Le racisme pourrait durablement s’installer si … – Racism may be here to stay if… ( en – fr – de )


Le racisme pourrait durablement s’installer si les Etats ne prennent pas les mesures qui s’imposent

Le racisme et l’intolérance s’enracinent dans les sociétés européennes à mesure que la crise économique donne du poids aux messages extrémistes, met en garde aujourd’hui l’organe chef de file de la lutte contre le racisme en Europe. La Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI), qui suit la situation de chacun de 47 Etats membres du Conseil de l’Europe, indique dans son dernier rapport annuel que le racisme n’est plus un phénomène marginal. Les principaux responsables politiques utilisent de plus en plus des arguments xénophobes et antimusulmans et réclament des référendums ciblant les non-ressortissants et les minorités religieuses. Selon le rapport, « les moyens juridiques ne semblent pas suffire à contrer cette tendance. Il faut aller plus loin ».

« Les études menées par l’ECRI dans l’ensemble des pays européens font apparaître une augmentation préoccupante du racisme. Il est nécessaire que les gouvernements aient conscience de cette menace, s’emploient à renforcer la législation et les institutions de lutte contre la discrimination et fassent clairement savoir que la xénophobie ne saurait, à aucun moment, être tolérée dans la société moderne », a indiqué le président de l’ECRI, Nils Muiznieks.

Strasbourg, 16.06.2011 – Le racisme et l’intolérance s’enracinent dans les sociétés européennes à mesure que la crise économique donne du poids aux messages extrémistes, met en garde aujourd’hui l’organe chef de file de la lutte contre le racisme en Europe.

La Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI), qui suit la situation de chacun de 47 Etats membres du Conseil de l’Europe, indique dans son dernier rapport annuel que le racisme n’est plus un phénomène marginal. Les principaux responsables politiques utilisent de plus en plus des arguments xénophobes et antimusulmans et réclament des référendums ciblant les non-ressortissants et les minorités religieuses. Selon le rapport, « les moyens juridiques ne semblent pas suffire à contrer cette tendance. Il faut aller plus loin ».

Le rapport – qui étudie les grandes tendances observées en 2010 en matière de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie, d’antisémitisme et d’intolérance en Europe – retient certains “événements déplorables”, survenus en début et fin d’année, qui concernent « des nombreuses victimes parmi les migrants d’Afrique sub-saharienne » et « des affrontements interethniques fomentés par des ultranationalistes ». Il appelle les forces de l’ordre à donner une réponse ferme aux infractions à motivation raciste.

Le rapport salue le fait que la très grande majorité des Etats sanctionne aujourd’hui pénalement « le discours de haine ». Néanmoins, il estime que les autorités doivent appliquer la loi de façon plus rigoureux et sensibiliser davantage les victimes potentielles aux droits qui sont les leurs. Le rapport encourage aussi « un débat vigoureux sur les questions sous-jacentes ».

Il appelle l’attention sur la vague montante d’antitsiganisme, « l’un des problèmes les plus graves auxquels l’Europe se trouve confrontée aujourd’hui » et apprécie les initiatives visant à améliorer la qualité de vie des communautés roms.

Soulignant la crainte de voir les attaques contre le multiculturalisme conduire à des sociétés fragmentées, le rapport appelle les gouvernements à intensifier leurs efforts pour promouvoir le dialogue interculturel. Selon le rapport, « la réponse au débat actuel sur le multiculturalisme est le respecte rigoureux d’un ensemble commun de principes, en particulier la non-discrimination et la tolérance ».

Le président de l’ECRI, Nils Muiznieks, a soutenu le rapport en appelant les gouvernements à agir dès maintenant pour enrayer la montée du racisme. « Les études menées par l’ECRI dans l’ensemble des pays européens font apparaître une augmentation préoccupante du racisme. Il est nécessaire que les gouvernements aient conscience de cette menace, s’emploient à renforcer la législation et les institutions de lutte contre la discrimination et fassent clairement savoir que la xénophobie ne saurait, à aucun moment, être tolérée dans la société moderne », a indiqué le président.

Racisme et intolérance dans la vie politique

La crise économique

Violence raciste

Incitation publique à la violence, la haine et la discrimination Raciales

Les groupes vulnérables

Racisme et discrimination raciale dans l’emploi

Réponse des Etats membres au racisme, à la discrimination raciale, à la xénophobie, à l’antisémitisme et à l’intolérance

Approche pays par pays

***

Racism may be here to stay if Governments do not act

Racism and intolerance are becoming rooted in European societies as the economic crisis gives strength to extremist messages, warns Europe’s leading anti-racist body today. The European Commission against Racism and Intolerance (ECRI), which monitors the situation in each of the Council of Europe 47 member States, in its latest annual report says that racism is no longer limited to the fringes of society and that mainstream politicians are increasingly using xenophobic and anti-Muslim arguments and calling referenda targeting non-citizens and religious minorities. “Legal means alone do not seem sufficient to counter this trend. More needs to be done,” the report states.

“ECRI’s investigations in all European countries are showing a worrying pattern of rising racism. Governments need to be aware of the threat, work to strengthen laws and institutions against discrimination and give a clear message that xenophobia can never be tolerated in modern society,” ECRI’s Chair Nils Muiznieks said.

Strasbourg, 16.06.2011 – Racism and intolerance are becoming rooted in European societies as the economic crisis gives strength to extremist messages, warns Europe’s leading anti-racist body today.

The European Commission against Racism and Intolerance (ECRI), which monitors the situation in each of the Council of Europe 47 member States, in its latest annual report says that racism is no longer limited to the fringes of society and that mainstream politicians are increasingly using xenophobic and anti-Muslim arguments and calling referenda targeting non-citizens and religious minorities. “Legal means alone do not seem sufficient to counter this trend. More needs to be done,” the report states.

The report – which examines the main trends in 2010 in the field of racism, racial discrimination, xenophobia, antisemitism and intolerance in Europe – picks out “deplorable events” marking the beginning and end of the year which involved “the victimisation of migrants from Sub-Saharan Africa” and “inter-ethnic clashes fomented by ultranationalists”. It calls on law enforcement authorities to take resolute action against racially motivated crime.

It welcomes the fact that the vast majority of states now criminalise hate speech, but says that authorities need to apply the laws more rigourously and make potential victims better aware of their rights. It also encourages “a vigorous debate of the underlying issues”.

It highlights the growing wave of anti-Gypsyism, “one of the most acute problems facing Europe today”, welcoming moves to create better conditions for the Roma communities.

The report also warns that attacks on multiculturalism could lead to fragmented societies and calls on Governments to up their efforts to promote intercultural dialogue: “The answer to the current debate on multiculturalism is strict adherence to a common set of principles, including non-discrimination and tolerance,” the report states.

ECRI’s Chair, Nils Muiznieks, backed up the report with a call to Governments to act now to turn the tide of racism. “ECRI’s investigations in all European countries are showing a worrying pattern of rising racism. Governments need to be aware of the threat, work to strengthen laws and institutions against discrimination and give a clear message that xenophobia can never be tolerated in modern society,” he said.

Racism and intolerance in political life

The economic crisis

Racist violence

Public incitement to racial violence, hatred and

Discrimination

The vulnerable groups

Racism and racial discrimination in employment

Member States’ response to racism, racial discrimination, xenophobia, antisemitism and intolerance

Country-by-country approach

***

Anti-Rassismus-Kommission des Europarates veröffentlicht ihren Jahresbericht 2010

Rassismus und Intoleranz sind in den europäischen Gesellschaften immer stärker verwurzelt, da die Wirtschaftskrise den extremistischen Botschaften Bedeutung verleiht, warnt Europas führendes Anti-Rassismus-Organ heute. Die Europäische Kommission gegen Rassismus und Intoleranz (ECRI), die die Lage in den 47 Mitgliedsstaaten überwacht, weist in ihrem jüngsten Jahresbericht darauf hin, dass Rassismus keine Randerscheinung mehr ist. Polittiker greifen zunehmend auf fremdenfeindliche und gegen Muslime gerichtete Argumente zurück und fordern Referenden, die auf Nicht-Bürger und religiöse Minderheiten abzielen. Laut dem Bericht „scheinen rechtliche Maßnahmen allein nicht auszureichen, um diesem Trend entgegenzuwirken. Es muss noch mehr unternommen werden.“

„Die Untersuchungen der ECRI in allen europäischen Ländern zeigen eine besorgniserregende Zunahme des Rassismus. Regierungen müssen sich dieser Bedrohung bewusst werden, daran arbeiten, Gesetzgebung und Institutionen gegen Rassismus zu stärken und eine klare Botschaft aussenden, dass Fremdenfeindlichkeit in einer modernen Gesellschaft unter keinen Umständen toleriert werden darf“, erklärte der Vorsitzende der ECRI, Nils Muiznieks.

 

Pressemitteilung [en]

Bericht lesen [en]

%d bloggers like this: