Tract en turc : le démenti de Mahinur Özdemir!


Un tract électoral bilingue français- turc, et alors ?

La candidate Mme Mahinur Özdemir, colistière de Mme Joëlle Milquet, a envoyé la mise au point suivante concernant le tract électoral en turc du cdH:

Mahinur_Ozdemir

Bonjour, ce tract est bel et bien bilingue (recto français et verso turc). Traduit mot à mot du français vers le turc. Aucun double langage dans la traduction. Ce courrier n’a pas été distribué en toutes boîtes mais bien adressé à des personnes par courrier et ce, nominativement.

Je trouve cela dommage que vous ne communiquez que partiellement sur ce sujet (en ne révélant pas (volontairement?) Le bilinguisme de ce courrier. Sachez que des gens de la première génération mais également de nombreuses personnes habitant bruxelles ne maîtrisent pas toujours l une des langues nationales. C est la raison pour laquelle je me suis battue pour un parcours d’intégration pour les primo arrivants lors cette législature.

*

Lettre aux dirigeant(e)s politiques bruxellois(es) : Ce tract électoral pour quel pays?

Cher(e)s dirigeant(e)s politiques bruxellois(es),

Ce tract électoral étonnant vient d’être distribué dans les boîtes à lettres des communes bruxelloises, plus particulièrement à Schaerbeek et Saint-Josse.

Questions:

Le scrutin du 25 mai aura-t-il lieu en Belgique ou en Turquie?

S’il aura lieu en Belgique, pourquoi ce tract électoral de Mme Joëlle Milquet, vice-première ministre et ministre de l’Intérieur, et de ses colistiers est-il en langue turque?

La langue turque est-elle une des langues officielles de la Belgique?

S’il s’agit simplement d’un tract destiné à une certaine communauté, n’est-ce pas une dégradation pour les électeurs issus de cette communauté qui sont censés connaître une des langues de ce pays.

En effet, une telle connaissance est obligatoire pour acquérir la nationalité belge et pour devenir électeur(trice).

Même si les dirigeants du cdH le justifient d’une manière ou d’une autre au nom de la pluralité de la région bruxelloise, n’oublions pas que les ressortissants de Turquie ne sont pas uniquement turcophones.

A Bruxelles, il y a des milliers d’Arméniens, Assyriens et Kurdes en provenance de Turquie dont la langue maternelle n’a rien à voir avec la langue turque.

Meilleures salutations. INFO-TURK Dogan Ozguden.

*

Un tract électoral bilingue français-tu rc, et alors ?

Par Pierre-Yves Lambert – Le message envoyé par Info-Türk hier après-midi ne comportait en pièce jointe que le verso en turc du tract, mais Dogan Özgüden m’a bien confirmé ce matin que le recto est en français, et me l’a envoyé par mail, voir les deux faces sur la Tractothèque: http://tractotheque.blogspot.be/2014/05/belgique-2014-tract-bilingue-francais.html . Je reproduis également le démenti de Mahinur Özdemir, envoyé à Info-Türk hier après-midi. Ma position sur ce type de tracts a toujours été claire, rien de choquant tant que le contenu est le même dans les deux versions http://tractotheque.blogspot.be/2012/09/tracts-bilingues-rien-de-neuf-rien-de.html Il y en a dans diverses langues, en turc http://tractotheque.blogspot.be/search/label/tract%20belge%20en%20turc mais pas seulement. Le problème c’est plutôt l’utilisation de fichiers illégaux pour les envois postaux car basés sur l’origine supposée des destinataires (pratique courante dans certains partis et de la part de certains candidats), ce qui semble être le cas de ce tract CDH de 2014 (“Ce courrier n’a pas été distribué en toutes boîtes mais bien adressé à des personnes par courrier et ce, nominativement.”) http://tractotheque.blogspot.be/2012/10/belgique-2012-courriers-electoraux-sur.html

Je peux également comprendre que des électeurs arméniens ou assyriens dotés de patronymes turcs par le régime fasciste kémaliste dans les années 1930 (comme les Slovènes d’Italie par Mussolini, l’alter ego de Mustafa Kemal) soient choqués de recevoir des courriers électoraux en turc. Je trouve également plus que problématique les tracts unilingues http://tractotheque.blogspot.be/2012/06/schaerbeek-2012-seydi-sag-cdh.html ou les publireportages en chinois, en turc ou en urdu dans des magazines publiés dans ce langues, mais ça n’est pas interdit et ce serait une mauvaise idée de l’interdire, simplement il faut que tous les électeurs potentiels en soient avisés avant de voter. Et de toute façon tout ce qui précède n’est que mon opinion personnelle sur la question, mais depuis hier après-midi j’ai reçu plusieurs coups de fils de journalistes à ce sujet alors que j’étais en shooting photo à Anvers pour les nouvelles et anciennes stars de la Tractothèque :-) ]

“Pour le prochain scrutin communal d’octobre, le cdH de Schaerbeek, en accord avec la direction nationale, a décidé de limiter drastiquement l’emploi des langues étrangères dans ses communications politiques. “ Tous nos candidats sont engagés en signant une charte à respecter des conditions particulières dans l’emploi des langues étrangères dans leurs communications écrites. Nous n’accepterons pas plus d’une petite phrase par exemple en turc et elle devra être une traduction littérale du texte en français qui se trouvera sur le tract ”, assure Denis Grimberghs, tête de liste cdH à Schaerbeek. Il dénonce aussi l’appel au vote communautaire.” (Rédaction en ligne, Élections: le cdH de Schaerbeek limite l’emploi des langues étrangères pour la campagne , La Capitale, 25 Août 2012) Source.

*

Mise au point par Info-Türk

Quant à l’argument de Mme Özdemir concernant la méconnaissance d’une des langues nationales par la première génération et par de nombreuses personnes habitant Bruxelles, nous tenons à rappeler que la responsabilité de cette situation dramatique incombe principalement sur les dirigeants politiques belges et les dirigeants de leurs pays d’origine comme la Turquie.

Malgré cela, même avant la législature de Mme Özdemir, la formation linguistique de ces citoyens d’origine étrangère a été assurée depuis des décennies par des associations d’éducation permanente et d’insertion socio-culturelle, c’est grâce à cela que des milliers de citoyens appartenant à plus d’une centaine d’origines maîtrisent une des langues officielles de ce pays et votent aux élections belges sans avoir besoin de tracts ou d’accompagnement dans leur langue maternelle. Source.

    *

    Tract électoral en turc d’Emir Kir (PS)

    emir_kir

    *

    Tract électoral bilingue d’Emin Özkara (PS)

    !cid_E3B8C377-CB07-483C-A2AD-846EC927BD78@home

    *

    Le tract bilingue (turc-français) d’un candidat PS appelle à voter également à Laurette Onkelinx, Rudi Vervoort, Marie Arena, Emir Kir et Catherine Moureaux:
    !cid_7BE15C65-E201-49BA-B78C-EBC71FCBD890@home

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: