Weakening of workers’ rights; severe crackdowns on freedom of speech and assembly!


Affaiblissement des droits des travailleurs; la pire année en termes!

icftu

© photocredit

***

Workers’ Rights Weakened in Most Regions, Worst Year on Record for Attacks on Free Speech and Democracy

Restrictions on freedom of speech and assembly, including severe crackdowns in some countries, increased by 22%, with 50 out of 141 countries surveyed recording restrictions.

The ITUC Global Rights Index ranks 141 countries against 97 internationally recognised indicators to assess where workers’ rights are best protected, in law and in practice.

“We are witnessing the closing of democratic space and an increase in insecurity, fear and intimidation of working people. The speed at which attacks on rights are being forced through, even in democracies with the Finish government’s proposals and the new trade union law in the United Kingdom, shows an alarming trend for working people and their families,” said Sharan Burrow, ITUC General Secretary.

“Repression of workers’ rights goes hand in hand with increased government control over freedom of expression, assembly and other fundamental civil liberties, with too many governments seeking to consolidate their own power and frequently doing the bidding of big business, which often sees fundamental rights as incompatible with its quest for profit at any expense.”

The Middle East and North Africa were again the worst region for working people, with the kafala system in the Gulf still enslaving millions of workers. At the other end of the scale, rights in Europe, traditionally the best-performing region in the Index, continue to deteriorate. Despite the obvious failure of austerity policies, many European governments are continuing to undermine workers’ rights. The failure of most European countries to fulfil their obligations to refugees, including the right to work, is making the problem worse.

The International Trade Union Confederation has been collecting data on violations of workers’ rights to trade union membership and collective bargaining around the world for more than 30 years. This is the third year the ITUC has presented its findings through the Global Rights Index, putting a unique and comprehensive spotlight on how government laws and business practices have deteriorated or improved in the last 12 months.

The ten worst countries for working people are Belarus, China, Colombia, Cambodia, Guatemala, India, Iran, Qatar, Turkey and United Arab Emirates.

Cambodia, India, Iran and Turkey joined the ranking of the ten worst countries for working people for the first time in 2016. The Cambodian government approved a new Trade Union Law further limiting workers’ ability to negotiate over their working conditions and pay, while police in India regularly use disproportionate violence against workers holding protests with many detained for simply exercising their rights guaranteed in national laws. Iran uses heavy prison sentences against workers for peaceful activities, and Turkey is targeting public servants engaging in legitimate and peaceful union activities, with at least 1,390 public sector workers under investigation. The Turkish government has also become synonymous with attacks on freedom of speech, with ten foreign journalists banned since last October and Turkish journalists facing severe repression including trial and imprisonment on bogus grounds including “national security”.

“All four new additions to the rogues’ gallery of the ten worst countries are clear examples of the combined assault on workers’ rights and other fundamental freedoms,” said Burrow.

In other countries outside the ten worst, conditions worsened in the past year, including in Indonesia, Montenegro and Paraguay. Protests in Indonesia against changes to the minimum wage fixing system were brutally crushed with police using water cannons, tear gas and mass arrests. The Paraguayan government is consistently denying the registration of trade unions, exposing workers to discrimination by employers while bankruptcy laws in Montenegro suspend basic rights laws during bankruptcy proceedings with workers in some 2,363 enterprises affected in the past five years.

The reports key findings include:

*82 countries exclude workers from labour law.

*Over two-thirds of countries have workers who have no right to strike.

*More than half of all countries deny some or all workers collective bargaining.

*Out of 141 countries, the number which deny or constrain free speech and freedom of assembly increased from 41 to 50 with Algeria, Cameroon, the United States and Pakistan joining the list.

*Out of 141 countries, the number in which workers are exposed to physical violence and threats increased by 44 per cent (from 36 to 52) and include Colombia, Egypt, Guatemala, Indonesia and the Ukraine.

*Unionists were murdered in 11 countries, including Chile, Colombia, Egypt, El Salvador, Guatemala, Honduras, Iran, Mexico, Peru, South Africa and Turkey.

“Working collectively for better wages, rights and conditions makes workers targets of both state security forces and thugs hired by companies,” said Burrow. “This is happening in both the public and private sectors, including in global supply chains, which are a notorious source of exploitation and poverty. Governments need to uphold their obligations under international law through the legal standards they themselves adopt at the International Labour Organization, and ensure that multinational companies based in their country are answerable for all the workers in their international operations at home and abroad. The alternative is yet more impoverishment of working families and further flatlining of the global economy as people struggle just to pay their daily bills, unable to invest in their children’s future or to make even the most modest purchases.”

The 2016 ITUC Global Rights Index rates countries from one to five according to 97 indicators, with an overall score placing countries in one to five rankings.

1. Irregular violations of rights: 13 countries including Germany & Uruguay

2. Repeated violations of rights: 22 countries including Ireland & Japan

3. Regular violations of rights: 41 countries including Australia & Israel

4. Systematic violations of rights: 30 countries including Poland & USA

5. No guarantee of rights: 25 countries including Belarus, China & Nigeria

5+ No guarantee of rights due to breakdown of the rule of law: 10 countries including Burundi, Palestine & Syria, [Full Report]

Indice CSI des droits dans le monde: affaiblissement des droits des travailleurs dans la plupart des régions, la pire année en termes d’atteintes à la liberté d’expression et à la démocratie

Bruxelles, le 9 juin 2016: L’affaiblissement des droits des travailleurs et des travailleuses dans la plupart des régions est aggravé par les graves atteintes à la liberté d’expression et de réunion, selon l’Indice CSI des droits dans le monde 2016. Les restrictions à la liberté d’expression et de réunion, notamment les graves atteintes dans certains pays, ont augmenté de 22 %, et des restrictions ont été enregistrées dans 50 pays sur les 141 faisant l’objet de l’enquête.

L’Indice CSI des droits dans le monde classe 141 pays à la lumière de 97 indicateurs reconnus au niveau international en vue de déterminer où les droits des travailleurs/euses sont mieux protégés, tant dans la loi que dans la pratique.

« Nous sommes confrontés au rétrécissement de l’espace démocratique et à une augmentation de l’insécurité, de la crainte et de l’intimidation des travailleurs et des travailleuses. L’escalade des atteintes aux droits, même dans les démocraties, notamment les propositions du gouvernement de la Finlande et la nouvelle loi sur les syndicats au Royaume-Uni, révèle une tendance alarmante pour les travailleurs et leur famille », a déclaré Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI.

« La répression des droits des travailleurs va de pair avec un contrôle accru exercé par le gouvernement sur la liberté d’expression, de réunion, ainsi que d’autres libertés civiles fondamentales, et un nombre trop élevé de gouvernements cherchent à consolider leur propre pouvoir, étant souvent aux ordres des grandes entreprises, qui considèrent généralement que les droits fondamentaux sont incompatibles avec la recherche du profit à n’importe quel prix ».

Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord sont à nouveau la pire région pour les travailleurs et les travailleuses, où le système de la kafala dans les pays du Golfe réduit toujours en esclavage des millions de travailleurs. À l’autre bout de l’échelle, les droits en Europe, traditionnellement la région présentant les meilleurs résultats selon l’Indice, continuent de s’aggraver. Malgré l’échec manifeste des politiques d’austérité, de nombreux gouvernements européens continuent de porter atteinte aux droits des travailleurs. L’incapacité de la plupart des pays européens à remplir leurs obligations envers les réfugiés, notamment le droit au travail, ne fait qu’aggraver le problème.

La Confédération syndicale internationale recueille, depuis plus de 30 ans, des données sur les violations de la liberté syndicale et du droit de négociation collective des travailleurs dans le monde. Pour la troisième année consécutive, la CSI présente ses conclusions dans l’Indice des droits dans le monde, présentant un aperçu unique et complet de la manière dont les lois gouvernementales et les pratiques des entreprises se sont détériorées ou améliorées au cours des 12 derniers mois.

Les dix pires pays au monde pour les travailleurs et les travailleuses sont le Belarus, la Chine, la Colombie, le Cambodge, le Guatemala, l’Inde, l’Iran, le Qatar, la Turquie et les Émirats arabes unis.

Le Cambodge, l’Inde, l’Iran et la Turquie ont fait leur entrée, pour la première fois en 2016, dans le classement des dix pires pays pour les travailleurs/euses. Le gouvernement du Cambodge a approuvé une nouvelle loi sur les syndicats limitant davantage la capacité des travailleurs/euses à négocier leurs conditions de travail et leurs salaires, alors que la police en Inde recourt régulièrement de manière disproportionnée à la violence pour réprimer des manifestations de travailleurs/euses, dont un grand nombre ont été détenus pour avoir simplement exercé leurs droits garantis dans les législations nationales. L’Iran condamne les travailleurs/euses à de lourdes peines de prison pour avoir mené des activités pacifiques, et la Turquie cible les fonctionnaires engagés dans des activités syndicales légitimes et pacifiques, dont au moins 1 390 font l’objet d’enquêtes. Le gouvernement turc est également devenu synonyme d’atteintes à la liberté d’expression, suite à l’expulsion de dix journalistes étrangers depuis octobre dernier, et les journalistes turcs sont victimes d’une dure répression, y compris des jugements et des emprisonnements sous de faux prétextes, dont la « sécurité nationale ».

« Les quatre nouveaux ajouts au club des mauvais élèves représentant les dix pires pays témoignent clairement de l’atteinte conjointe aux droits des travailleurs et à d’autres libertés fondamentales », a indiqué Sharan Burrow.

Dans d’autres pays, outre les dix pires pays, les conditions se sont détériorées au cours de la dernière année, y compris en Indonésie, au Monténégro et au Paraguay. Les manifestations en Indonésie contre les changements dans le système de fixation du salaire minimum ont été brutalement réprimées par la police, utilisant des canons à eau, des gaz lacrymogènes et procédant à des arrestations massives. Le gouvernement du Paraguay refuse constamment l’enregistrement des syndicats, exposant les travailleurs à la discrimination par les employeurs, tandis que la législation sur les faillites au Monténégro prévoit la suspension de la législation du travail dans les entreprises en liquidation judiciaire, touchant ainsi les travailleurs/euses dans 2 363 entreprises au cours des cinq dernières années.

Les principales conclusions du rapport sont les suivantes:

* 82 pays excluent les travailleurs/euses de la législation du travail.

* Dans plus de deux tiers des pays, les travailleurs/euses ne bénéficient pas du droit de grève.

* Plus de la moitié des pays privent une partie ou l’ensemble des travailleurs/euses de la négociation collective.

* Sur les 141 pays, le nombre de pays qui refusent ou limitent la liberté d’expression et de réunion a augmenté, passant de 41 à 50, auxquels viennent s’ajouter l’Algérie, le Cameroun, les États-Unis et le Pakistan.

* Sur les 141 pays, le nombre de pays où les travailleurs/euses font l’objet de violence physique et de menaces a augmenté de 44 pour cent (passant de 36 à 52), dont la Colombie, l’Égypte, le Guatemala, l’Indonésie et l’Ukraine.

* Des syndicalistes ont été assassinés dans au moins 11 pays, notamment au Chili, en Colombie, en Égypte, au Salvador, au Guatemala, au Honduras, en Iran, au Mexique, au Pérou, en Afrique du Sud et en Turquie.

« Travailler ensemble pour réclamer une amélioration des salaires, des droits et des conditions fait des travailleurs une cible tant des forces de sécurité de l’État que des malfrats à la solde des entreprises », a indiqué Sharan Burrow. « Cela se produit tant dans le secteur public que privé, y compris dans les chaînes d’approvisionnement mondiales, source notoire d’exploitation et de pauvreté. Les gouvernements doivent respecter leurs obligations en vertu du droit international au travers des normes juridiques qu’ils adoptent à l’Organisation internationale du travail et garantir la responsabilisation des entreprises multinationales établies dans leur pays à l’égard de tous les travailleurs dans leurs activités internationales, tant dans leur pays qu’à l’étranger. L’alternative serait un plus grand appauvrissement des familles qui travaillent et une nouvelle stagnation de l’économie mondiale, tandis que les personnes peinent à payer leurs factures quotidiennes, incapables d’investir dans l’avenir de leurs enfants, voire d’effectuer les plus modestes achats. »

L’Indice CSI des droits dans le monde 2016 note les pays à partir de 97 indicateurs et, en fonction de leur résultat, les pays sont classés dans une des cinq catégories suivantes.

1. Violations sporadiques des droits: 13 pays, dont l’Allemagne et l’Uruguay

2. Violations réitérées des droits: 22 pays, dont l’Irlande et le Japon

3. Violations régulières des droits: 41 pays, dont l’Australie et Israël

4. Violations systématiques des droits: 30 pays, dont la Pologne et les États-Unis

5. Les droits ne sont pas garantis: 25 pays, dont le Belarus, la Chine et le Nigeria
5+

5+. Les droits ne sont pas garantis du fait de l’absence de l’État de droit: 10 pays, dont le Burundi, la Palestine et la Syrie [Consulter le rapport]

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: