Stand firm, don’t yield, Turkey is with you!!!


Aucune économie au monde ne peut croître dans le chaos

media_xll_5895932

Manifestation à Bruxelles contre la répression d’Erdogan en Turquie

Turkey’s Emlak GYO postpones bookbuilding amid market turbulence

Turkish markets under attack by speculators

***

Tout le monde va être touché. Les banques, les marchés financiers“, rouspète Sahin Ozcetinkaya, 53 ans. “Les travailleurs vont souffrir, et finalement les patrons aussi“.

La bourse d’Istanbul a été la première à sonner l’alerte. Dès la reprise de la cotation lundi après le début de la fronde, elle a subi une chute vertigineuse de plus de 10%.

Alors même si la place financière stambouliote a depuis repris un peu de poil de la bête, les analystes s’interrogent sur les risques d’une fuite des investissements étrangers qui inondent largement depuis des années l’éclatante croissance turque.”Elle dépend largement des capitaux étrangers pour financer ses investissements“, écrit Neal Shearing, de la firme Capital Economics à Londres. “Le risque désormais, c’est qu’une période prolongée d’agitation politique affecte la confiance et provoque une inversion des flux d’investissement“, dit-il.

Depuis l’arrivée au pouvoir en 2002 du Parti de la justice et du développement (AKP), issu de la mouvance islamiste, la Turquie a renoué avec la stabilité après des années d’une vie politique tumultueuse émaillée d’interventions de l’armée. Après la crise financière de 2001, son économie est entrée dans une période de forte croissance, avec des pics de plus de 8% en 2010 et 2011, qui ont permis à son produit national brut (PNB) par habitant de tripler.

Recep Tayyip Erdogan, qui a fait de la croissance économique et l’entrée de son pays dans l’ère de la consommation de masse l’un de ses principaux titres de gloire, a attribué la responsabilité des troubles à toute une série d’intervenants étrangers, parmi lesquels des “terroristes” mais aussi un “lobby des taux d’intérêt“.

Rhétorique inquiétante

Nous avons progressé en construisant, en produisant et en renforçant la Turquie (…) nous en sommes arrivés là malgré le lobby des taux d’intérêt“, a-t-il dit vendredi. “Ils pensent pouvoir nous menacer en spéculant sur les marchés mais ils doivent savoir que nous ne les laisserons pas se nourrir de la sueur de cette nation“.

Continue.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: