Report/Rapport:Gender equality – Egalité des sexes.


Reconciliation of personal and working life and shared responsibility – Conciliation vie personnelle-vie professionnelle et coresponsabilité
coe1a

English version follows!

***

Malgré les progrès accomplis sur la voie de l’égalité entre femmes et hommes, une division traditionnelle des rôles entre les deux est encore largement répandue. Les hommes jouissent d’une position privilégiée sur le marché du travail, tandis que les femmes se voient attribuer la plus grande partie des responsabilités de leurs foyers.

La conciliation vie privée-vie professionnelle représente un défi tant pour les femmes que pour les hommes. Un cadre législatif et des politiques adéquates sont indispensables pour réaliser l’égalité entre les conjoints mais également pour faciliter l’accès des femmes au monde du travail. De plus, ils contribueraient à la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

Au-delà de l’action des autorités publiques, un changement profond des mentalités est nécessaire. En effet, l’organisation du travail devrait permettre à tous ceux qui le souhaitent d’exercer une activité professionnelle et de pouvoir concilier leur activité professionnelle avec leur vie personnelle. Par ailleurs, le principe de coresponsabilité, qui veut que femmes et hommes partagent leurs responsabilités au sein du foyer en dépassant la division traditionnelle des rôles, devrait être la référence pour l’élaboration et la mise en œuvre de politiques de conciliation efficaces.

1. «Je suis absolument convaincue que les femmes peuvent tout avoir (et les hommes aussi). Je crois que nous pouvons tout avoir en même temps. Mais pas maintenant, pas de la façon dont l’économie et la société sont structurées actuellement.» Avec un article paru dans le magazine The Atlantic en juillet 2012, l’académicienne américaine Anne-Marie Slaughter a relancé le débat sur la conciliation entre vie professionnelle et responsabilités familiales auprès du grand public, dans son pays et ailleurs3.

2. Malgré les nombreux progrès accomplis sur la voie de l’égalité entre femmes et hommes, une division traditionnelle des rôles est encore largement répandue en Europe. Ainsi, si les hommes jouissent encore d’une position privilégiée sur le marché du travail, les femmes conservent une partie prépondérante des responsabilités ménagères et des soins des enfants et des personnes âgées.

3. Le résultat est que la conciliation entre vie privée et vie professionnelle est plus difficile pour les femmes que pour les hommes. A cela s’ajoutent les inégalités en matière de rémunération et de nombreuses discriminations à l’embauche et dans les conditions de travail. L’ensemble de ces éléments décourage une participation plus importante des femmes au monde du travail.

4. Des mesures s’imposent pour permettre à tous ceux qui le souhaitent d’exercer une activité professionnelle et de pouvoir l’harmoniser avec la vie privée et familiale. Il s’agit notamment de créer des services diffusés et accessibles d’assistance aux personnes (aux enfants, en particulier aux nouveau-nés et aux personnes âgées), d’encourager le partage des responsabilités familiales dans les couples et de transformer l’organisation du travail afin d’introduire des éléments de flexibilité (horaires différenciés, télétravail) sans porter atteinte aux possibilités de carrière.

5. Ces mesures ont été préconisées par le Conseil de l’Europe à plusieurs reprises, depuis la Recommandation No R (96) 5 du Comité des Ministres jusqu’à la Recommandation 1768 (2006) de l’Assemblée parlementaire sur la nécessaire réconciliation de la vie professionnelle et la vie familiale. Il est temps de vérifier quelles initiatives ont été prises au niveau européen et quel impact elles ont eu sur l’économie et la société.

6. Toutefois, je tiens à souligner que, sans un changement important des mentalités au sein des familles et de la société en général, l’action des autorités publiques, certes fondamentale, restera insuffisante. Comme dans d’autres domaines, le principe de subsidiarité entre autorités publiques et société civile est d’une importance majeure.

Projet de résolution

1. Malgré les progrès accomplis sur la voie de l’égalité entre femmes et hommes, une division traditionnelle des rôles entre les deux est encore largement répandue en Europe. Les hommes jouissent d’une position privilégiée sur le marché du travail, tandis que les femmes conservent une partie prépondérante des tâches ménagères et des soins aux personnes non autonomes (enfants et personnes âgées).

2. En même temps, la crise financière et économique a eu des répercussions sur le rapport de forces entre femmes et hommes dans le monde du travail. Dans de nombreuses économies, des secteurs employant les hommes de façon plus importante ont été affectés plus sévèrement par les conséquences de la crise (c’est le cas des bâtiments et travaux publics, des transports et plus généralement de l’industrie, tandis que le secteur des services a mieux tenu ses niveaux d’occupation et de rentabilité).

3. Aujourd’hui la conciliation entre vie privée et vie professionnelle représente un défi tant pour les femmes que pour les hommes. Cependant, des inégalités persistent dans le monde du travail au détriment des femmes, en matière de rémunération et en raison de discriminations à l’embauche, ainsi que dans la progression des carrières.

4. L’Assemblée parlementaire estime que des mesures systématiques et cohérentes de conciliation devraient être adoptées par tous les Etats membres, permettant à toutes celles et tous ceux qui le souhaitent d’exercer une activité professionnelle et de pouvoir l’harmoniser avec leur vie personnelle et familiale. Ces mesures doivent améliorer la conciliation vie personnelle-vie professionnelle tant des femmes que des hommes et promouvoir l’égalité de genre.

5. Une meilleure conciliation vie personnelle-vie professionnelle passe également par une prise de conscience de l’importance de la coresponsabilité, ou partage des responsabilités entre femmes et hommes au sein des familles. La coresponsabilité concerne tout aspect de la vie familiale et inclut la coresponsabilité parentale, mais ne se limite pas à celle-ci.

6. Des politiques de conciliation sont également nécessaires pour prévenir et lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale. En effet, les parents obligés de quitter leur emploi à cause d’une organisation du travail incompatible avec les engagements familiaux, ou de réduire leur engagement professionnel et par conséquent leur revenu, présentent un risque accru de pauvreté et d’exclusion.

7. L’Assemblée estime qu’une meilleure conciliation vie personnelle-vie professionnelle exige une collaboration de tous les acteurs de la société, les Etats, les entreprises, la société civile et les individus et que ces derniers, femmes et hommes, partagent leurs responsabilités au sein des familles.

8. L’Assemblée, tenant compte des meilleures pratiques recensées, appelle donc les autorités publiques des Etats membres du Conseil de l’Europe:

8.1. à offrir des services d’assistance de niveau adéquat aux personnes non autonomes (enfants et personnes âgées);

8.2. à introduire un régime de congé parental permettant aux parents, femmes ou hommes, de s’occuper des enfants sur un pied d’égalité;

8.3. à introduire des mécanismes de soutien financier adaptés aux besoins des familles, notamment liés aux soins et à l’éducation des enfants;

8.4. à réformer la législation du travail afin de permettre et d’encourager des formes d’organisation plus souples, telles que les horaires différenciés et flexibles ainsi que le télétravail;

8.5. à introduire dans la législation du travail le principe selon lequel ces formes de travail ne devraient pas porter atteinte aux progressions de carrière;

8.6. à encourager les entreprises à appliquer à titre volontaire des mesures de conciliation plus avantageuses que celles prévues comme obligatoires par la législation;

8.7. à introduire un soutien financier (crédits à taux zéro ou réduit) pour soutenir les mesures de conciliation adoptées par les entreprises;

8.8. à encourager les recherches sur l’impact des difficultés pour concilier vie personnelle-vie professionnelle sur le taux d’emploi et la compétitivité des économies respectives;

8.9. à encourager la collecte et l’analyse des données sur l’efficacité des mesures de conciliation adoptées;

8.10. à mener des campagnes de sensibilisation ciblant le grand public au sujet de la coresponsabilité entre femmes et hommes au sein des familles et dans la société;

8.11. à mener des activités d’éducation et de sensibilisation dans les écoles au sujet de la coresponsabilité et du respect des droits de tous les membres de la famille indépendamment de leur âge et genre;

8.12. à établir un dialogue avec les partenaires sociaux et la société civile afin de promouvoir les principes énoncés dans la présente résolution.

Continue:

• Partage inégal des responsabilités familiales et conséquences sur le monde du travail.

• La conciliation vie personnelle-vie professionnelle, une question qui concerne également les hommes.

• Conciliation et coresponsabilité.

• Instruments juridiques du Conseil de l’Europe et de l’Union européenne.

• Aperçu des politiques de conciliation dans les pays européens.

• Congé parental.

• Services de prise en charge.

• Modèles de législation.

• Bonnes pratiques.

• Initiatives des entreprises.

• Conclusions.

***

Despite progress on the path to gender equality, a traditional division of roles between women and men is still widespread. Men enjoy a privileged position on the labour market, while women find themselves with a large share of the household responsibilities.

Reconciliation of personal life represents a challenge both for women and men. A legislative framework and appropriate policies are needed to achieve equality between spouses but also to facilitate women’s access to the world of work. In addition, this would contribute to the fight against poverty and social exclusion.

Beyond the action of public authorities, a profound change of mentality is needed. Indeed, the organisation of work should allow all those who so wish to engage in paid activity and be able to reconcile their work with their personal lives. Moreover, the principle of shared responsibility, which means that women and men go beyond the traditional division of roles and share responsibilities in the home, should be the benchmark for the development and implementation of effective reconciliation policies.

1. “I still strongly believe that women can have it all (and that men can too). I believe that we can have it all at the same time. But not today, not with the way [the] economy and society are currently structured.” In an article which appeared in The Atlantic magazine in July 2012, American academic Anne-Marie Slaughter reignited a public debate on reconciling working life and family responsibilities, both in her own country and beyond.3

2. Notwithstanding the many advances made along the path towards gender equality, a traditional division of men’s and women’s roles is still widespread in Europe. Thus, while men enjoy a privileged position on the labour market, women still do the lion’s share in terms of household responsibilities and care of children and the elderly.

3. As a result, reconciling private and working life is harder for women than for men. This difficulty is compounded by wage inequalities and a great deal of discrimination in recruitment and working conditions, which are disincentives to labour force participation by larger numbers of women.

4. Measures are needed to enable everyone so wishing to engage in paid activity and be able to harmonise this with private and family life. It is chiefly a matter of creating widely available and readily accessible personal support services (catering for children, particularly babies, and the elderly), encouraging the sharing of family responsibilities within couples, and transforming the organisation of work so as to introduce features of flexibility (different working hours, teleworking) without impairing career opportunities.

5. These measures have been advocated by the Council of Europe on several occasions, from Recommendation No. R (96) 5 of the Committee of Ministers to Parliamentary Assembly Recommendation 1769 (2006) on the need to reconcile work and family life. It is time to ascertain what initiatives have been taken at European level and what impact they have had on the economy and society.

6. However, I wish to stress that without a meaningful change of mentalities within families and society at large, public authorities’ action, however important, will remain insufficient. Like in other domains, the principle of subsidiarity between public authorities and civil society is of major importance.

Draft resolution

1. Although progress has been made along the path towards gender equality, a traditional division of roles between women and men remains widespread in Europe. Men enjoy a privileged position on the labour market, whereas women still do the lion’s share in terms of household responsibilities and care of dependants (children and elderly persons).

2. At the same time, the financial and economic crisis has had repercussions for the balance in the numbers of women and men in the world of work. In many economies, those sectors which employ a larger proportion of men have been more severely affected by the consequences of the crisis (examples are construction, infrastructure, transport and industry more generally, whereas the services sector has done better in maintaining employment levels and profitability).

3. Reconciling private and working life today is a challenge for both women and men. However, some inequalities persist to women’s disadvantage in the world of work, in terms of remuneration, discriminatory recruitment and career progression.

4. The Parliamentary Assembly considers that systematic and consistent reconciliation measures should be adopted by all member States, so that everyone who so wishes may engage in a professional activity and can harmonise this with their personal and family life. These measures should improve the reconciliation of personal and working life for both women and men and foster gender equality.

5. Another prerequisite of better reconciliation between personal and working life is an awareness of the importance of shared responsibility between women and men in families. Shared responsibility relates to every aspect of family life and includes shared parental responsibility, although it goes further than that.

6. Reconciliation policies are also necessary to prevent and combat poverty and social exclusion. In practice, parents obliged to give up work because the way in which it is organised is incompatible with family commitments, or forced to reduce their work commitments and consequently their income, are at greater risk of poverty and exclusion.

7. The Assembly considers that better reconciliation of personal and working life necessitates co-operation between all stakeholders in society, States, enterprises, civil society and individuals and that the latter, women and men, share their responsibilities within their family and society.

8. The Assembly, taking into account the best practices found, thus calls on the authorities of the Council of Europe member States to:

8.1. offer adequate assistance services for dependence (children and elderly persons);

8.2. introduce a parental leave scheme enabling parents, women and men, to look after their children on an equal footing;

8.3. introduce financial support tools geared to families’ needs, particularly relating to the care and education of children;

8.4. reform labour law in order to make possible and encourage more flexible forms of organisation, such as different working hours, flexitime and teleworking;

8.5. introduce into labour law the principle that these forms of work should not adversely affect career progression;

8.6. encourage voluntary application by enterprises of reconciliation measures which are more advantageous than the statutory measures;

8.7. introduce financial support (interest-free or low-interest loans) to back up reconciliation measures adopted by enterprises;

8.8. encourage research into the impact of the difficulties of reconciling personal and working life on employment levels and the competitiveness of the different economies;

8.9. encourage the collection and analysis of information about the effectiveness of the reconciliation measures adopted;

8.10. conduct awareness-raising campaigns aimed at the general public about shared responsibility between women and men within families and in the society;

8.11. conduct educational and awareness-raising activities in schools on the subject of shared responsibility and of respect for the rights of every member of the family, irrespective of age and gender;

8.12. establish a dialogue with social partners and civil society in order to promote the principles set out in this resolution.

More on report:

• Unequal sharing of family responsibilities and its implications for employment.

• The reconciliation of personal and working life, a question which also concerns men.

• Reconciliation and shared responsibility.

• Council of Europe and European Union legal instruments.

• Overview of work-life policies in European countries.

• Parental leave.

• Care services.

• Legislative models.

• Good practices.

• Corporate initiatives.

• Conclusions.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: