière de compétences pour l’Europe».

Tibor Navracsics, commissaire pour l’éducation, la culture, la jeunesse et le sport, a indiqué: «Il est déterminant, pour garantir le succès de la stratégie en matière de compétences, d’adopter une approche à long terme. Il ne faut pas se limiter à résoudre le problème de l’inadéquation actuelle des compétences: il faut prévenir l’apparition de nouveaux écarts futurs. Je suis donc heureux de constater que la stratégie en matière de compétences adopte une définition large de ce concept et cherche à promouvoir tout l’éventail des compétences transversales qui permettent aux personnes de réussir dans nos économies en rapide mutation et de devenir des citoyens engagés, indépendants et épanouis».

Concrètement, la Commission propose dix actions qui seront engagées au cours des deux prochaines années et dont certaines sont lancées aujourd’hui:

* Une garantie des compétences [Investir dans les compétences] pour aider les adultes peu qualifiés à acquérir un niveau minimal en lecture et écriture, calcul et compétences numériques et à progresser vers une qualification de deuxième cycle de l’enseignement secondaire.

* Une révision du cadre européen des certifications pour améliorer la compréhension des qualifications et conduire à une meilleure utilisation de toutes les compétences disponibles sur le marché du travail européen.

* Une «coalition en faveur des compétences et des emplois numériques» rassemblant les États membres et les parties intéressées dans le domaine de l’éducation, de l’emploi et de l’industrie pour constituer un large réservoir de compétences numériques et garantir que les personnes et la main-d’œuvre en Europe disposent des compétences numériques adéquates.

* Un «plan de coopération sectorielle en matière de compétences» pour améliorer la veille stratégique sur les besoins de compétences et remédier aux pénuries de compétences dans des secteurs économiques spécifiques. [Inadéquations à l’échelon sectoriel]

D’autres actions seront lancées dans le courant de cette année et en 2017:

* Un «outil de profilage des compétences des ressortissants de pays tiers» permettant de déterminer rapidement les compétences et qualifications des demandeurs d’asile, réfugiés et autres migrants. [Les compétences et les migrants]

* Une révision du cadre Europass offrant aux personnes des outils de meilleure qualité et plus faciles à utiliser pour présenter leurs compétences et obtenir en temps réel des informations pratiques sur les besoins et les tendances en matière de compétences, qui pourront leur être utiles pour faire un choix de carrière et d’apprentissage.

* Faire de l’enseignement et de la formation professionnels (EFP) un premier choix en offrant aux apprenants de l’EFP davantage de possibilités d’acquérir une expérience d’apprentissage sur le lieu de travail et en améliorant la visibilité des bons résultats de cette filière sur le marché du travail.

* Une révision de la recommandation sur les compétences clés pour aider un plus grand nombre de personnes à acquérir le socle de compétences nécessaire pour vivre et travailler au 21e siècle, en mettant particulièrement l’accent sur la promotion des compétences et de l’esprit d’entreprise et d’innovation.

* Une initiative sur le suivi des diplômés pour améliorer l’information sur la progression des diplômés sur le marché du travail.

* Une proposition visant à approfondir l’analyse de la question de la fuite des cerveaux et à échanger des bonnes pratiques quant aux moyens efficaces pour lutter contre ce phénomène.

Contexte

La stratégie en matière de compétences en Europe a été annoncée dans le cadre du programme de travail de la Commission pour 2016. Elle soutiendra la convergence sociale vers le haut et contribuera à la première priorité politique de la Commission européenne, qui consiste à donner un nouvel élan à l’emploi, à la croissance et à l’investissement en s’attaquant à trois problèmes urgents des économies d’aujourd’hui: le manque de compétences appropriées pour répondre aux besoins du marché du travail, le manque de transparence des compétences et des qualifications et la difficulté d’anticiper et de prévoir les compétences.

*

Fact Sheet : Q&A

Other available languages: [DA ES NL IT PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO HR]

Why does Europe need a New Skills Agenda?

In a fast-changing global economy, skills will to a great extent determine our competitiveness and capacity to drive innovation. They are also a pull factor for investment and a catalyst for job creation and growth. Europe’s future prosperity depends therefore on the optimal use of our human capital.

About 70 million Europeans[The Survey of Adult Skills (PIAAC): Implications for education and training policies in Europe, European Commission, 2013] lack sufficient reading, writing and numeracy skills, and 40% of the EU population lack a sufficient level of digital skills. This puts them at high risk of unemployment, poverty and social exclusion.

On the other hand, 40% of European employers report that they cannot find people with the right skills to grow and innovate[The key competences include ‘traditional’ skills such as communication in one’s mother tongue, foreign languages, digital skills, literacy, and basic skills in maths and science, as well as horizontal skills such as learning to learn, social and civic responsibility, initiative and entrepreneurship, cultural awareness, and creativity. ]. At the same time, a large number of others, particularly high-qualified young people, work in jobs that do not match their talents and aspirations.

The New Skills Agenda for Europe aims to improve the teaching and recognition of skills – from basic to higher skills, as well as transversal and civic skills – and ultimately to boost employability. It also aims both to ensure that no-one is left behind and that Europe nurtures the high-end skills that drive competitiveness and innovation. The Agenda therefore contributes to the European Commission’s first political priority, “A New Boost for Jobs, Growth and Investment”.

What does the New Skills Agenda for Europe bring?

The new Skills Agenda for Europe launches a number of actions to ensure that the right training, the right skills and the right support is available to people in the European Union. It will aim at making better use of the skills that are available; equip people with the new skills that are needed – to help them find quality jobs and improve their life chances. The Commission invites Members States, social partners, the industry and other stakeholders to work together to:

* Improve the quality and relevance of skills formation

* Make skills more visible and comparable

* Improve skills intelligence and information for better career choices

What is the new Skills Guarantee and how does it work?

To reduce the high number of low-skilled adults in Europe, the Commission is proposing that a Skills Guarantee is established in cooperation with social partners, education and training providers. The aim of the Skills Guarantee is to help people improve their chances of securing and maintaining good jobs and quality of life. Through the Guarantee, low-skilled adults should be helped to acquire a minimum level of literacy, numeracy and digital skills and – when possible – a wider set of skills allowing them to get an upper secondary education qualification or equivalent. The Skills Guarantee should be open to people both in-work and out of work who are not covered by the Youth Guarantee, and implemented by Member States in line with national circumstances.

The Skills Guarantee would provide to adults who lack an upper secondary school qualification:

* firstly, a skills assessment, giving them the chance to identify their existing skills and their upskilling needs;

* secondly, a tailored learning offer, adapted to the specific needs of the individual and of local labour markets; and

* thirdly, opportunities for the validation and recognition of the skills they acquire.

What will a review of the Key Competences [Eurofound, 3rd European Company Survey] Framework bring?

The Commission will propose to Member States to review the 2006 Recommendation on Key Competences in order to bring it in line with the economic and social transformations that have occurred in the last ten years.

The review will further support a common understanding of a core set of key competences needed to work and live in the 21st century and will foster their introduction in education and training curricula and national skills strategies. It will also provide support to better describe, develop, assess, validate and compare key competences and related skills, in formal, non-formal and informal learning environments. Special attention will be paid to entrepreneurial skills (helping people be more creative, proactive, opportunity-oriented, and innovative), including encouraging policies for all young people to have a practical entrepreneurial experience before they leave school. Meanwhile, the Commission has developed two specific frameworks to ensure common understanding and foster citizens’ digital competences [DigComp] and entrepreneurial competences [EntreComp.]

What will the initiative on tertiary graduate tracking bring?

To help students and education providers assess the relevance of learning offers, the Commission will propose in 2017 an initiative on tertiary graduate tracking to improve information on how graduates progress on the labour market. Feedback from and about graduates and their jobs and careers is indeed highly valuable to universities and colleges and to governments. It shows what kinds of jobs graduates have, provides information on labour market trends, and gives feedback on the strengths and weaknesses of education programmes. It is also part of the information and guidance that prospective students and their families should have before students make their study choices. This kind of information is collected in some, but not all, Member States, and in different ways. This initiative will step up EU cooperation, to provide better and more comparable information about the jobs graduates do, how easily they get into jobs, and how they are using their skills and knowledge.

How will the Skills Agenda address digital skills through the “Digital Skills and Jobs Coalition”?

All actions of the New Skills Agenda mainstream and give priority to digital skills in policies at all levels (from basic to high-end). This initiative builds on the existing Grand Coalition for Digital Jobs. It calls on Member States to share best practices, develop comprehensive digital skills strategies on the basis of targets and bring digital competences to all levels of education and training. It also brings reinforced support to national coalitions connecting public authorities, business, education, training and labour market stakeholders, including social partners. The Coalition will contribute to develop a large pool of digital talent and ensure that people in Europe are equipped with adequate digital competences.

What are the benefits of the revision of the European Qualifications Framework ?

The upcoming review of the European Qualifications Framework [EQF] will make it easier to compare qualifications across countries and help learners, workers and employers to better understand what a job applicant knows and is capable of doing. The revised EQF will also facilitate the comparison and understanding of qualifications of third country nationals.

How will the “Skills Tool for Third Country Nationals” support migrants?

An early identification of migrants’ skills can help better determine the first steps needed for their effective integration into EU societies and labour markets. The “Skills Tool Kit for Third Country Nationals” supports early profiling and assessing of skills and qualifications for asylum seekers, refugees and other migrants by the support services which work with them immediately upon arrival.

The Commission will also support the training of staff in reception facilities to allow faster recognition procedures, including bysharing of best practicesand providing information on transparency and recognition of qualifications.

Online language learning will also be made available for newly arrived migrants and refugees through the Erasmus+ programme online linguistic support. Around 100.000 refugees will have the opportunity to benefit from online language courses over 3 years.

How will the new Europass help career and learning choices?

The new Europass will offer a wider range of tools and services through a user-friendly online tool to help people with career and learning choices. Europass will offer tools such as a CV-builder for documenting skills and qualifications, free self-assessment tools and information on skills and qualifications across Europe.

Using the data collected in the Skills Panorama, Europass will be empowered by web crawling and big data analysis, to assist career and learning choices with accurate and real-time information.

What will the Blueprint for Sectoral Cooperation bring?

The “Blueprint for Sectoral Cooperation on Skills” is an initiative to better match skills within specific sectors. It will support the set-up of sectoral skills partnerships, in industry and services, and translate sectoral strategies for the next 5-10 years into identification of skills needs and development of concrete solutions, such as joint development of more and better VET opportunities, business-education-research partnerships, promotion of agreements on the recognition of sectoral qualifications and certifications.

The Blueprint will help mobilise and coordinate key players of the economic sector, stimulate private investment and encourage a more strategic use of EU and national funding programmes.

The Blueprint will be supported by existing EU funding and initially piloted in a demand driven process in 6 sectors: automotive, defence, maritime technology, space, textile and tourism. Additional sectors (such as construction, steel, health, green technologies and renewable energies) will be assessed in a second wave. The pilot sectors have been identified on the basis of dialogue with specific industrial sectors, evidence collected of skills gaps in the sector and their potential impact on jobs, growth, innovation, and competitiveness, and taking into account the strong political and stakeholder commitment at EU and national level.

How will the Agenda support the quality and attractiveness of vocational education and training (VET)?

To help VET learners get more exposure to the word of work, the Commission will develop a set of support services to facilitate knowledge sharing, networking and cooperation on apprenticeships in the context of the European Alliance for Apprenticeships, building on the excellent experience in engaging labour market actors. The recently launched Pact for Youth will provide opportunities for 100 000 new opportunities for apprenticeships, internships or entry-level jobs, as well as build 10 000 business-education partnerships. To showcase vocational studies as a first class option, the Commission, working closely with a wide range of stakeholders, will launch a first European VET Skills Week in December 2016 and will make proposals for improving data availability on labour market outcomes of VET. Enhanced quality of VET provision will be pursued by supporting implementation of quality assurance arrangements at provider level.

How have the social partners been consulted?

A series of targeted stakeholder consultations were organised to discuss the scope and priorities of the EU Skills Agenda. Social partners, European civil society organisations, national Public Employment Services, European Social Fund Managing Authorities, policy networks (EQF, Europass, Euroguidance), European cities, education and training providers, national education and training policy makers all voiced their views on the proposed Skills Agenda.

What is the role of the Commission?

While competence for the content of teaching and the organisation of education and training systems lies with Member States, actions are needed at the EU level. Members States indeed meet similar challenges and opportunities such as skills mismatches, skills shortages and insufficient workers’ mobility, digital needs, ageing workforces, brain drain, or migratory flows.

The Commission will therefore play a coordinating role through common initiatives, frameworks and guidelines, and will offer support by sharing expertise and good practice.

What will be the cost for Member States, and do EU funds support the New Skills Agenda?

Principally the interventions of the European Investment and Structural Funds – the European Social Fund (ESF) and the European Regional Development Fund (ERDF) – will inject over €30 billion to support skills development in the current period 2014-2020. The ESF Programme can support implementation at national level with up to €79 billion being allocated to priorities for education, training and lifelong learning, social inclusion, and employment. An initial assessment of ESF Operational Programmes shows that Member States aim to target over 8 million low-skilled people under the education and training priority alone.

The Erasmus+ programme also supports skills development in education and training with nearly €15 billion. Other funds like the Asylum, Migration and Integration Fund (AMIF) and Horizon 2020 meet the objectives of this Agenda. Full use should also be made of the potential offered by the EIB and other financial actors and products, including the European Fund for Strategic Investments, to boost private sector investment in skills development.

Costs for implementing the Skills Guarantee will vary from country to country, depending on several factors: share of low skilled in the adult population, extent of skills deficits in this group, national policy choices for implementation and extent of existing provision and infrastructure.

What would be the cost for society if we would not invest better and more in skills?

Any investment in skills would result in a substantial positive net return on such investment. Estimates by Cedefop show that a one percentage point increase in the intermediate skills of the adult population, could boost the GDP per capita growth rate by 0.99 percentage points. Based on the latest available Cedefop skills forecasts, if no additional action is taken, the share of low-qualified adults within the working age adult population in the EU would be 18.6% in 2020 and 16.6% in 2025.

Next steps: What is the timeline for the actions in the New Skills Agenda?

Sans titre2

*

Foire aux questions

Pourquoi l’Europe a-t-elle besoin d’une nouvelle stratégie en matière de compétences?

Dans une économie mondiale en constante mutation, les compétences détermineront dans une large mesure notre compétitivité et notre capacité à stimuler l’innovation. Elles constituent également un facteur d’attraction pour les investissements et un moteur pour la création d’emplois et la croissance. La prospérité future de l’Europe dépend donc de l’utilisation optimale de notre capital humain.

Quelque 70 millions d’Européens[ L’enquête sur les compétences des adultes (PIAAC): implications pour les politiques d’éducation et de formation en Europe, Commission européenne, 2013.] ne maîtrisent pas suffisamment la lecture, l’écriture et le calcul, et 40 % de la population de l’Union ne disposent pas de compétences numériques à un niveau suffisant. Ces personnes sont exposées à un risque élevé de chômage, de pauvreté et d’exclusion sociale.

Par ailleurs, 40 % des employeurs européens indiquent qu’ils ne parviennent pas à trouver les personnes disposant des compétences nécessaires au développement de leur entreprise et à l’innovation [Eurofound, troisième enquête sur les entreprises européennes] . Dans le même temps, de nombreuses personnes, notamment des jeunes hautement qualifiés, exercent un emploi qui ne correspond pas à leurs talents et aspirations.

La nouvelle stratégie en matière de compétences pour l’Europe vise à améliorer l’enseignement et la reconnaissance des compétences, dont l’éventail va des compétences de base aux compétences les plus pointues en passant par des compétences transversales et civiques, pour au bout du compte stimuler l’employabilité. Elle a également pour objectif de faire en sorte que personne ne soit laissé pour compte et que l’Europe cultive les compétences les plus pointues, qui sont les moteurs de la compétitivité et de l’innovation. Elle contribue ainsi à la première priorité politique de la Commission européenne, qui consiste à donner un nouvel élan à l’emploi, à la croissance et à l’investissement.

Qu’apporte la nouvelle stratégie en matière de compétences pour l’Europe?

La nouvelle stratégie en matière de compétences pour l’Europe prévoit un certain nombre d’actions visant à faire en sorte que chaque personne dans l’Union européenne ait accès à la formation adéquate, aux compétences adéquates et au soutien adéquat. Elle a pour objectif de favoriser une meilleure utilisation des compétences disponibles et de doter les personnes des compétences nouvelles nécessaires, afin de les aider à trouver des emplois de qualité et à améliorer leurs chances de réussite dans la vie. La Commission invite les États membres, les partenaires sociaux, les entreprises et les autres parties intéressées à travailler de concert pour:

* améliorer la qualité et la pertinence de l’acquisition de compétences,

* améliorer la visibilité et la comparabilité des compétences,

* améliorer la veille stratégique sur les besoins de compétences ainsi que les informations sur les compétences pour permettre de meilleurs choix de carrière.

Qu’est-ce que la garantie de compétences et comment fonctionne-t-elle?

Afin de réduire le grand nombre d’adultes ayant un faible niveau de compétences en Europe, la Commission propose de mettre en place, en coopération avec les partenaires sociaux et les prestataires d’enseignement et de formation, une garantie de compétences. Celle-ci a pour objectif d’aider les personnes à améliorer leurs chances d’obtenir et de conserver des emplois de qualité et à s’assurer une certaine qualité de vie. La garantie devrait aider les adultes ayant un faible niveau de compétences à atteindre un niveau minimal en lecture et écriture, calcul et compétences numériques, et à acquérir, dans la mesure du possible, un éventail de compétences plus large leur permettant d’obtenir une qualification du deuxième cycle de l’enseignement secondaire ou une qualification équivalente. La garantie devrait profiter tant aux personnes ayant un travail qu’aux personnes sans emploi qui ne sont pas couvertes par la garantie pour la jeunesse, et être mise en œuvre par les États membres en fonction de la situation nationale.

Grâce à la garantie de compétences, les adultes ne disposant pas d’une qualification du deuxième cycle de l’enseignement secondaire pourraient bénéficier:

* premièrement, d’une évaluation de leurs compétences, qui serait l’occasion de faire le point sur leurs compétences actuelles et de recenser leurs besoins de mise à niveau,

* deuxièmement, d’une offre d’apprentissage sur mesure, adaptée à leurs besoins individuels spécifiques et aux marchés locaux de l’emploi, et,

* troisièmement, de possibilités de validation et de reconnaissance des compétences acquises.

Qu’apportera la révision du cadre des compétences clés[

Les compétences clés comprennent les compétences «traditionnelles», telles que la communication dans la langue maternelle, les langues étrangères, les compétences numériques, la lecture, l’écriture et les compétences de base en mathématiques et en sciences, ainsi que les compétences horizontales telles qu’apprendre à apprendre, la responsabilité sociale et civique, l’esprit d’initiative et l’entrepreneuriat, la sensibilité culturelle et la créativité.]?

La Commission proposera aux États membres de réviser la recommandation de 2006 sur les compétences clés, afin de l’adapter aux mutations économiques et sociales de ces dix dernières années.

Cette révision contribuera à l’interprétation uniforme d’un socle de compétences clés nécessaires pour vivre et travailler au 21e siècle et favorisera leur prise en compte dans les curricula d’éducation et de formation ainsi que dans les stratégies nationales en matière de compétences. Elle constituera également une aide pour mieux décrire, développer, évaluer, valider et comparer les compétences clés et les compétences connexes dans des environnements d’apprentissage formels, non formels et informels. Une attention particulière sera accordée aux compétences entrepreneuriales (créativité, proactivité, réactivité et innovation), notamment en encourageant les mesures qui permettent à tous les jeunes d’avoir une expérience pratique de l’entrepreneuriat avant de quitter l’école. Entre-temps, la Commission a mis en place deux cadres spécifiques destinés à assurer l’interprétation uniforme des compétences numériques (DigComp) et entrepreneuriales (EntreComp) et à encourager leur acquisition par les citoyens.

Qu’apportera l’initiative sur le suivi des diplômés de l’enseignement supérieur?

Afin d’aider les étudiants et les prestataires d’enseignement à évaluer la pertinence des offres d’apprentissage, la Commission proposera, en 2017, une initiative sur le suivi des diplômés de l’enseignement supérieur en vue d’améliorer l’information sur la progression des diplômés sur le marché du travail. Le retour d’information sur les diplômés, leurs emplois et leurs carrières, provenant des diplômés eux-mêmes ou d’une autre source, est en effet très précieux pour les universités et les écoles supérieures, ainsi que pour les pouvoirs publics. Il donne des indications sur les types d’emplois occupés par les diplômés, sur les tendances du marché du travail et sur les points forts et les points faibles des programmes d’enseignement. Il fait également partie des informations et des orientations auxquelles les futurs étudiants (et leurs familles) devraient avoir accès avant de choisir leur voie. Tous les États membres ne recueillent pas ce type d’informations, et ceux qui le font ne procèdent pas tous de la même manière. Cette initiative permettra d’intensifier la coopération au sein de l’Union européenne afin d’obtenir des informations de meilleure qualité et plus facilement comparables sur les emplois occupés par les diplômés, leur capacité à trouver un emploi et la manière dont ils utilisent leurs compétences et connaissances.

Comment la stratégie en matière de compétences traitera-t-elle des compétences numériques dans le cadre de la «coalition en faveur des compétences et des emplois dans le secteur du numérique»?

Toutes les actions de la nouvelle stratégie en matière de compétences accordent la priorité aux compétences numériques (des compétences de base aux compétences les plus pointues) et les placent au cœur des politiques à tous les niveaux. Cette stratégie s’inscrit dans le prolongement de la grande coalition en faveur de l’emploi dans le secteur du numérique. Elle exhorte les États membres à partager leurs meilleures pratiques, à élaborer, sur la base d’objectifs, des stratégies approfondies en matière de compétences numériques et à intégrer ces dernières à tous les niveaux de l’enseignement et de la formation. Elle offre également un soutien renforcé aux coalitions nationales regroupant les autorités publiques, les entreprises, l’enseignement, la formation et les acteurs du marché du travail, y compris les partenaires sociaux. La coalition contribuera à développer un vaste vivier de talents numériques et à veiller à ce que les personnes en Europe disposent de compétences numériques adéquates.

Quels sont les avantages d’une révision du cadre européen des certifications ?

La future révision du cadre européen des certifications [CEC] permettra de comparer plus facilement les certifications délivrées dans les différents États membres et d’aider les apprenants, les travailleurs et les employeurs à mieux comprendre ce qu’un demandeur d’emploi sait et ce qu’il est capable de faire. Le CEC révisé facilitera aussi la comparaison et la compréhension des certifications des ressortissants de pays tiers.

Comment l’«outil de profilage des compétences des ressortissants de pays tiers» aidera-t-il les migrants?

Une identification précoce des compétences des migrants peut contribuer à mieux déterminer les premières mesures nécessaires à leur intégration effective dans les sociétés et sur les marchés du travail de l’Union. L’«outil de profilage des compétences des ressortissants de pays tiers» constitue une aide au profilage et à l’évaluation précoce des compétences et qualifications des demandeurs d’asile, des réfugiés et des autres migrants par les services d’appui qui travaillent avec eux dès leur arrivée.

La Commission soutiendra également la formation du personnel des structures d’accueil de sorte que les procédures de reconnaissance soient accélérées, en encourageant notamment le partage des bonnes pratiques et en fournissant des informations sur la transparence et la reconnaissance des qualifications.

Les migrants et réfugiés récemment arrivés pourront également apprendre des langues en ligne grâce au soutien linguistique en ligne du programme Erasmus+. Environ 100 000 réfugiés auront la possibilité de participer à des cours de langues en ligne pendant trois ans.

Quelle aide procurera le nouvel Europass dans les choix de carrière et d’apprentissage?

Le nouvel Europass offrira, au moyen d’un outil en ligne convivial, une vaste panoplie d’outils et de services destinés à guider les choix de carrière et d’apprentissage. Il mettra notamment à disposition un créateur de CV permettant de consigner les compétences et les qualifications, des outils d’auto-évaluation gratuits et des informations sur les compétences et les qualifications dans toute l’Europe.

À l’aide des données collectées dans le Panorama européen des compétences, Europass facilitera les choix de carrière et d’apprentissage en fournissant des informations précises et en temps réel, grâce à l’indexation des ressources web et à l’analyse des mégadonnées.

Quelle sera la contribution du plan pour la coopération sectorielle?

Le «Plan pour la coopération sectorielle en matière de compétences» est une initiative qui vise à assurer une meilleure adéquation des compétences dans des secteurs spécifiques. Il favorisera la création de partenariats sectoriels sur les compétences, dans l’industrie et les services, et traduira les stratégies sectorielles pour les cinq à dix ans à venir en besoins de compétences et en solutions concrètes, telles que le développement en commun d’offres d’EFP plus nombreuses et de meilleure qualité, la création de partenariats associant les entreprises, l’enseignement et la recherche, la promotion d’accords sur la reconnaissance des qualifications et certifications sectorielles.

Ce plan contribuera à mobiliser et à coordonner les acteurs clés des secteurs économiques, à encourager l’investissement privé et à promouvoir une utilisation plus stratégique des programmes de financement européens et nationaux.

Il sera financé par des fonds européens existants et, dans un premier temps, expérimenté, en fonction de la demande, dans six secteurs: l’automobile, la défense, les technologies maritimes, l’espace, le textile et le tourisme. D’autres secteurs (comme la construction, la sidérurgie, la santé, les technologies vertes et les énergies renouvelables) seront évalués dans un second temps. Les secteurs pilotes ont été retenus sur la base d’un dialogue avec certains secteurs industriels, de données sur les écarts de compétences dans le secteur et leur incidence potentielle sur l’emploi, la croissance, l’innovation et la compétitivité, et eu égard à l’engagement déterminé des politiques et des parties intéressées au niveau de l’UE et à l’échelon national.

Comment la stratégie contribuera-t-elle à améliorer la qualité et l’attractivité de l’enseignement et la formation professionnels (EFP)?

Afin d’aider les apprenants de l’EFP à se rapprocher du monde du travail, la Commission mettra en place un ensemble de services de soutien pour faciliter le partage des connaissances, la mise en réseau et la coopération en matière d’apprentissage dans le cadre de l’Alliance européenne pour l’apprentissage, en s’appuyant sur l’excellente expérience tirée de l’association des acteurs du marché du travail. Dans le cadre du Pacte pour la jeunesse, récemment lancé, 100 000 nouvelles possibilités d’apprentissages, de stages ou de premiers emplois seront offertes et 10 000 partenariats entre les entreprises et le monde éducatif seront créés. Soucieuse de présenter les études professionnelles comme une option de premier ordre, la Commission lancera, en décembre 2016, en étroite collaboration avec de nombreuses parties intéressées, une première semaine européenne des compétences dans le domaine de l’EFP et formulera des propositions visant à améliorer la disponibilité des données sur les résultats de l’EFP sur le marché du travail. La qualité de l’offre de l’EFP continuera d’être améliorée en favorisant la mise en œuvre de dispositifs d’assurance de la qualité au niveau des prestataires.

Comment les partenaires sociaux ont-ils été consultés?

Plusieurs consultations ciblées des parties intéressées ont été menées afin d’examiner le champ d’action et les priorités de la stratégie européenne en matière de compétences. Les partenaires sociaux, les organisations européennes de la société civile, les services publics nationaux de l’emploi, les autorités chargées de la gestion du Fonds social européen, les réseaux stratégiques (CEC, Europass, Euroguidance), les villes européennes, les prestataires d’enseignement et de formation, les décideurs nationaux dans les domaines de l’éducation et de la formation ont tous exprimé leur avis sur la stratégie proposée en matière de compétences.

Quel est le rôle de la Commission?

Le contenu de l’enseignement et l’organisation des systèmes d’éducation et de formation relèvent de la compétence des États membres, mais il est nécessaire de prendre des mesures au niveau de l’UE. En effet, les États membres font face à des enjeux et des perspectives similaires, tels que l’inadéquation des compétences, les déficits de compétences et l’insuffisante mobilité des travailleurs, les besoins de compétences numériques, le vieillissement de la main-d’œuvre, la fuite des cerveaux ou les flux migratoires.

Par conséquent, la Commission jouera un rôle de coordination par l’intermédiaire d’initiatives, de lignes directrices et de cadres communs et apportera son soutien en partageant les expériences et les bonnes pratiques.

Quel sera le coût pour les États membres et la nouvelle stratégie en matière de compétences sera-t-elle financée par des fonds européens?

Les interventions des Fonds structurels et d’investissement européens [le Fonds social européen (FSE) et le Fonds européen de développement régional (FEDER)], principalement, apporteront plus de 30 milliards d’euros au financement du développement des compétences pendant la période actuelle 2014-2020. Le programme du FSE peut soutenir la mise en œuvre de la stratégie, au niveau national, à hauteur de 79 milliards d’euros à allouer au titre des priorités en matière d’éducation, de formation et d’apprentissage tout au long de la vie, d’inclusion sociale et d’emploi. Une première évaluation des programmes opérationnels du FSE montre que les États membres ont l’intention de cibler plus de 8 millions de personnes ayant un faible niveau de compétences au titre de la seule priorité en matière d’éducation et de formation.

Le programme Erasmus+ contribuera également au développement des compétences dans le domaine de l’éducation et de la formation à hauteur de près de 15 milliards d’euros. D’autres fonds, tels que le Fonds «Asile, migration et intégration» (FAMI) et Horizon 2020, répondent aux objectifs de cette stratégie. Il conviendrait en outre d’utiliser pleinement les possibilités offertes par la BEI et d’autres acteurs et produits financiers, y compris le Fonds européen pour les investissements stratégiques, afin de stimuler les investissements du secteur privé dans le développement des compétences.

Le coût de mise en œuvre de la garantie de compétences variera d’un pays à l’autre, en fonction de plusieurs facteurs: la proportion de la population adulte ayant un faible niveau de compétences, l’étendue des déficits de compétences dans ce groupe, les choix politiques nationaux pour la mise en œuvre et le champ d’application de l’offre existante et les infrastructures.

Si nous n’investissions pas mieux et davantage dans les compétences, quel en serait le coût pour la société?

Tout investissement dans les compétences devrait entraîner un important retour net sur investissement. Selon des estimations du Cedefop, une hausse d’un point de pourcentage de la population adulte ayant des compétences de niveau intermédiaire pourrait faire augmenter le taux de croissance du PIB par habitant de 0,99 point de pourcentage. Selon les dernières projections du Cedefop dans le domaine des compétences, si aucune mesure supplémentaire n’est prise, la part des adultes peu qualifiés dans la population adulte en âge de travailler dans l’UE atteindrait 18,6 % en 2020 et 16,6 % en 2025.

Prochaines étapes: Quel est le calendrier prévu pour les actions de la nouvelle stratégie en matière de compétences?

eu_skill

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: