La première mosquée à minaret à Bruxelles…


Inauguré!

selimiye_brüksel

© photocredit

Brüksel’in minareli camii Selimiye hizmete açıldı!

***

Après un long silence sur la question du génocide arménien, le Bourgmestre de Saint-Josse, Emir Kir (PS), a inauguré le dimanche 7 juin 2015 la première mosquée turque à minaret dans sa commune. “La réalisation de ce projet constitue un tournant. Au 50e anniversaire de l’immigration turque en Belgique, cette mosquée est une preuve de la volonté de la communauté turque de vivre en cohésion avec la société belge” a-t-il dit lors de la cérémonie.

sefik

Les plans de cette mosquée (Selimiye Camii) ont été réalisés par l’architecte belgo-turc Sefik Birkiye qui est également l’architecte du fastueux palais du président de la République Recep Tayyip Erdogan en Turquie. La construction de ce palais a été contestée par une grande partie de la population. Elle est une des raisons principales de la défaite cuisante de l’AKP lors des dernières élections législatives en Turquie.

La mosquée à minaret appartient à l’Union des Centres culturels islamiques de Belgique (UCCIB), une des branches européennes du mouvement islamiste turc Süleymancilar.

Une étude académique d’Ural Manço, publiée en 1997, donnait les précisions suivantes sur ce mouvement:

“Concurrent de toujours à la fois de Milli Görüs et de la Diyanet, le mouvement Süleymanci est apparu en Europe en 1973. Il s’agit d’une mouvance millénariste et antikémaliste. Son origine remonte aux années ’40, au départ du fondateur, Süleyman Hilmi Tunahan (1888-1959), de la confrérie Naksibendi.

“Le mouvement Süleymanci regroupe des mosquées et des écoles coraniques portant le nom de Centre culturel islamique (Islam Kültür Merkezi). Les Süleymanci ont toujours affirmé représenter la majorité de l’islam organisé par les immigrés en Allemagne, sans que cela puisse être démontré dans les faits.

“Bien que présents partout en Europe, leur influence paraît sensiblement moindre que celle de Milli Görüs. En 1992, on estimait l’audience du mouvement en Allemagne à 20.000 membres. La sécurité allemande dénombrait 270 centres culturels Süleymanci en Allemagne. A l’heure actuelle, il en existe probablement une vingtaine aux Pays-Bas, 13 en Belgique et 11 en Suède. Dans ce dernier pays, ils bénéficient d’une reconnaissance officielle exceptionnelle, au même titre que les mosquées de la Diyanet. La Suède est le seul pays où les Süleymanci sont mieux établis que le mouvement Milli Görüs.

“L’organisation est également présente, mais plus symboliquement, en Suisse, en France, en Autriche et au Danemark. Il s’agit d’un groupe fortement hiérarchisé et discret, qui n’affectionne pas particulièrement la publicité. Des documents émanant des Süleymanci sont rares. Le mouvement entretient également certains contacts avec des églises en Allemagne.

“Idéologiquement, le mouvement est proche de l’extrême droite turque. Mais il n’a jamais négligé ses contacts avec le Parti de la Juste Voie de T. Çiller. Il arrive que des parlementaires de ce parti visitent, en Europe, les centres culturels des Süleymanci.”*

Après la chute de Çiller, les Süleymanci ont poursuivi leurs relations avec tous les partis de droite en Turquie, notamment avec le parti islamiste AKP depuis son arrivée au pouvoir en 2002.

En Belgique, les Süleymanci ont été soutenus en 2012 par certains hommes politiques, notamment Emir Kir (PS), secrétaire d’état à l’époque, dans leurs démarches en vue d’obtenir le permis de bâtir de la mosquée à minaret.

*Source : “Des organisations socio-politiques comme solidarités islamiques dans l’immigration turque en Europe”, Extrait de U. MANÇO (1997), Les Annales de l’Autre Islam, Institut national des Langues et des Civilisations orientales, n° 4, pp. 97-133 Source.

*

Pour qui ont voté les Turcs de Belgique?

oy

Le vote des Turcs de Belgique n’est pas tout à fait semblable à celui de l’ensemble des Turcs résidant à l’étranger.

Les Turcs de Belgique ont largement plébiscité le parti de l’actuel président, Recep Tayyip Erdogan, lors des élections législatives turques, qui se tenaient ce dimanche. Le Parti de la justice et du développement (AKP) a remporté 62,93 % des voix en Belgique. Le Parti démocratique des peuples (HDP, pro Kurdes) – grand vainqueur des législatives, puisqu’en obtenant 13,1 % des voix (votes turcs et extérieurs combinés), il est entré au Parlement et fait perdre la majorité absolue de l’AKP – a obtenu 13,49 % en Belgique. Le CHP (Parti républicain du peuple, principal parti d’opposition en Turquie) est à 10,97 %. Le MHP (Parti d’action nationaliste) n’a, en Belgique, pas dépassé la barre des 10 %, avec 9,11 % des voix.

Un taux de participation en hausse
Le vote des Turcs de Belgique n’est pas tout à fait semblable à celui de l’ensemble des Turcs résidant à l’étranger. Les résultats extérieurs à la Turquie (toutes diasporas confondues) sont les suivants : 49,95 % pour l’AKP, 20,41 % pour le HDP, 17,04 % pour le CHP et 9,25 % pour le MHP.

Le taux de participation, à l’étranger et en Belgique, est de 35 %. En Belgique, ce taux est nettement supérieur à celui de l’élection présidentielle d’août 2014, où seulement 8 % des Turcs de Belgique s’étaient rendus au consulat pour remplir leur bulletin de vote (sur un total de 130.000 électeurs). La différence de participation entre les deux élections s’explique par le changement des modalités électorales pour les résidants étrangers. Cette année, les Turcs de Belgique disposaient de 28 jours pour aller voter. (Avec infographies: Le Soir, 8 juin 2015 )

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: