West : This is a further important step and we should support it!


The Peace Process is fragile but nevertheless urges all those concerned to support efforts to bring the initiative to a successful conclusion.
öcalan2

***

***

Joint Statement by EU High Representative Catherine Ashton and Commissioner Štefan Füle on Abdullah Öcalan’s call on the PKK to lay down arms and withdraw beyond Turkey’s borders

Brussels, 22 March 2013 – Catherine Ashton, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and Commissioner for Enlargement and European Neighbourhood Policy Štefan Füle made today the following statement:

“We welcome today’s call on the PKK to lay down arms and withdraw beyond Turkey’s borders and the positive reactions to that call. This is a further important step forward in the on-going process aimed at ending a conflict which has claimed far too many victims. We look forward to concrete follow-up and implementation.

The EU has repeatedly encouraged all parties to work unremittingly to bring peace and prosperity for all citizens of Turkey.

The EU gives its full support to this process. It stands ready to help, including through the

Instrument for Pre-accession Assistance.”

***

S&Ds welcome Kurdish leader Abdullah Öcalan’s call for a ceasefire

The Socialists and Democrats in the European Parliament welcome the call from Kurdish rebel leader Abdullah Öcalan for a ceasefire. It is now the time for peace and democracy for the people of Turkey.

Hannes Swoboda, president of the S&D Group in the European Parliament, said:

“We welcome Abdullah Öcalan’s call for peace talks, which gives hope for an end to the 30-year struggle between the Turkish army and the Kurdish rebels.

“This positive development could and should open the way for a new period of co-operation and peace for all Turkish citizens. Negotiations are the only sustainable solution to avoid a further escalation of violence.

“The Turkish authorities must now create the conditions for a better relationship with Kurdish citizens, changing their approach and establishing genuine freedom of expression for all in Turkey.

“All political forces in Turkey must work to build a democratic state which fully respects human rights and freedoms.

“A just and lasting settlement of the Kurdish issue in Turkey will also have significant and positive implications for efforts towards bringing stability to the wider region.”

***

Le Président de l’APCE salue l’appel à la trêve par le leader du PKK

Le Président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, Jean-Claude Mignon, a aujourd’hui salué l’appel à la trêve par le leader du PKK. « C’est une étape cruciale dans la poursuite du processus de paix initié en décembre 2012 par les autorités turques avec Abdullah Öcalan. L’arrêt de toutes les violences est une condition préalable à toute négociation», a-t-il souligné.

***

PACE President welcomes PKK leader’s call for a truce

Council of Europe Parliamentary Assembly President Jean-Claude Mignon has today welcomed the PKK leader’s call for a truce. “This is a crucial stage in the continuing peace process, begun in December 2012 by the Turkish authorities with Abdullah Öcalan. Ending all violence is a precondition for any negotiations,” he said.

***

Announcement by the PKK to Halt the Violence

The United States welcomes today’s announcement by the Kurdistan Workers’ Party (PKK) to halt the violence as a positive step toward ending more than three decades of tragic violence in Turkey. This violence has claimed too many lives and too many futures, and must end. We applaud the courageous efforts of the Government of Turkey and all parties concerned to achieve a peaceful resolution that will advance democracy in Turkey and improve the lives of all of Turkey’s citizens. The United States will continue to support the people of Turkey in their effort to finally resolve this issue and move toward a brighter future.

Victoria Nuland
Department Spokesperson

***

Foreign Minister Westerwelle on Abdullah Öcalan’s call for a cease-fire

Abdullah Öcalan’s call for a cease-fire and a withdrawal of fighters is a big step towards more mutual trust. Concrete measures must now follow these announcements and the weapons must really be put aside.
That would create space for political agreements to end confrontation and violence for good and to take into account the concerns of Turkey’s Kurdish citizens in a legitimate fashion within the framework of the Turkish state.
We encourage the parties to pursue political talks and negotiations even when faced with resistance and to finally put an end to this long and bloody conflict.

***

Turquie – PKK

La France salue l’annonce par le PKK de sa décision de déposer les armes, ce qui constitue un développement positif pour l’avenir de la Turquie après plusieurs décennies de conflit.

Nous soutenons les efforts engagés par le gouvernement turc, avec l’ensemble des acteurs concernés, pour mettre en œuvre une solution pacifique qui permette à la Turquie de vivre dans la paix, la démocratie et la prospérité.

***

Monitoring Committee unanimously adopts draft resolution on post-monitoring dialogue with Turkey

Strasbourg, 22.03.2013 – “As rapporteur of the Parliamentary Assembly of the Council of Europe (PACE) on post-monitoring dialogue with Turkey, I first wish to support the statement issued by our President Jean-Claude Mignon welcoming the PKK leader’s call for a truce. This is a crucial stage in the continuing peace process, begun in December 2012 by the Turkish authorities with Abdullah Öcalan. The end of all the violence is a precondition for any negotiations,” Josette Durrieu (France, SOC) said today.

“At its meeting in Paris on 20 March, the Monitoring Committee unanimously adopted a draft resolution on post-monitoring dialogue with Turkey (*) on the basis of my report. Turkey has embarked on a clear, major, but also long, process of reforms. Some vital elements such as the preparation of a new Constitution and the revision of the Criminal Code are under way, but not yet completed,” Mrs Durrieu added.

In the draft resolution, the committee points out that this reform process “is taking place against an extremely complex background in both domestic and external terms. Over the last ten years, since the AKP came to power, Turkey has entered a period of political transition characterised by redefinition of the role of the army; repositioning of the various branches of power (such as the judiciary); the opening of major trials which are having a profound effect on society; and the Kurdish question and PKK terrorism.”

The committee welcomes the remarkable solidarity displayed in taking in refugees from Syria, and emphasises the importance of the stability of Turkey, the “benchmark for the Muslim countries of the southern Mediterranean, which are experiencing great instability. Hence the particular importance of continuing the expected reforms and bringing them to a successful conclusion.” It also highlights the reforms of the justice system which have been started, the substantial progress made since 2004 in promoting the cultural and linguistic rights of the Kurds, the stepping up of dialogue with religious communities and the establishment of the institution of ombudsman in 2012.

The committee affirms that it is up to Turkey and the Turkish people to define the country’s future democratic system and type of governance, inviting the Turkish authorities at the same time to draw on the expertise of the Venice Commission before finalising the draft constitution. In this respect, it points out that it is essential to safeguard the institutional balance of powers and to specify the appropriate checks and balances.

It reiterates its explicit request for an in-depth review of the legal provisions and administrative measures relating in particular to the provisions of the Criminal Code and anti-terrorism legislation. “The eagerly awaited adoption of the fourth package of judicial reforms should reinforce the exercise of freedom of expression and the right to demonstrate,” in the view of the committee. It deplores the pre-trial detention of large numbers of members of parliament, mayors and local elected representatives, and calls for an urgent legislative solution. It also invites Turkey to fully respect the rights of the defence in major trials.
Finally, the committee invites the Parliamentary Assembly to monitor developments in Turkey and to present, after the elections scheduled for 2014 and 2015, a full report on the post-monitoring dialogue.

The draft resolution adopted by the committee will be debated by PACE at its next plenary session (Strasbourg, 22-26 April).

* Adopting Resolution 1380 (2004) in 2004, PACE decided to close the monitoring procedure relating to Turkey and to open a post-monitoring dialogue in order to verify the action taken on the 12 issues listed in paragraph 23 of that resolution.


Full texte:

Adopted draft resolution

***

La Commission de suivi adopte à l’unanimité un projet de résolution sur le dialogue postsuivi avec la Turquie

Strasbourg, 22.03.2013 – « En tant que rapporteure de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) sur le dialogue postsuivi avec la Turquie, je me joins tout d’abord à la déclaration de notre Président Jean-Claude Mignon pour saluer l’appel à la trêve par le leader du PKK. C’est une étape cruciale dans la poursuite du processus de paix initié en décembre 2012 par les autorités turques avec Abdullah Öcalan. L’arrêt de toutes les violences est une condition préalable à toute négociation», a déclaré aujourd’hui Josette Durrieu (France, SOC).

« Réunie à Paris le 20 mars, la Commission de suivi a adopté à l’unanimité un projet de résolution sur le dialogue postsuivi avec la Turquie (*), sur la base de mon rapport. La Turquie est engagée dans un processus de réformes évident, important, mais aussi long. Des éléments essentiels tels que la préparation d’une nouvelle constitution et la révision du Code pénal sont engagés, mais pas encore achevés», a poursuivi Mme Durrieu.

Dans le projet de résolution, la commission rappelle que « ce processus de réformes s’inscrit dans une situation à la fois intérieure et extérieure particulièrement complexe. Depuis dix ans et l’arrivée d’AKP au pouvoir, la Turquie est entrée dans une période de transition politique, marquée par la redéfinition du rôle de l’armée, le positionnement des différents pouvoirs comme la justice, l’ouverture de grands procès qui touchent profondément la société, la question kurde et le terrorisme du PKK. »

La commission salue la solidarité remarquable pour l’accueil des réfugiés en provenance de la Syrie et souligne l’importance de la stabilité de la Turquie, « pays de référence pour les pays musulmans de la rive Sud de la Méditerranée, en pleine instabilité, d’où l’importance particulière de la poursuite des réformes attendues et de leur aboutissement réel ». Elle souligne notamment les réformes de la justice engagées, les progrès importants réalisés depuis 2004 pour promouvoir les droits culturels et linguistiques des Kurdes, le dialogue renforcé avec les communautés religieuses, et la création de l’ombudsman en 2012.

La commission affirme qu’il appartient à la Turquie et au peuple turc de définir son futur système démocratique et son type de gouvernance, tout en invitant les autorités turques à s’appuyer sur l’expertise de la Commission de Venise avant la finalisation du projet de constitution. A cet égard, elle rappelle qu’il est essentiel de garantir l’équilibre institutionnel des pouvoirs et de préciser la nature des contre-pouvoirs.

Elle réitère sa demande expresse de procéder à un examen approfondi des dispositions légales et des mesures administratives relatives notamment aux dispositions du code pénal et de la loi anti-terroriste. « L’adoption très attendue du quatrième paquet de réformes judiciaires doit renforcer l’exercice de la liberté d’expression et de manifestation», estime la commission. Elle déplore la détention provisoire de nombreux parlementaires, maires et élus locaux et appelle une solution législative urgente. Elle invite la Turquie également à respecter pleinement les droits de la défense au cours des grands procès.

La commission invite enfin l’Assemblée parlementaire de suivre les évolutions en Turquie et de présenter, à l’issue des échéances électorales de 2014 et 2015, un rapport complet sur le dialogue postsuivi.

Le projet de résolution adopté par la commission sera débattu par l’APCE lors de sa prochaine session plénière (Strasbourg, 22-26 avril).

* En adoptant en 2004 la résolution 1380 (2004) l’APCE avait décidé de clore la procédure de suivi avec la Turquie et d’ouvrir un dialogue postsuivi pour vérifier la mise en œuvre des 12 points contenus dans le paragraphe 23 de cette résolution.

Dialogue postsuivi avec la Turquie

Commission pour le respect des obligations et engagements des Etats membres du Conseil de l’Europe (Commission de suivi)

Rapporteur : Mme Josette DURRIEU, France, Groupe socialiste

Projet de résolution1

1. En 2004, l’Assemblée parlementaire avait décidé de clore la procédure de suivi avec la Turquie et d’ouvrir un dialogue postsuivi. Elle avait exprimé sa confiance aux autorités turques pour poursuivre le processus des réformes et mettre en oeuvre celles qui avaient été adoptées. L’Assemblée note que la

Résolution 1710 (2010) oblige maintenant l’Assemblée Parlementaire à débattre en plénière de la mise en oeuvre de la Résolution 1380 (2004).

2. Une coopération s’est donc établie avec la Turquie pour mener le dialogue postsuivi, et vérifier la mise en oeuvre des 12 points contenus dans le paragraphe 23 de la Résolution 1380 (2004), à savoir la refonte de la Constitution de 1982 ; l’abaissement du seuil électoral de 10 % ; la reconnaissance du droit à l’objection

de conscience ; la création de l’institution de l’ombudsman; la ratification de la Convention relative au blanchiment, au dépistage, à la saisie et à la confiscation des produits du crime, de la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales, de la Charte des langues régionales et minoritaires, la Charte

sociale européenne révisée, et l’acceptation des dispositions de la Charte sociale qui ne le sont pas encore; l’achèvement de la révision du Code pénal (en particulier le respect des impératifs de proportionnalité posés par la jurisprudence de la Cour européenne des Droits de l’Homme en matière de liberté d’expression et d’association) ; l’examen des lois datant de l’époque de l’état d’urgence, la mise en oeuvre de la réforme de

l’administration locale, régionale et la décentralisation et la gestion du retour des personnes déplacées à la suite du conflit des années 1990; la formation des juges et procureurs, de la police et de la gendarmerie; la levée de la réserve géographique à la Convention de Genève relative au statut des réfugiés; la poursuite d’une politique visant à reconnaître l’existence des minorités nationales vivant en Turquie et l’octroi du droit

de maintenir, de développer et d’exprimer leur identité, et de la mettre en oeuvre concrètement; la poursuite de la lutte contre l’illettrisme féminin et contre toutes les formes de violence à l’égard des femmes.

3. L’Assemblée tient à préciser que le processus de réformes importantes engagées s’inscrit dans une situation à la fois intérieure et extérieure particulièrement complexe. Depuis dix ans et l’arrivée d’AKP au pouvoir, la Turquie est entrée dans une période de transition politique, marquée par : la redéfinition du rôle  de l’armée ; le positionnement des différents pouvoirs (comme la justice) ; l’ouverture de grands procès (Ergenekon, Balyoz, KCK) qui touchent profondément la société et les acteurs essentiels de la vie politique, militaire et civile ; la question kurde et le terrorisme du PKK qui a fait plus de 40.000 victimes. L’Assemblée note également que, dans un Moyen Orient instable, le conflit syrien a des répercussions profondes en

Turquie. Le pays a accueilli, avec une solidarité remarquable, plus de 220.000 réfugiés depuis 2011.

4. L’Assemblée rappelle que les négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne ont commencé en 2005. Elle salue la relance des discussions et l’ouverture possible de nouveaux chapitres des négociations, en 2013, en particulier le chapitre 22 sur la Politique régionale et coordination des instruments

structurels. Elle considère que l’ouverture de chapitres additionnels, en particulier les chapitres 23 (appareil judiciaire et droits fondamentaux) et 24 (justice, liberté et sécurité), permettraient de consolider le processus de réformes et de conforter l’action du Conseil de l’Europe. 1 Projet de résolution adopté à l’unanimité par la commission le 20 mars 2013.

5. L’Assemblée insiste sur les résultats économiques très importants enregistrés dans un contexte de crise mondiale. Ainsi s’affirme le positionnement de la Turquie comme puissance régionale, avec un ancrage multilatéral et un rôle stratégique et énergétique essentiel. Autant de considérations qui rendent la stabilité de la Turquie indispensable à l’ensemble de la partie orientale de la Méditerranée.

6. L’Assemblée note aussi, avec intérêt, que les révolutions dites « des printemps arabes » ont touché pratiquement tous les pays musulmans de la rive Sud de la Méditerranée. Mais, aujourd’hui, pour ces états en pleine instabilité, la Turquie est « le pays de référence ». D’où l’importance particulière de la poursuite

des réformes attendues et de leur aboutissement réel.

7. L’Assemblée précise que dans la phase initiale du dialogue postsuivi (2004-2010), de nombreuses réformes ont été engagées, mais elles ne répondaient que partiellement à quelques-uns des 12 points de la Résolution 1380 (2004). L’Assemblée retient à cet égard :

7.1. la réforme ponctuelle de certains articles du code pénal en 2005, et notamment l’amendement de l’article 301 punissant les atteintes à la « l’identité et la nation turques » dont il est demandé la suppression totale ;

7.2. le lancement de programmes de formation des juges et procureurs portant notamment sur le code pénal de 2005 ;

7.3. la réforme constitutionnelle de 2007, ouvrant la voie de l’élection du Président de la République au suffrage universel direct à partir de 2014 ;

7.4. l’adoption, depuis 2007, de mesures visant à lutter contre la torture et les traitements dégradants et à former les forces de sécurité ;

7.5. le renforcement des dispositions du code pénal relatives à la lutte contre la violence à l’égard des femmes, et le développement de programmes de formation depuis 2006 ainsi que l’adoption de la Loi sur la protection de la famille en 2007 ;

7.6. l’adoption d’une loi relative aux fondations, entrée en vigueur en février 2008 ;

7.7. l’adoption de la « loi sur l’indemnisation des dommages résultant d’actes de terrorisme et de mesures de lutte contre le terrorisme » entrée en vigueur en mars 2008 et le lancement de

programmes de retour des personnes déplacées et de plusieurs programmes de développement socio-économique de la région du sud-est de la Turquie ;

7.8. le lancement de l’initiative « ouverture démocratique » envers la communauté kurde en 2009, qui a notamment ouvert les débats sur la question kurde, élargi l’usage de la langue kurde dans les médias et les campagnes électorales et permis l’enseignement du kurde à l’université ;

7.9. l’organisation d’un référendum constitutionnel en septembre 2010, qui a abouti à l’ouverture des procès concernant des leaders du coup d’État du 12 septembre 1980 ; la réforme de la comparution des militaires et des personnes accusées de crimes contre la sécurité de l’État ou l’ordre constitutionnel, y compris les officiers, devant les tribunaux civils ; l’élargissement de la composition de la Cour constitutionnelle et du Haut conseil des procureurs et des juges ; l’adoption du principe de la création de l’institution du médiateur ; l’institution du droit de recours individuel devant la Cour constitutionnelle dans les matières relevant de la Convention européenne des droits de l’homme et

d’élargir la portée et le contenu des droits syndicaux et du droit d’association ;

7.10 la ratification de la Charte européenne révisée en 2007.

8. L’Assemblée note avec insistance que la série de toutes les mesures prises doit trouver maintenant une mise en oeuvre complète et rapide.

9. L’Assemblée entend donc faire le point précis sur la mise en oeuvre de la Résolution 1380 (2004) en analysant toutes les réformes effectuées dans la période suivante (2010-2013) et les réformes annoncées.

Pour ce qui concerne la refonte de la constitution, le seuil électoral et le vote des citoyens turcs vivant à

l’étranger :

10. L’Assemblée prend acte de la mise en place, le 19 octobre 2011, par le parlement d’une commission dite « de conciliation » paritaire composée des quatre partis représentés au parlement, soit 12 membres.

Cette commission est présidée par le Président de la Grande Assemblée nationale, M. Cemil Çiçek.

L’objectif est de réviser la constitution inspirée par les militaires après le coup d’état de 1980. L’Assemblée souligne tout particulièrement l’exemplarité de la composition de cette commission et la règle du consensus adoptée pour la prise de décision. Elle salue aussi la procédure de consultation des forces vives de la société turque initiée dans la commission de conciliation mais elle note cependant la difficulté à concilier des

positions différentes sur certains principes fondamentaux, comme la citoyenneté ou certaines questions politiques essentielles, comme la décentralisation. L’intention et la volonté initiale étaient louables, l’exercice est cependant difficile L’Assemblée s’attend à ce que la réforme de la constitution soit conforme aux standards établis par le Conseil de l’Europe.

11. L’Assemblée affirme qu’il appartiendra à la Turquie et au peuple turc de définir son futur système démocratique et son type de gouvernance. L’Assemblée invite cependant les autorités turques à s’appuyer sur l’expertise de la Commission de Venise avant la finalisation du projet de constitution. Il est essentiel de

garantir l’équilibre institutionnel des pouvoirs et l’indépendance du système judiciaire, de préciser la nature des contre-pouvoirs, d’affirmer le respect des droits fondamentaux et des libertés individuelles, et de veiller à leur conformité avec les standards du Conseil de l’Europe.

12. L’Assemblée réitère sa demande aux autorités turques afin que soient prises en compte des recommandations de la Commission de Venise concernant l’abaissement du seuil électoral de 10 % – de loin le plus élevé de ceux pratiqués dans les 47 Etats membres du Conseil de l’Europe – afin d’élargir, au sein du parlement, la participation des partis politiques, acteurs essentiels de la démocratie.

13. L’Assemblée salue le fait que les autorités turques ont pris les mesures nécessaires pour mettre en oeuvre la décision du parlement de juin 2012 et permettre aux électeurs turcs vivant à l’étranger de voter lors des prochaines élections présidentielles de 2014 et législatives de 2015, et lors des élections futures.

Pour ce qui concerne l’achèvement de la révision du Code pénal (en particulier le respect des impératifs de

proportionnalité posés par la jurisprudence de la Cour européenne des Droits de l’Homme en matière de liberté d’expression et d’association), l’examen des lois issues de l’état d’urgence et la formation des juges et procureurs ainsi que de la police et de la gendarmerie :

14. L’Assemblée souligne que des réformes judiciaires ont été entreprises par la Turquie pour mettre sa législation en conformité avec la Convention européenne des droits de l’homme, en particulier avec l’adoption du 3e paquet de réformes judiciaires en juillet 2012. Ces réformes devaient notamment renforcer la présomption d’innocence et limiter la détention provisoire. Force est de constater que malgré des mises en liberté conditionnelle et les mesures de contrôle juridictionnel, les résultats immédiats ne sont pas à la dimension de l’attente. Le taux de personnes en détention provisoire, y compris des membres élus du parlement, représente aujourd’hui toujours 23% des détentions.

15. L’Assemblée se réjouit par ailleurs de la ratification, en septembre 2011, du Protocole facultatif à la Convention des Nations Unies contre la torture (OPCAT) et invite la Turquie à mettre en place un mécanisme national de prévention de la torture.

16. Si l’Assemblée note l’engagement de réformes en matière de justice des mineurs, elle est cependant dans l’attente des conclusions du CPT (Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants) relatives au traitement et aux conditions de détention de ces mineurs.

L’Assemblée exhorte aussi les autorités à améliorer les conditions dans toutes les prisons, conformément aux standards et pratiques du Conseil de l’Europe.

17. En matière de liberté d’expression, un sujet très crucial, tout en soulignant les réformes entreprises dans le cadre du « 3e paquet » pour assouplir les restrictions, l’Assemblée se réfère à la Résolution 1920 (2013) sur l’état de la liberté des médias en Europe. Elle réitère la demande expresse faite à la Turquie de

procéder à un examen approfondi des dispositions légales et des mesures administratives relatives notamment aux dispositions du code pénal et de la loi anti-terroriste. De même faut-il préciser la législation relative à internet et en verifier

18. L’Assemblée insiste auprès du parlement afin de s’assurer que le « 4e paquet de réformes judiciaires», soumis le 15 mars 2013 au parlement, et dont l’adoption est très attendue, renforce

légitimement l’exercice de la liberté d’expression et de manifestation, permette la mise en conformité de la législation turque (en particulier son Code pénal et sa loi anti-terroriste) avec la convention européenne des droits de l’homme. Elle devra renforcer nécessairement la distinction entre liberté d’expression et propagande terroriste. L’Assemblée appelle de ses voeux la suppression de l’article 301 du code pénal.

19. L’Assemblée invite également la Turquie à poursuivre les réformes engagées pour protéger toutes les libertés fondamentales et individuelles afin que la protection de l’individu soit remise au coeur du dispositif des droits de l’homme.

20. L’Assemblée note que la réforme de l’éducation, dite « 4+4+4 », allonge la durée de la scolarité obligatoire, ce qui est positif. Une certaine inquiétude s’exprime cependant quant à l’introduction de cours de religion dès le collège, puisque des sections dites « écoles Imam Hatip » y sont recréés. Cette démarche semble s’éloigner du principe de laïcité fondée sur le respect de toutes les religions, comme l’affirme le Premier Ministre. L’Assemblée suivra la mise en oeuvre de ce nouveau système.

21. Pour ce qui concerne le respect des droits des personnes gays, lesbiennes, bisexuels et transsexuels (LGBT), l’Assemblée demande à la Turquie de prendre toutes les mesures, y compris les mesures éducatives, pour lutter contre toutes les formes de discrimination ; et d’adopter les dispositions législatives et

constitutionnelles adaptées, L’Assemblée souhaite que soit assurée la mise en oeuvre effective de ces réformes tenant à l’orientation sexuelle ou l’identité de genre, suivant la Recommandation CM/Rec(2010)5 du Comité des Ministres aux Etats membres.

22. L’Assemblée est forcée de constater que plusieurs questions relatives aux droits de l’homme et des libertés fondamentales posent encore problème :

22.1. L’Assemblée déplore le fait que la détention provisoire de nombreux parlementaires, maires et élus locaux n’ait toujours pas trouvé d’issue légale. Cette situation entrave à l’évidence l’exercice des mandats confiés à ces élus par les citoyens et appelle une solution législative urgente ;

22.2. L’Assemblée invite la Turquie à respecter pleinement les droits de la défense au cours des grands procès (Ergenekon, Balyoz, KCK) conduits par des juridictions à compétences spéciales. Ces procès touchent à la fois des élus, des militaires, des universitaires, des étudiants, des journalistes et des Kurdes. L’Assemblée se dit préoccupée par le grand nombre de ces procès ;

22.3. Par ailleurs, l’Assemblée note que les arrestations et détentions provisoires, notamment de journalistes, de jeunes et d’étudiants, suscitent des inquiétudes graves. Elle exhorte la Turquie à adopter, sans délai, la législation nécessaire à garantir la liberté d’expression et de manifestation, et à veiller à ce que le recours à l’action de la police, s’il est nécessaire, reste proportionnel.

23. Pour ce qui concerne la dissolution des partis politiques, l’Assemblée invite la Turquie, suivant les recommandations de la Commission de Venise de 2009, à relancer, dans le cadre des travaux constitutionnels, l’instauration d’une procédure élaborée sur la base de critères stricts, tels que l’apologie ou l’incitation à la violence ou des menaces claires contre les valeurs fondamentales de la démocratie.

24. En matière de droits syndicaux, l’Assemblée prend note de la loi sur les syndicats adoptée le 19 octobre 2012. Elle constate le faible nombre de salariés syndiqués (moins de 10%) soit 1 million pour 10 millions de salariés. Elle attire l’attention sur le seuil élevé fixé à plus de 3% de salariés syndiqués pour les

entreprises de plus de trente salariés, afin qu’un syndicat puisse engager des négociations collectives. Ce seuil aujourd’hui autoriserait à peine la moitié des syndicats à y participer. Cette mesure cependant semble progressive et ne devrait s’appliquer pleinement qu’en 2018. L’Assemblée invite par conséquence la Turquie à s’assurer que cette nouvelle législation syndicale garantisse réellement l’exercice du droit de négocier

collectivement. Elle encourage la Turquie à poursuivre ses discussions avec les partenaires socioéconomiques et syndicaux pour lever les réserves faites aux articles 2.3, 4.1, 5 et 6 de la Charte sociale révisée.

25. L’Assemblée souligne la nécessité évidente de formation des juges et des procureurs. Elle encourage les autorités à poursuivre et intensifier les programmes de formation obligatoire et continue des agents de force de police et de sécurité. C’est une condition essentielle pour assurer la mise en oeuvre effective et

efficace des nouvelles mesures législatives et la prise en compte de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme. La formation des professionnels de la justice et de la sécurité doit s’accompagner de l’évolution absolument nécessaire des mentalités. L’Assemblée encourage vivement la Turquie à poursuivre la collaboration établie avec le Conseil de l’Europe dans ces domaines.

Pour ce qui concerne la création de l’institution de l’ombudsman la reconnaissance du droit à l’objection de

conscience et la création d’un un service civil alternatif :

26. L’Assemblée note avec satisfaction la mise en place du médiateur, suite au référendum constitutionnel du 12 septembre 2010 et à l’adoption de la loi du 14 juin 2012, honorant ainsi une demande précise de l’Assemblée figurant dans les 12 points. Elle invite toutefois le parlement turc à réévaluer les critères de

sélection et d’élection du médiateur et de ses adjoints pour garantir la crédibilité et l’efficacité de cette institution nouvellement mise en place et son financement.

27. L’Assemblée se réjouit par ailleurs que le ministère de la justice veille, avec détermination, à assurer une meilleure prise en compte de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme ; améliorer le contrôle de la mise en oeuvre des arrêts de la Cour et prévenir les violations répétitives des articles de la Convention européenne des droits de l’homme. Elle salue en particulier la création à la fois d’un mécanisme de compensation de durée excessive (détentions et procès) mais aussi la prise en compte du respect de la jurisprudence de la CEDH dans la promotion des juges.

28. L’Assemblée salue la possibilité ouverte par la révision constitutionnelle de 2010 de recours individuel devant la Cour Constitutionnelle pour la violation des droits couverts par la Convention européenne des droits de l’homme et mise en oeuvre en septembre 2012.

29. L’Assemblée regrette par contre, puisqu’il s’agissait de l’un des 12 points, qu’aucune mesure n’ait été prise pour donner un cadre législatif à l’objection de conscience et au service civil alternatif afin de se conformer ainsi à la jurisprudence récente de la Cour européenne des droits de l’homme en la matière.

Pour ce qui concerne la mise en oeuvre de la réforme de l’administration locale et régionale ainsi que la

décentralisation et le retour des personnes déplacées :

30. L’Assemblée est convaincue que la poursuite et le renforcement de la décentralisation seront un élément essentiel de la stratégie de développement de la Turquie, ainsi qu’une réponse possible à résolution de la question kurde. A cet égard, elle invite la Turquie à mettre en oeuvre la Recommandation 301 (2011) adoptée par le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux le 24 mars 2011 et à poursuivre ses réformes dans le domaine de la décentralisation, conformément à la Charte européenne de l’autonomie locale ratifiée par la Turquie en 1992.

31. L’Assemblée note avec satisfaction l’entrée en vigueur en mars 2008 de la loi n°5233 sur les compensations des dommages causés par le terrorisme. Elle encourage la Turquie à poursuivre ses programmes sociaux et économiques de retour durable des personnes déplacées, comme prévu dans les 12 points.

Pour ce qui concerne les instruments juridiques internationaux cités dans la Résolution 1380 (2004) :

32. L’Assemblée salue la ratification par la Turquie de la Convention relative au blanchiment, au dépistage, à la saisie et à la confiscation des produits du crime (STE n° 141) le 6 octobre 2004 et de la Charte Sociale révisée (STE n° 163) le 27 juin 2007, conformément à la Résolution 1380 (2004).

33. L’Assemblée note que la Turquie n’a ni signé, ni ratifié la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales et la Charte des langues régionales et minoritaires, comme demandé par l’Assemblée parlementaire en 2004. Elle encourage la Turquie à considérer déjà la signature de ces instruments

juridiques.

34. L’Assemblée salue l’adoption des circulaires de mars 2010 visant à améliorer l’accès aux procédures d’asile, à assurer une meilleure protection des groupes vulnérables et un meilleur accès des demandeurs d’asile au marché du travail. L’Assemblée souhaite que la future loi sur les étrangers et la protection

internationale améliore les conditions des étrangers quel que soit leur statut. Elle invite la Turquie à poursuivre sa coopération avec l’UNHCR et réitère son appel à lever la limitation géographique à la Convention de Genève de 1951 relative au statut des réfugiés. Elle invite par ailleurs la communauté

internationale à soutenir les efforts de la Turquie pour améliorer l’accueil et l’intégration des réfugiés.

35. L’Assemblée note avec satisfaction la ratification, le 23 mars 2012, de la Convention du Conseil de l’Europe pour la prévention du terrorisme (STCE n° 196). Elle réitère aussi à cette occasion sa condamnation totale de tous les actes de violence et de terrorisme. Pour ce qui concerne les actes de

terrorisme liés au PKK, l’Assemblée réaffirme que la question kurde doit trouver une solution politique, et appelle à l’arrêt de toutes les violences – condition préalable à toute négociation.

Pour ce qui concerne la poursuite de la politique visant à reconnaître l’existence des minorités nationales vivant en Turquie et l’octroi du droit de maintenir, de développer et d’exprimer leur identité, et de la mettre en oeuvre concrètement :

36. L’Assemblée rappelle qu’en matière de minorités, la Turquie se réfère au Traité de Lausanne du 24 Juillet 1923, qui considère comme minorités « les ressortissants turcs appartenant aux minorités non musulmanes ». Au demeurant, l’Assemblée note que la Turquie reconnait dans les faits, pour seules minorités, que les communautés religieuses juives, arméniennes et grecques orthodoxes. »

37. L’Assemblée se félicite du dialogue renforcé instauré avec les communautés religieuses et salue les mesures récentes visant à éliminer les problèmes rencontrés par les minorités non musulmanes.

L’Assemblée note également la contribution des minorités aux travaux de révision de la future constitution, qui devra assurer, en droit et en fait, l’égalité de tous les citoyens turcs, quelle que soit leur religion.

38. L’Assemblée salue la modification de la loi sur les  ondations en date du 27 août 2011 visant à faciliter l’enregistrement des biens immobiliers. Elle invite les autorités turques à finaliser la procédure de restitution des biens aux communautés religieuses.

39. Rappelant l’avis de la Commission de Venise de mars 2010 portant sur le statut juridique des communautés religieuses en Turquie et le droit du Patriarcat orthodoxe d’Istanbul d’utiliser l’adjectif «oecuménique», l’Assemblée prend note, avec satisfaction, des discussions en cours pour la réouverture du

séminaire orthodoxe Halki sur l’île d’Heybeliada.

40. Tout en notant que les réformes récentes de la législation turque ont amélioré les relations avec les communautés religieuses non musulmanes, l’Assemblée parlementaire invite la Turquie à garantir le droit fondamental de la liberté de religion, y compris la possibilité pour les communautés religieuses en tant que telles d’obtenir la personnalité juridique, qui permettrait d’assurer l’accès à la justice et la protection des droits de propriété, suivant les recommandations de la Commission de Venise.

41. A cet égard, l’Assemblée prend note de l’intensification du dialogue avec la communauté alévie, en particulier pour ce qui concerne la reconnaissance du statut légal des lieux de culte alévis (Cemevleri), l’enseignement du fait religieux alévi à l’école, et la restitution des biens confisqués.

42. L’Assemblée se réjouit par ailleurs des progrès importants réalisés depuis 2004 en matière de promotion des droits culturels et linguistiques des Kurdes, entre autres l’usage d’autres langues que le turc dans l’enseignement, les médias, pendant les campagnes électorales depuis 2011 et la possibilité de choisir

sa langue pour assurer sa défense devant les tribunaux depuis 2012. Rappelant sa dénonciation sans ambiguïté des faits de terrorisme, l’Assemblée note cependant que l’incarcération de milliers de Kurdes – y compris des élus locaux et des journalistes – pour des faits supposés de terrorisme pèsent sur le règlement

de la question kurde. L’Assemblée forme le voeu que les réformes judiciaires et constitutionnelles en cours permettront de trouver une issue politique à cette question.

43. L’Assemblée salue la reprise officielle des pourparlers initiés en décembre 2012 par les autorités turques avec le leader du PKK. Elle prend acte du « processus de paix », qu’elle considère à l’évidence comme la voie dans la recherche d’une solution politique à la question kurde. L’Assemblée sait que ce processus est fragile, mais exhorte cependant tous les acteurs concernés à soutenir l’aboutissement de cette initiative.

Pour ce qui concerne la poursuite des efforts visant à lutter contre l’illettrisme féminin et contre toutes les formes de violence à l’égard des femmes :

44. L’Assemblée se réjouit des avancées législatives réalisées depuis 2005 et la réforme du code pénal concernant de lutte contre la violence à l’égard des femmes, à savoir le dispositif législatif et les actions de sensibilisation. Elle salue l’action de la Turquie dans l’élaboration de la Convention du Conseil de l’Europe pour prévenir et combattre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique (dite « Convention

d’Istanbul »). L’Assemblée note que la Turquie a été le premier pays à la ratifier en mars 2012, et à adopter une loi. Force est de constater cependant que la violence faite aux femmes reste une réalité. 45. L’Assemblée souligne donc la nécessité d’assurer la mise en oeuvre effective de ces législations, en particulier par la formation des professionnels de santé, des policiers, des procureurs et des magistrats, et de sanctionner les manquements ou le manque de diligence des institutions.

46. L’Assemblée encourage la Turquie à poursuivre ses efforts pour lutter contre l’illettrisme des femmes, qui constitue un obstacle majeur à leur participation à la vie publique et économique, et un risque accru d’exposition des filles aux violences physiques, psychologiques et sexuelles. A cet égard, l’Assemblée invite la Turquie à lutter contre les mariages précoces et les mariages d’enfants, suivant la Résolution 1468 (2005) de l’Assemblée parlementaire. Elle incite aussi à beaucoup de vigilance pour maintenir les droits acquis par

les femmes concernant le droit à l’avortement.

47. L’Assemblée forme le voeu que la Turquie réaffirme son attachement au renforcement de l’égalité de facto entre les femmes et les hommes. Elle salue l’inscription de la discrimination positive en faveur des femmes dans les amendements constitutionnels de 2010. L’Assemblée forme le voeu que la Turquie consacre pleinement, dans sa future constitution, l’égalité entre les femmes et les hommes et continue à être un pays de référence dans la région.

48. En conclusion, l’Assemblée rappelle que la Turquie est en ce moment dans une phase d’évolution politique et que le contexte géopolitique est particulièrement délicat. L’Assemblée constate cependant que ce processus de réformes législatives et d’évolution institutionnelle est en cours mais inachevé concernant des points essentiels de la Résolution 1380 (2004). Ce processus pourrait également conduire à la rédaction d’une nouvelle constitution et à la définition d’un nouveau régime politique que l’Assemblée appréciera le moment venu. Au demeurant, elle assure à la Turquie tout son soutien dans

l’approfondissement de ces réformes démocratiques.

49. Prenant en compte les élections locales de 2014 et la première élection du Président de la République au suffrage direct en 2014 ainsi que les élections parlementaires de 2015, l’Assemblée décide de suivre les évolutions en Turquie et de présenter, à l’issue de ces échéances, un rapport complet sur le dialogue postsuivi. Elle réitère la disponibilité du Conseil de l’Europe, en particulier la Commission de Venise, pour soutenir les efforts des autorités turque.

More:

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: